Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  SINGLE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

1972 Lonesome Crow
1974 Fly To The Rainbow
1975 In Trance
1976 Virgin Killer
1977 Taken By Force
1978 Tokyo Tapes
1979 Lovedrive
1980 Animal Magnetism
1982 Blackout
1984 Love At First Sting
1985 World Wide Live
1988 Savage Amusement
1990 Crazy World
1993 Face The Heat
1995 Live Bites
1996 Pure Instinct
1999 Eye To Eye
2000 Moment Of Glory
2001 Acoustica
  Acoustica
2004 Unbreakable
2007 Humanity - Hour 1
  Live At Wacken Open Air ...
2010 Sting In The Tail
2015 Return To Forever
2022 Rock Believer
 

- Style : Second Reign, Whitesnake, Bon Jovi, Dokken, Judas Priest, Deep Purple, Black Sabbath, Bonfire, Mad Max
- Membre : Kingdom Come, The Seeing Tree , Harald Grosskopf , Rock Wolves, Phantom V, Michael Schenker , Eloy, Wallenstein, Uli Jon Roth , Kottak, Ufo
- Style + Membre : Herman Rarebell , Electric Sun, Msg
 

 Crazyscorps - Fan Club Français (2163)
 Site Officiel (1239)

SCORPIONS - Peacemaker (2021)
Par GEGERS le 5 Novembre 2021          Consultée 1888 fois

Trois noms seulement. Paroles : Klaus Meine. Musique : Rudolf Schenker et Pawel Maciwoda. Trois noms qui résonnent avec une saveur particulière. En effet, c’est la première fois depuis 2004 (et le single "Love’Em or Leave’Em" de Unbreakable) que le titre de présentation d’un nouvel album des SCORPIONS est écrit et composé uniquement par des membres du groupe, sans aide extérieure. Autre première, la contribution de Pawel Maciwoda, bassiste polonais qui, s’il a intégré le groupe en 2003, n’avait pas encore participé au processus de création artistique.
Naturellement, quatre ans après la publication de leurs derniers morceaux inédits (sur la compilation Born To Touch Your Feelings), les SCORPIONS ont à cœur de marquer les esprits, de présenter sous les meilleurs auspices cet album, baptisé Rock Believer, annoncé comme un retour au rock dur des années 80, et qui, peut-être, sera le baroud d’honneur du groupe, 50 ans après la publication de l’album fondateur Lonesome Crow.

Pour l’heure, il est urgent de savourer la découverte de ce nouveau morceau, concis (moins de 3 minutes), énergique et puissant. Sans aller jusqu’à dire que "Peacemaker" sonne comme s’il avait été composé durant l’âge d’or du groupe, il y a là une véritable envie de mettre en œuvre un hard-rock direct et sans concessions. Le riff n’est pas le plus mémorable créé par les SCORPIONS, mais il met en branle une machinerie face à laquelle toute résistance est impossible. Les couplets, tranchants, sont par exemple porteurs de mélodies qui fleurent bon le retour au hard-rock canonique qui a fait le succès du groupe ; de même que le refrain, simple dans sa construction, qui évoque étrangement à la fois la période Unbreakable et la fin des années 70 (il y a ici une légère saveur "Steamrock Fever").

Le solo de Matthias Jabs est court, mais non paresseux, contrairement à ce que nous pouvions reprocher à ses prestations des albums récents du groupe. Concis mais efficace, le guitariste arrose l’ensemble du morceau de saillies inspirées, tandis que la Flying V de Rudolf Schenker, à laquelle la production confère un son particulièrement épais, construit une nappe sonore empreinte de lourdeur et d’agressivité. Une agressivité décuplée par la voix de Klaus Meine, impérial, qui compense la perte de son étendue vocale par des intonations agressives, enragées, qui finalement participent à galvaniser l’auditeur, notamment lors du refrain.

La première chose qui m’est venue en tête était l’accroche du refrain, explique Klaus. Peacemaker, peacemaker, bury the undertaker. Je m’amusais juste avec ces mots. A une époque où tant de gens sont morts et meurent encore du Covid, de guerres dévastatrices et d’autres crimes insensés, on a l’impression que le croque-mort doit faire des heures supplémentaires. Dans un monde en paix, après la pandémie, il sera enfin temps pour le pacificateur de régner… C’est une image qui me plaît beaucoup.

La notion de paix, telle que décrite dans ce morceau, est plus amère et sombre que sur d’autres morceaux du groupe traitant de ce thème. Il y a ici une profonde incertitude quant à l’avenir du monde : Si nous ne changeons pas, nous allons nous écraser, chante Klaus qui confie les rênes à la nouvelle génération, rappelant certaines désillusions passées : Le futur est désormais entre vos mains, vous vous rappelez ? Yes We Can.

La vitrine est alléchante. Le visuel du single, à la photographie signée de Marc Théis, proche collaborateur du groupe depuis plus de 10 ans, nous montre un groupe de vieux briscards complices au sein duquel l’alchimie créatrice semble parfaitement fonctionnelle. C’est en tout cas ce que nous laisse à penser "Peacemaker" qui n’est pas "Dynamite" ou "Rock You Like a Hurricane", mais nous permet de savourer le talent d’un groupe qui n’en finit pas de jouer les prolongations, pour notre plus grand plaisir. Une délectable mise en bouche, en attendant le plat de résistance.

3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


THUNDERMOTHER
Heat Wave (2020)
Bouffée de chaleur




MSG
The Unforgiven (1999)
One-shot salvateur


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Klaus Meine (chant)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Pawel Maciwoda (basse)
- Mikkey Dee (batterie)


1. Peacemaker



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod