Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Magma
- Style + Membre : France Gall , Michel Berger & France Gall

Michel BERGER - Ca Ne Tient Pas Debout (1990)
Par WALTERSMOKE le 3 Juin 2013          Consultée 2949 fois

Cinq ans. Cinq longues années avant de voir un nouvel album de Michel BERGER sortir. Il y a plusieurs raisons expliquant cette très longue attente. Primo, le compositeur français s'investit toujours dans les actions humanitaires, de même que France Gall pour qui il a écrit son chef-d'œuvre à elle, le splendide Babacar. Secundo, avec son camarade Luc Plamondon, il relance la machine Starmania, avec de nouvelles têtes pour tenir les rôles emblématiques de la célèbre comédie musicale. Tertio, les plus grands albums se font toujours attendre.

Ca ne tient pas debout est le meilleur album de Michel Berger. Jamais ce dernier n'a sorti d'album aussi personnel, beau et génial. Pour forcer le trait, il serait même tentant de dire que le dictionnaire des superlatifs ne servirait à rien pour le décrire. Sauf que l'exagération ne vaut que pour des albums corrects qui au fond ne le méritent pas.
BERGER ne voit pas les choses en grand, fait fi des exubérances inutiles. Au contraire, il regarde en lui, dans le cœur des gens. Il capte le beau en chacun d'eux, en lui, et le magnifie à travers les neuf chansons de l'album. La tonalité de Ca ne tient pas debout est tristesse et mélancolie, mais sans la déprime qui va avec. Encore que la chanson-titre va à contre-sens de cette ambiance générale. Aux confins de la pop de qualité, « Ca ne tient pas debout » initie l'album sur un ton rythmé, limite rock (il manque juste la guitare), avec des paroles toujours aussi fortes. Encore une fois, Berger nous remotive, et ça fait un bien fou, surtout au moment du refrain. C'est ce qu'on appelle un excellent départ.

Il s'agit cependant de l'exception qui confirme la règle, du moins pour l'ambiance. Dès la deuxième chanson, à savoir l'excellent « A quoi il sert », une atmosphère aussi belle que triste s’installe. Michel BERGER ne fait pas du tout dans la surenchère, et pourtant jamais un artiste français n'aura tant fait pleurer. Le format anti-pop des chansons (6 minutes, c'est pas exploitable, ça !) renforce cette qualité, là où 4 minutes auraient tout stérilisé.
Les chansons s'enchaînent les unes à la suite des autres, sans répit pour le cœur insensible, mais avec bonheur pour les autres. Aucun temps mort ne se pose, le chant et les instruments font des merveilles. Au niveau de la production, rien à dire non plus. Ca ne tient pas debout est sorti en 1990, mais non seulement il cadre bien avec son époque, mais n'a surtout pas vieilli. Même de précédents bons albums comme Beauséjour sentent bon la gentille naphtaline, mais rien de tel ici. A la rigueur, et si on veut vraiment détester BERGER, les chœurs de « Danser sur la glace » peuvent faire tiquer, mais juste un peu. Certains titres ont été cruellement oubliés, à l'instar de « Chanson pour Man Ray », hommage explicite à un autre homme d'exception.

Je viens de parler de chansons oubliées, et pour cause ! Sur Ca ne tient pas debout se trouve LA chanson connue et reconnue comme la meilleure de Michel BERGER, celle qui a éclipsé toutes les autres, j'ai nommé « Le Paradis blanc ». Il était impossible de rêver meilleur requiem. C'est un voyage onirique vers une innocente perfection, elle invite à la méditation sur de bien sombres choses, une métaphore de 6 minutes particulièrement poignante. Il paraît bien difficile, pour ne pas dire impossible, de trouver plus beau dans la chanson francophone.

Inutile de lire entre les lignes, Ca ne tient pas debout est clairement le meilleur album jamais composé par Michel BERGER. A sa sortie, il fera un tabac, mais ne sera pas l'objet d'une tournée. Sur le coup, il est légitime de s'en plaindre, mais ce n'est pas bien grave. La quasi-perfection ne se capture qu'une fois. Il manque juste un album à créer avec France, et il pourra partir la tête haute vers son paradis blanc.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


The Dø
A Mouthful (2008)
"On my shoulders" et plus encore




FLORENCE + THE MACHINE
How Big, How Blue, How Beautiful (2015)
Un album majeur pour 2015 ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Michel Berger (chant)
- Jannick Top (basse)
- Claude Salmieri (programmation batterie)
- Jimmy Bralower (programmation batterie)
- Ira Siegel (guitare)
- Eddie Martinez (guitare)
- Michael Thompson (guitare)
- Jeff Bova (synthés)
- Michael Brecker (saxophone)
- France Gall (choeurs)


1. Ca Ne Tient Pas Debout
2. A Quoi Il Sert
3. Les Enfants Chantent Toujours
4. Privé D'amour
5. Le Paradis Blanc
6. Danser Sur La Glace
7. L'un Sans L'autre
8. Chanson Pour Man Ray
9. L'orange Bleue



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod