Recherche avancée       Liste groupes



      
DANCE POP  |  SINGLE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style : Madonna, Britney Spears , Ariana Grande

LADY GAGA - Applause (2013)
Par MOONDREAMER le 24 Août 2013          Consultée 1798 fois

So it begins... Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas entendu parler de LADY GAGA. Étonnamment longtemps, surtout quand on sait que la diva de la pop avait constamment obnubilé l’ensemble des ressources médiatiques à sa disposition pendant près de deux ans. Ce silence en était presque perturbant : GAGA était devenue un phénomène perpétuel, un bruit de fond constant auquel le public commençait à devenir accoutumé.


Mais c’était oublier que s’il est une qualité incontestable que l’on peut attribuer à Stefani Germanotta, c’est son sens infaillible du marketing, sa capacité à saisir le moment opportun pour se mettre en avant en manipulant le buzz comme bon lui semble. Vu sous cet angle là, le retrait médiatique n’en était que plus pertinent : là où d’autres, une fois la hype retombée, se seraient éteints dans d’ultimes appels désespérés pour susciter l’attention des médias, LADY GAGA s’est volontairement enfermée dans un silence qui n’a rendu son absence qu’encore plus remarquable.

A coup de formules aussi laconiques que mystérieuses, elle se cantonnait à évoquer sur un ton cryptique son futur album ARTPOP, prévu en novembre. Ce nom qui évoque l’audace du pop art, référence tout à fait volontaire pour celle qui se présente comme l’héritière d’Andy Warhol, semble aussi ambitieux que prétentieux. Mais l’attention est là et les fans crient déjà au chef-d’oeuvre.

Et c’est là que réside tout le problème avec « Applause », le premier single de ce messie tant attendu dans l’univers de la pop music. Il y eut d’abord une vidéo d’elle complètement nue en train d’expérimenter l’étrange méthode « Marina Abramovic », créée par la célèbre « artiste de performance » (connue pour l’exposition « The Artist is Present », présentée au MoMa à New York, dans laquelle l’artiste serbe est restée assise à fixer intensément chaque visiteur pendant une durée combinée de 736 heures). Puis, il y eut la sortie d’un trailer dérangeant pour son album, basé sur la psychologie inversée et dans lequel des sous-titres annoncent que « Gaga est finie », « plus pertinente » depuis Born This Way, ... Et enfin, sous prétexte que des leaks de mauvaise qualité allaient dénaturer la sortie de son premier single, GAGA déclare « l’état d’urgence musical » et fait paraître « Applause » une semaine avant sa date de parution prévue.

Le premier sentiment qui nous enveloppe à l’écoute de ce morceau se résume en une simple expression : « tout ça pour ça ?! ». Parce que oui, je vais enfin conclure mon interminable introduction pour enfin vous parler d’ « Applause ».

Comment le dire simplement ? Bon, allez écoutez le morceau une fois et revenez terminer cette chronique. C’est fait ? Voilà, vous avez compris : « Applause » est un morceau de dance pop, générique mais efficace, extrêmement entêtant et dansant, mais c’est tout. On nous promettait de la pop avant-gardiste, de l’audace musicale et un son unique. On se retrouve avec des sonorités confondantes de banalité, à peine sauvées par des paroles bien au-dessus de la moyenne du genre. Enfin, quand on voit la concurrence...



Le pire, c’est qu’ « Applause » n’est pas une mauvaise chanson. Non, vraiment, quelques écoutes suffisent à se rendre compte des qualités du morceau : un refrain puissant et catchy porté par la voix toujours aussi unique de Stefani, une énergie contagieuse et cette sensation d’immédiateté que seuls les plaisirs coupables savent susciter. Mais malheureusement, c’est loin d’être suffisant pour prétendre au titre de révolution, ou même pour être à la hauteur de la hype qu’elle avait elle même créée.

Les « Little Monsters » encenseront sans exercer le moindre esprit critique, le single se vendra par centaines de milliers d’exemplaires, mais ceux, dont je fais partie, qui attendaient (sans trop y croire) une révélation musicale resteront sur leur faim.

Milady, j'attends vraiment bien mieux de vous. La prochaine déception sera la dernière.

Note finale : 2.5/5, arrondi sans aucune hésitation à l’inférieur pour l’attente déçue.

A lire aussi en POP par MOONDREAMER :


VAMPIRE WEEKEND
Modern Vampires Of The City (2013)
Une vraie leçon de maturité




WOODKID
Iron (2011)
Rencontre avec un multi-instrumentiste de talent!


Marquez et partagez





 
   MOONDREAMER

 
  N/A



- Stefani Germanotta Alias Lady Gaga (voix, claviers)
- Dj White Shadow (synthétiseurs)


1. Applause



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod