Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Iron Maiden
- Membre : Gtr, Asia, Eloy
- Style + Membre : MotÖrhead
 

 Site Officiel (226)

SAXON - Sacrifice (2013)
Par GEGERS le 3 Avril 2013          Consultée 1245 fois

Si nous étions en 1995 ou 1996, une époque où hard rock et heavy metal peinaient à tenir leurs rangs face aux armées de boutonneux grungy qui envahissaient alors les bacs des disquaires, Sacrifice aurait sans doute été hissé comme l'étendard d'un style immortel, comme la preuve que les vétérans (et oui, ils l'étaient déjà) de SAXON avaient toujours de la ressource, et comme le meilleur album du groupe depuis Power & the glory. Sauf que nous sommes en 2013, et que SAXON bénéficie, depuis la sortie de l'excellent Inner Sanctum en 2007, d'un regain d'intérêt qui lui permet de retrouver son rythme et sa qualité d'écriture d'antan. Dans la première division du heavy metal, peu de groupes peuvent se targuer être aussi réguliers et constants que Biff Byford et sa bande.

Sacrifice a des allures de chefs-d'oeuvre, donc, puisqu'il rassemble toutes les qualités lui permettant de devenir un nouvel album-étalon dans la discographie de SAXON. A commencer par sa durée : 40 minutes, pas plus, qui permettent à Sacrifice de s'écouter aisément, d'une traite. Vaguement axé autour du concept de sacrifice humain chez les Mayas, l'album bénéficie d'une immédiateté à faire pâlir d'envie les compositeurs en devenir. Les compositions valent, bien entendu le détour. Cela faisait bien longtemps que SAXON ne s'était pas fait aussi vindicatif et belliqueux, proposant des riffs hachés et hargneux, parfois à la limite du thrash. Le morceau-titre, « Sacrifice », qui fait suite à une courte introduction, prend ainsi des airs de démonstration de force. Le chant, toujours aussi puissant, de Biff Byford, le refrain immédiat et le solo très mélodique témoignent de l'envie et de la motivation qui habitent les Britanniques.

Puissance et mélodie sont des termes qui s'appliquent aisément à la majorité des titres de l'album, et tout particulièrement au plombé « Made in Belfast » qui voit une mandoline apporter une touche celtique à ce morceau traitant du travail acharné effectué par les ouvriers irlandais sur les chantiers navals de Belfast. Si Call To Arms se faisait plus rock dans l'approche, Sacrifice ne propose quasiment aucune accalmie et s'évertue à se faire percutant de bout en bout. On en retiendra principalement l'ultra-énergique « Warriors of the road », à classer quelque part à côté de « Heavy metal thunder ». Plus sombres, mais toujours inspirés, « Guardians of the tomb » et « Night of the wolf » convainquent sans forcer grâce à des refrains et des lignes mélodiques bluffantes.

Malgré toutes ses qualités, Sacrifice n'est pourtant pas l'album-ultime des Britanniques. Là où les albums précédents continuaient d'innover en matières d'ambiances et d'influences (reconnaissons au moins cela au mésestimé Into The Labyrinth), ce vingtième album de SAXON donne l'impression de faire machine arrière et de jouer la carte de la facilité. Difficile ainsi de passer outre la vacuité de certains titres tels que « Walking the steel », « Wheels of terror » où le final « Standing in a queue » qui n'apportent strictement rien à l'identité du groupe si ce n'est une version actualisée de son passé. En éliminant tous les risques de décevoir, SAXON finit justement par décevoir en proposant un album certes efficace et bombastic, mais bien moins foisonnant d'idées que ses prédécesseurs directs. Difficile ainsi d'imaginer que « Sacrifice » puisse bénéficier de la même durée de vie qu'un Inner Sanctum ou Call To Arms.

Là où SAXON rassure dans sa capacité à donner naissance, plus de 35 ans après ses débuts, à un heavy metal de qualité, le groupe donne avec Sacrifice l'impression de n'être capable de proposer « que » ça, mettant de côté les innovations qui avaient enrichi ses derniers opus. Reste que les nostalgiques et ceux qui ne jurent que par « Wheels of Steel » ou « Denim and Leather » seront aux anges à l'écoute de cet album qui, à défaut de devenir un classique, constitue un sympathique album « de plus » à mettre au compte de SAXON.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


BONFIRE
Point Blank (1989)
Un concorde sur l'atlantique




UFO
Lights Out In Tokyo (1992)
Avant que l'aube...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Biff Byford (chant)
- Paul Quinn (guitare)
- Doug Scarratt (guitare)
- Nibbs Carter (basse)
- Nigel Glockler (batterie)


1. Procession
2. Sacrifice
3. Made In Belfast
4. Warriors Of The Road
5. Guardians Of The Tomb
6. Stand Up And Fight
7. Walking The Steel
8. Night Of The Wolf
9. Wheels Of Terror
10. Standing In A Queue



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod