Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bat For Lashes, Tori Amos , The Gentle Storm

Kate BUSH - Director's Cut (2011)
Par MARCO STIVELL le 16 Novembre 2011          Consultée 1849 fois

2011 est une année Kate BUSH. Non contente de revenir chargée de son Director's Cut, la désormais quinquagénaire nous promet déjà un nouvel album pour la fin de l'année, de quoi apporter un large sentiment de satiété alors qu'il ne reste plus qu'un an avant la soi-disant fin du monde... Pour rappel, un "director's cut" est un terme cinématographique employé lorsqu'un film redevient la propriété du réalisateur, après être devenue celle du producteur (que l'on voit dans les salles obscures). Le réalisateur en profite donc pour montrer sa propre version, sans aucune contrainte.

C'est ce qu'a voulu faire la belle Kate, en reprenant diverses chansons de ses deux albums les plus méconnus et décriés, The Sensual World et The Red Shoes. Jugeant la production de ceux-ci trop froide et impersonnelle, la chanteuse a opté pour un choix de titres pas forcément des plus évidents et a voulu fournir un nouveau travail. Tous ne seront pas simplement "remixés" ou complètement réenregistrés, c'est un peu des deux. Et en matière de son, la chanteuse a sorti l'artillerie "analogique", préférant un son chaud et feutré (proche du vinyle) à toute autre superficialité, confirmant déjà le fait que ce Director's Cut n'est pas une grosse production visée à plaire au plus grand nombre. Le titre qui représente la quintessence de ce travail est sans doute "This Woman's Work", totalement remanié jusque dans les paroles, placées dans un ordre différent. Imaginez la voix de Kate (nettement plus mature) évoluant sur un piano Fender Rhodes jazzy alors que des effets fantômatiques viennent se greffer, l'ensemble prenant une teinte nébuleuse... Il n'y a rien à redire, la chanson gagne une toute autre dimension, et c'est une nouvelle fois fantastique.

D'autres moments tout aussi doux font leur apparition, à l'image de ce "Moments of Pleasure" très proche du "Mrs. Bartolozzi" de Aerial, révélant en guise de chocolat blanc sur le gâteau un superbe choeur venu donner une touche spirituelle. "Deeper Understanding" (qui contient la voix modifiée d'Albert, le fils de Kate) et "Never Be Mine" ne sont pas totalement exemptées de leur empreinte bulgare, mais elles remettent en avant la voix de Kate sur fond de rythmiques légères et densifiées autant par l'omnisprésence des synthés que par cette production miraculeuse. Quant à "And So Is Love", elle constitue encore un excellent point pour ce Director's Cut, avec son tapis de flûtes à l'orgue et de choeurs suaves.

Parmi les titres plus "fournis", "Flower of the Mountain" est une forme de remix de "The Sensual World", la chanson. Pour les paroles, Kate BUSH a eu l'autorisation de puiser dans le roman de James Joyce, Ulysses, ce qui n'avait pas été le cas à la fin des années 80. La chanson a été baissée en termes de tonalité, et entendre Kate chanter de manière aussi grave, presque rauque est pour le moins très surprenant, voire déroutant. Mais l'on s'y fait, tout comme cet emploi de "yes" moins résolument érotique. On retrouve les cornemuses, en fait il n'y a que la batterie qui a été supprimée, et la réalisation eighties donc. De même, "Rubberband Girl", seul titre rock situé à la toute fin du CD, perd en légèreté ce qu'il gagne en intensité, sans cuivres, avec solo d'harmonica, et une ambiance tout à fait digne du génie de la chanteuse lorsqu'il met en exergue sa "finest" attitude. "Top of the City" est l'un des titres où cette production confinera le plus les décollages musicaux (pour les refrains) à un rôle de bombes étouffées, loin d'être aseptisées néanmoins. "Lily" nous surprendra avec sa rythmique quasi hip-hop, mais il est aussi l'occasion de voir que Kate n'a rien perdu en hargne, c'est une nouvelle réussite. "The Red Shoes" elle, se voit "celtisée" pour le meilleur ! Parmi ces ambiances devenues oniriques, on reconnaîtra la subtilité des jeux de musiciens aussi rêvés pour un tel projet que le batteur Steve Gadd ou le contrebassiste Danny Thompson.

L'atmosphère particulière de ce Director's Cut, ainsi qu'une présence accrue de titres lents nécessitera des écoutes répétées, comme pour Aerial. Les chansons de The Sensual World sont sublimes, mais si The Red Shoes avait pu aisément paraître décevant à sa sortie, il est naturellement le disque qui bénéficie le plus de ce remodelage. D'où l'urgence à découvrir Director's Cut et à le saluer comme un nouveau retour en grande force pour cette chanteuse dont le génie à l'heure actuelle n'aura d'égal que sa maturité.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Alanis MORISSETTE
Flavors Of Entanglement (2008)
Les deux facettes d'Alanis.




Phil COLLINS
Serious Hits Live (1990)
Unique live de Phil en CD


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Flower Of The Mountain
2. The Song Of Solomon
3. Lily
4. Deeper Understanding
5. The Red Shoes
6. This Woman's Work
7. Moments Of Pleasure
8. Never Be Mine
9. Top Of The City
10. And So Is Love
11. Rubberband Girl



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod