Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Magma
- Style + Membre : France Gall , Michel Berger & France Gall

Michel BERGER - Beauséjour (1980)
Par WALTERSMOKE le 26 Mars 2013          Consultée 2170 fois

En 1980, l'heure de la revanche a sonné pour Michel BERGER. En effet, la première partie de sa carrière, caractérisée par un manque de reconnaissance de la part du public s'est terminée avec Starmania, l'opéra-rock qu'il a créé avec Luc Plamondon et qui l'a rendu célèbre, et enfin, enfin il réussit à redresser la barre de sa carrière solo, sans compter que France Gall lui a donné un enfant. Il a donc de quoi être vraiment heureux et joyeux. Le succès de son nouvel album, Beauséjour, est à la hauteur de sa bonne santé dans les charts, à savoir grandement mérité.

Bon, il est inutile de parler de cet album sans citer les trois tubes qu'il contient, et qui justifient déjà à eux seuls son acquisition. D'ailleurs, question : quelle est la chanson de Michel BERGER qui revient le plus souvent dans les discussions ? Réponse : "La groupie du pianiste". Cette chanson, que tout le monde ou presque a écouté en boucle (de gré ou de force), est en effet une tuerie monumentale, dans la lignée de "La bonne musique" sur le plan musical, et au thème triste et réaliste, se faisant d'ailleurs l'écho de "Chanson pour une fan". Après, il ne faut pas se mentir, à force d'être matraquée, son rejet éventuel est tout à fait normal (ah, les radios...), et puis l'absence d'une éventuelle montée en puissance et le caractère sec de la musique la plombent plus qu'autre chose. Mais sur Beauséjour se cache aussi "Quelques mots d'amour", qui lui est bien supérieur sur tous les plans, et se permet même d'être plus puissant sur le plan émotionnel tout en étant bien équilibré (c'est-à-dire qu'il ne sombre pas dans le mièvre). Enfin, le troisième tube s'appelle "Celui qui chante", qui a quand même moins bien résisté au temps et à l'oubli collectif que les deux autres, ce qui s'explique assez facilement par un thème encourageant sur le fond mais mal retranscrit et maladroit par endroits.

Voilà, la chronique est finie, tout est dit, merci au revoir. Mais seulement pour ceux qui s'attardent sur les trois grands succès de Beauséjour, car ces derniers font en réalité partie de la moyenne du disque ! En effet, des chansons aussi géniales que méconnues (hélas) et bien supérieures parcourent le disque : par exemple "Attendre", dont le seul défaut serait à la rigueur les chœurs du refrain. Et encore, il faudrait être extrêmement exigeant pour s'en plaindre tant cette chanson est génialement interprétée du début jusqu'à la fin : une ambiance nocturne s'installe et la rend encore plus belle. Un autre exemple de la très haute qualité de Beauséjour se trouve être "Tout est possible", et là le constat est simple, si ce morceau n'arrive pas à donner la pêche, c'est que celui qui l'écoute est vraiment insensible, tant l'énergie et la joie communicative de ce titre sont fortes.
Et quid des points faibles ? Oh, il y a bien "C'est pour quelqu'un" qui n'est pas vraiment géniale, il peut être considéré comme l'ombre au tableau de service, mais ça va, on est loin des médiocres morceaux de Chansons pour une fan, et à part cette chanson et dans une moindre mesure "Celui qui chante", il n'y a pas de quoi rager ou être déçu, la perfection n'est pas frôlée mais elle n'est qu'à quelques encablures, pour sûr.

Beauséjour, donc, est un nouveau sommet dans la carrière de Michel BERGER, doublé d'un joli succès tout aussi grand, ce qui permet au compositeur de se faire une place dorée au sein des plus grands de la chanson française. Et quant à certaines de ses vieilles chansons, elles peuvent également accéder au rang de grands tubes (comme "Pour me comprendre" et "Seras-tu là", entre autres), tant et si bien que quiconque découvre le répertoire de BERGER s'étonnera de leur semi-échec du départ.
La légende est en marche.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Daniel BALAVOINE
Face Amour/face Amère (1979)
Du grand Daniel, millésime 1979




France GALL
Live Théâtre Des Champs-elysées (1978)
Girls admitted only


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Michel Berger (chant, piano)
- Michel Bernholc (piano, arrangements)
- Paul Stallworth (basse)
- Lyle Harper (basse)
- Neil Stubenhaus (basse)
- Pascal Arroyo (basse)
- Steve Lukather (guitare)
- Dany Kooch (guitare)
- Ben Beney (guitare)
- Jacky Tricoire (guitare)
- Dean Parks (guitare)
- John Tropae (guitare)
- Elliot Randall (guitare)
- Mike Landau (guitare)
- Herb Pederson (banjo)
- Georges Rodi (piano électrique, moog)
- Neil Larsen (piano électrique)
- Bill Payne (piano électrique)
- Paul Griffin (piano électrique)
- Simon Philipps (batterie)
- Jim Keltner (batterie)
- Jim Gordon (batterie)
- Alan Schwartzberg (batterie)
- Mike Baird (batterie)
- Rick Schlosser (batterie)
- Paulinho Da Costa (percussions)
- Gilles Perrin (percussions)
- Marc Perrin (percussions)
- Tom Saviano (saxophone)
- Gary Herbig (saxophone)
- David Luell (saxophone)
- Christian Guizen (trombone)
- France Gall (choeurs)
- Daniel Balavoine (choeurs)
- Les Frères Costa (choeurs)


1. La Groupie Du Pianiste
2. Y'a Vraiment Que L'amour Qui Vaille La Peine
3. C'est Pour Quelqu'un
4. Celui Qui Chante
5. Tout Est Possible
6. Attendre
7. Quelques Mots D'amour
8. Jouer Du Banjo
9. La Fille Des Années 2000
10. C'est Difficile D'être Un Homme Aussi



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod