Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Bad Company
 

- Style : Led Zeppelin, Ted Nugent
- Membre : Free, Queen, King Crimson, Mott The Hoople, David Bowie
- Style + Membre : The Firm

BAD COMPANY - Desolation Angels (1979)
Par WALTERSMOKE le 27 Septembre 2016          Consultée 1003 fois

Après la déconvenue de Burnin' Sky (1977), Bad Company prend un peu plus de temps pour réaliser son 5e album studio. Il faut dire que le groupe vit de plus en plus sous pression : en plus de devoir sortir des albums studio décents, il faut également assurer en concert. La scène devient cependant de plus en plus un bon endroit pour augmenter la tension, y compris entre les membres du groupe.

Mais Bad Co tient encore et sort en 1979 Desolation Angels. Tirant son nom d'un roman de Kerouac, l'album se présente déjà mieux que son prédécesseur, avec une pochette intéressante à défaut d'être franchement belle. Ensuite, niveau contenu, on revient à du Bad Co classique dans la forme : si Paul Rodgers reste le compositeur principal, Mick Ralphs s'impose pour sa part sur une suite de trois chansons en face B. La surprise de Desolation Angels vient cependant du bassiste Boz Burrell. Certes, il avait participé à des compositions collectives (logique), mais contrairement à Simon Kirke, il n'avait jamais été seul à la plume. C'est désormais chose faite avec "Gone, Gone, Gone", dont le caractère tubesque en fera l'un des deux singles, avec "Rock'n'roll Fantasy". Ces deux-là ont d'ailleurs tendance à rassurer. En effet, "Rock'n'roll Fantasy" débarque sans prendre de pincettes, et avec des musiciens en pleine forme, surtout Ralphs, qui d'ailleurs semble expérimenter des guitares-synthétiseurs. Quant à "Gone, Gone, Gone", c'est un nouveau classique à rajouter à Bad Co, avec un riff à trois temps simple mais percutant.

Musicalement, Bad Company est donc en forme, et le reste de l'album le prouve. Le rythme de Desolation Angels est en moyenne bien élevé, et personne ne se fait prier pour bien faire. En témoignent, en plus des singles donc, d'autres hits potentiels comme "Evil Wind", le bluesy "Lonely for your Love", "Rhythm Machine" (seule contribution de Kirke qui co-écrit avec Burrell). En fin de compte, Bad Co signe ici la meilleure collection de chansons depuis... le premier album ? Rien que ça ? Et ce ne sont pas les inévitables ballades qui feront dire le contraire : "Crazy Circles" n'a pas de problème à s'imposer en grand moment acoustique au milieu d'un déluge électrique, et il en va de même pour "Take the Time". Ensuite, pour parler des choses qui fâchent, "She Brings me Love" est du Bad Co dans le texte, mais s'éternise trop, ce qui ne le fait pas pour une conclusion – ou alors elle aurait dû être épique, ce qui n'est pas le cas.

Il n'y a pas à s'étendre une éternité : Desolation Angels est le deuxième meilleur album de Bad Company. Malgré les tensions, malgré la pression régnant alors en studio, le quatuor a su rebondir et se dépasser. Une conséquence heureuse est sa bonne perfomance commerciale, plutôt honorable dans un contexte pas forcément favorable (disco d'un côté, heavy metal de l'autre). Une belle manière de conclure les années 70, donc.

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


BAD COMPANY
Bad Company (1974)
De la cendre à la lumière




PULP
This Is Hardcore (1998)
Catharsis


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Paul Rodgers (chant, guitare, claviers)
- Mick Ralphs (guitare, claviers)
- Simon Kirke (batterie)
- Boz Burrell (basse)


1. Rock'n'roll Fantasy
2. Crazy Circles
3. Gone, Gone, Gone
4. Evil Wind
5. Early In The Morning
6. Lonely For Your Love
7. Oh, Atlanta
8. Take The Time
9. Rhythm Machine
10. She Brings Me Love



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod