Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD BLUES  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Bad Company
 

- Style : Led Zeppelin, Ted Nugent
- Membre : Free, Queen, King Crimson, Mott The Hoople, David Bowie
- Style + Membre : The Firm

BAD COMPANY - Live In Concert 1977 & 1979 (2016)
Par LONG JOHN SILVER le 19 Juillet 2016          Consultée 1381 fois

Aussi étonnant que cela puisse sembler, il n’existait jusqu’à ce jour aucun album enregistré en public par la formation originelle du groupe BAD COMPANY qui compta pourtant parmi les hérauts du rock des 70’s. Certes, il y eut bien une tentative en 2006, due à Mick Ralphs, afin de combler ce manque. Las, le disque Live In Albuquerque 1976 fut rapidement retiré de la circulation pour des raisons légales. On ne plaisante pas avec les ayant droit. Il faut croire que dix ans plus tard, tout le monde a enfin réussi à se mettre d’accord. Managée dès ses débuts par Peter Grant, la formation (du moins sa première mouture) a alors signé sur le label Swan Song, celui-là même qu’on retrouve aujourd’hui imprimé sur les galettes de ce double CD en concert.

Alors, quand on lit la liste des titres qui s’affichent sur les deux concerts* sélectionnés pour fournir la matière de la présente sortie, on ne peut que s’esbaudir, rendez-vous compte : « Ready For Love », « Shooting Star », « Simple Man », « Feel Like Makin’ Love », « Bad Company », « Rock Steady », « Rock’n’ Roll Fantasy », « Can’t Get Enough ». Auxquelles on peut ajouter les (un peu) moins réputées mais pas moins bonnes : « Burnin’ Sky », « Gone, Gone, Gone », « Movin’ On » ou encore « Run With The Pack ». Deux concerts captés à deux années d’intervalle, le premier à Houston suivant l’album Burnin’ Sky en 1977, le second à Londres lors de la promo de Desolation Angel, pour seulement deux doublons**. C’est dire à quel point ce groupe possédait la faculté de pondre des trucs imparables tout en donnant une invraisemblable sensation de facilité. Dès 1974, la bête immonde qui engendrerait le cauchemardesque Hard FM, l’horreur AoR, sommeillait, filtrait via le blues rock classieux de Bad Co. Déjà avec un ex King Crimson***en son sein. Essayez donc de vous départir du refrain de « Shooting Star » pour voir, de ne pas fondre sur les couplets de « Ready For Love », de faire la moue sur la progression majestueuse de « Bad Company », de ne pas craquer complétement sur « Feel Like Makin’ Love ». Bande de gueux ! Tout cela est tellement évident que c’en devient louche. Oui mais. Il y’a une différence abyssale de classe entre ces musiciens et tous les marchands du temple qui vont modéliser le concept, ne serait-ce que parce que Mick Ralphs et Paul Rodgers sont deux songwriters de talent (et déjà aguerris) avant d’être des membres de Bad Co. Quand ils fusionnent, cela donne « Feel Like Makin’ Love », LE standard absolu.

Bad Co c’est donc la moitié de FREE (Rodgers, Kirke), plus un ex MOTT THE HOOPLE (Ralphs) et un ex KING CRIMSON (Burrell). Un super groupe qui a réussi l’exploit de faire oublier qu’il en était un. Alors même que CREAM n’a jamais cessé d’être (re)présenté comme tel. Bien entendu, c’est la personnalité de Rodgers qui émerge, aussi parce que les autres font en sorte de n’être au service que d’un seul objet : la musique. Il suffit de se focaliser sur le jeu de basse fretless de Borrell couplé à celui de batterie de Kirke en écoutant ce live pour s’en rendre compte. De son côté, Mick Ralphs – excellent songwriter donc – n’a pas une approche de la guitare aussi physique que celle de Paul Kossof****, ni un sens de la mélodie aussi bluesy. En revanche, c’est un remarquable ambianceur qui sort des sentiers battus pour apposer son style propre. Paul Rodgers, dont Tony Blair aurait dit « si j’avais eu sa voix, je n’aurais jamais fait de politique »*****, ne se contente pas de chanter comme un dieu puisqu’il fait mieux que de la figuration comme instrumentiste. On l’entend beaucoup aux claviers ou à la guitare et s’il reste discret, il sait être hyper efficace dans ce rôle, cependant il s’empare de la guitare lead sur une reprise de « Hey Joe », pas vraiment indispensable pour le coup.

Peter Grant rechignait à publier des Live de ses poulains estimant que les enregistrements ne restituaient pas l’instant de manière satisfaisante. Alors que Bad Co remplissait les grosses salles au même moment que les WHO ou LED ZEPPELIN. C’est un point de vue qui se défend même si on a constamment en tête la fièvre délivrée par Free Live, on sait aussi que The Song Remain The Same n’a pas convaincu suffisamment alors que Led Zep était connu pour envoyer des décharges telluriques. Les deux concerts dévoilés ici sont aujourd’hui garantis sans aucune retouche, bruts de pomme. On est à l’époque où le groupe commence à expérimenter les synthés et autres joujoux électroniques, notamment en 1979. Pourtant, sur scène, le son reste très classique 70’s. Organique. À l’inverse du Zep, Bad Co ne se lance pas dans de longues séquences improvisées, le groupe délivre une collection de grandes chansons. C’est sympa.

Mais pas grandiose. Pourtant, ça joue la plupart du temps excellemment bien. Malgré le parti pris de sélectionner deux concerts, de conserver à deux reprises l’unité de temps et de lieu, on a du mal à dépasser la saveur d’un (super) best of en Live. Heureusement, des titres moins évidents comme « Evil Wind » ou le très sémillant « Live For The Music » viennent ajouter une patte funky à l’ensemble. Le son très brut du rendu, limite sortie de console, manque tout de même un poil d’ampleur, de profondeur, pour nous étreindre suffisamment. Alors, on peut toujours arguer de l’honnêteté du procédé et blablabla, cela ne m’empêche pas de penser que – outre le débat éthique sur la chose qui possède aussi ses limites –, on aurait largement pu parvenir à un résultat plus chaleureux en faisant sonner ces disques comme des cathédrales, sans pour autant changer une seule des notes jouées ces soirs-là.

Du coup, s’ensuit comme un sentiment de frustration, on est content de disposer du témoignage mais pas radieux. Il est vrai qu’aucun Live de Bad Co enregistré postérieurement à celui-ci n’est à proprement dire époustouflant, même si (notamment) le Live At Wembley 2010 est franchement sympa. Ce groupe excellait en studio or Peter Grant avait peut-être raison après tout : impossible de retranscrire l’émotion du Live sur skeud. Du moins concernant ses poulains. Bon, je suis peut-être un poil mal léché car un néophyte découvrirait ici une pléiade de titres inoubliables quand un habitué s’accrochera possiblement à leurs versions studio en repensant à l’époque de Free Live, celle où la transpiration du lieu suintait depuis la pointe d'une aiguille posée sur un disque jusqu'aux enceintes, en passant par les fils.

Les + : Les lignes de basse de Boz Burrell, la qualité des chansons, la prestation du groupe
Les - : Le manque d’ampleur du son, l’aspect collection de chansons

* Exceptée « Hey Joe » enregistrée à Washington quelque mois après le concert de Londres en 1979, mais insérée sur le 2e CD au moment des rappels
** « Rock Steady » et « Feel Like Makin’ Love »
*** Boz Burrell (basse), l’autre ex KC, Ian McDonald suivra Mick Jones en 1976 pour former FOREIGNER (brrrrr). Une pensée pour un troisième, John Wetton qui intégrera ASIA (Aaaargggghhhhhh !!!!) en 1980
**** Guitariste prodige de FREE
***** A priori la musique n’était pas faite pour lui, quoique au pipo

A lire aussi en ROCK par LONG JOHN SILVER :


Pat BENATAR
Wide Awake In Dreamland (1988)
En pleine tête




Les VARIATIONS
Take It Or Leave It (1973)
Les sentiers de la gloire


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Paul Rodgers (chant, guitare, piano, harmonica)
- Mick Ralphs (guitare, piano, choeurs)
- Boz Burrell (basse)
- Simon Kirke (batterie)


- Cd 1
1. Burnin' Sky
2. Too Bad
3. Ready For Love
4. Heartbeat
5. Morning Sun
6. Man Needs Woman
7. Leaving You
8. Shooting Star
9. Simple Man
10. Movin' On
11. Like Water
12. Drum Solo
13. Live For The Music
14. Good Lovin' Gone Bad
15. Feel Like Makin' Love

- cd 2
1. Bad Company
2. Gone, Gone, Gone
3. Shooting Star
4. Rhythm Machine
5. Oh, Atlanta
6. She Brings Me Love
7. Run With The Pack
8. Evil Wind
9. Drum Solo
10. Honey Child
11. Rock Steady
12. Rock'n'roll Fantasy
13. Hey Joe
14. Feel Like Makin' Love
15. Can't Get Enough



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod