Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Queen, Ac/dc

The DARKNESS - Hot Cakes (2012)
Par GEGERS le 20 Septembre 2012          Consultée 1919 fois

Si vous avez échappé à la déferlante THE DARKNESS en 2003, c'est que vous étiez en voyage en Antarctique, ou que vous vivez sans l'électricité. Car toutes les ondes, sans exception, ont alors diffusé en heavy rotation le tube « I believe in a thing called love », dont le riff immédiat hante sans doute encore l'esprit de nombreux amateurs de hard rock sous le choc. En 2003 donc, les médias spécialisés crient au génie, clament haut et fort avoir enfin découvert le chaînon manquant entre Queen et AC/DC, et pensent alors tenir un groupe capable de faire vivre au style un nouvel âge d'or, semblable à la folie des années 80. Mêlant véritable talent artistique et second degré assumé, THE DARKNESS avait en effet toutes les cartes en main pour faire des années 2000 une décennie hard rock. Quelques millions d'albums écoulés plus tard, et après un deuxième album surproduit, trop éloigné de l'efficacité de son prédécesseur, le groupe britannique met la clé sous la porte en 2006, miné par le départ du chanteur Justin Hawkins, parti se désintoxiquer de ses addictions à l'alcool et la cocaïne.

En 2012, le retour de THE DARKNESS avec son line-up original constitue donc une petite surprise, même si la mise en suspens des divers projets des musiciens du groupe depuis 2010 laissait espérer une reformation. Une plus grande surprise encore réside dans le fait que la nouvelle offrande des Britanniques, intitulée Hot Cakes, est un petit bijou de hard rock qui illumine l'approche de l'automne. Confirmant son retour à des sonorités proches de son premier album, le groupe prend le parti de ne pas simplement aligner des riffs efficaces, et se fait le porte-parole d'un hard rock varié, à la fois immédiat et riche. Il ne fait ainsi aucun doute que si Hot Cakes avait été le deuxième album du groupe, en lieu et place de One Way Ticket, le destin de THE DARKNESS aurait été tout autre.

Si AC/DC est toujours dans les parages (« With a Woman »), c'est résolument vers ses influences Queenesques que se tourne THE DARKNESS sur Hot Cakes. Grâce à sa voix incroyable, mêlant puissance et versatilité, Justin Hawkins est le Freddie Mercury du 21ème siècle, bénéficiant d'une puissance vocale éblouissante. Le côté théâtral, apporté par la voix du chanteur, se fait très présent sur cet album, chaque morceau donnant l'impression d'être une petite histoire à part entière (ce qui est, par définition, le cas). L'hédonisme hard rock, porté par des riffs inspirés et finement ciselés, fait des merveilles sur la première moitié de l'album, portée par les deux singles « Every inch of you » et « Nothin's gonna stop us ». Si le côté fédérateur de « I believe in a thing called love » se fait légèrement plus effacé, il ne fait aucun doute que ces titres vont s'imposer comme des classiques dans le répertoire live des Britanniques.

Plus audacieuse, la seconde moitié d'album fait la part belle à des ambiances inédites, plus sombres et bien moins immédiates. La ballade « Forbidden love », hispanisante, se transforme en un mid-tempo gras et jouissif. Cet adjectif convient également pour qualifier « Concrete » qui s'impose de lui-même comme le meilleur morceau de l'album. Brûlot enragé, il virevolte et s'enflamme avec richesse de mélodies s’imbriquant à merveille. Il en va de même pour « Street spirit ». Plus « sombre » que n'importe quel titre de THE DARKNESS, ce morceau s'insinue durablement dans l'esprit de l'auditeur, qui apprécie son efficacité mais aussi sa facette plus complexe, qui donne l'impression de le redécouvrir et l'approfondir à chaque écoute.

Pour son retour (il faut bien l'avouer, par la petite porte), THE DARKNESS signe donc un album dantesque, sur lequel tous les titres sont, à défaut d'être des tubes en puissance, de petites pépites hard rock que l'on se passe et repasse avec une admiration et un plaisir sincère. Si cet album est synonyme d'un véritable nouveau départ pour le groupe, alors souhaitons-lui tout le meilleur. Car si THE DARKNESS n'a pas inventé la roue, il s'efforce de la réinventer avec un talent et une conviction qui font plaisir à entendre !

Montez le son ! http://www.youtube.com/watch?v=tPmwkEmsSLM

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Crazy World (1990)
C'est un monde de tarés...




SCORPIONS
Virgin Killer (1976)
Gare aux tueurs de vierges !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Justin Hawkins (chant, guitare)
- Dan Hawkins (guitare)
- Frankie Poullain (basse)
- Ed Graham (batterie)


1. Every Inch Of You
2. Nothing’s Gonna Stop Us
3. With A Woman
4. Keep Me Hangin’ On
5. Livin’ Every Day Blind
6. Everybody Have A Good Time
7. She Just A Girl Eddie
8. Forbidden Love
9. Concrete
10. Street Spirit
11. Love Is Not The Answer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod