Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Bruce Springsteen

LITTLE STEVEN - Born Again Savage (1999)
Par MARCO STIVELL le 1er Septembre 2016          Consultée 1085 fois

Sacré LITTLE STEVEN ! Son cinquième album, Born Again Savage, est le plus isolé de sa carrière solo, publié après qu'elle a atteint son crépuscule. On dira en fin de chronique pourquoi, parce que ça vaut le détour ! (*)

En attendant, disons au moins que le disque, sorti en 1999, a été enregistré cinq ans plus tôt, en 1994, en pleine période grunge. Il y a beaucoup de choses intéressantes à savoir autour de ce disque, et Steve n'est point avare dans sa préface. Born Again Savage aurait été imaginé en 1969. Son processus d'aboutissement se déroule sur vingt ans, sa sortie aurait dû suivre de près celle de Revolution.

Seulement, notre LITTLE STEVEN est peut-être conscient que sa carrière solo ne fera guère plus d'étincelles. Alors il voyage, il s'imprègne davantage des autres cultures, orientales notamment, et il écrit ces notes positives, en reprenant d'abord le ton contestataire qu'il avait dans les années 80 (monde corrompu, populations manipulées) pour conclure sur un ton plein de sagesse et d'amour. Amour de soi surtout, car il met en avant les qualités de chacun, les beaux moments qu'on connaît tous, éphémères mais d'autant plus importants.

Justement, Steve se souvient de sa jeunesse, lorsqu'il commençait à écrire le disque tout en s'imprégnant de ses amours musicales, je cite : THE KINKS, THE WHO, THE YARDBIRDS, CREAM, JEFF BECK GROUP et LED ZEPPELIN. Born Again Savage leur rend hommage, à tous. La pochette emploie les tons psychédéliques de la fin des sixties.

Et puis sur le plan musical, ce n'est pas un moindre détail, LITTLE STEVEN prend le contrepied total de Revolution et ses consonances funk/électroniques. Born Again Savage, comme le titre l'indique, est à la fois renaissance et authenticité. C'est un disque rock, le plus simple de tous.

En dehors de quelques choeurs (parmi lesquels le batteur mythique Steve Jordan et le bassiste des feu-DISCIPLES Of SOUL, Jean Beauvoir), c'est la bonne vieille formule chant/guitare/basse/batterie. Steven tient les deux premiers, et quand on vous dit qu'il a de la suite dans les idées, son trio est complété par deux musiciens tout sauf attendus... Jason Bonham, le fils de John, seul et unique batteur de LED ZEPPELIN trop vite parti, ainsi qu'Adam Clayton, le membre le plus discret (et le plus appréciable) des Irlandais qui composent U2.

Beaucoup de choses ont été dites et restent à dire, donc on ne détaillera pas précisément ce disque excellent de bout en bout. Disons qu'il permet d'apprécier pleinement la qualité de LITTLE STEVEN en tant qu'auteur et compositeur, mieux que jamais.

D'une part, il conserve le format étiré des morceaux des deux disques précédents (6 minutes, parfois huit) et prend le temps de développer des histoires façon Bob DYLAN, dont il retrouve les intonations vocales railleuses et folkeuses, sur fond de riffs acérés, de rythmiques lourdes alternées avec des arpèges de guitare 12 cordes planants ("Saint Francis", "Lust for Enlightment"). Le tout en mode "semi-progressif", s'il vous plaît. La religion est le thème principal, les illustrations du livret sont très stylées.

D'autre part, LITTLE STEVEN fournit des morceaux rock courts qui n'ont rien à envier à ceux de son ami Bruce SPRINGSTEEN, préfigurant même l'orientation prise par le Boss au cours des années 2000 en terme de son. "Flesheater" et "Camouflage of Righteousness" se veulent aussi hargneux qu'efficaces, tandis que "Guns, Drugs and Gasoline" et "Organize" s'aventurent carrément sur des terrains garage-punk.

Les guitares sont organiques, et le trio révèle une cohésion parfaite, comme sur l'intro de "Tongues of Angels" : écoutez comment la basse ronde de Clayton s'élève au milieu des six cordes, loin de U2 et Zooropa ! "Born Again Savage", le morceau, est très prenant par son cynisme chanté, sa rugosité et son caractère blues héroïque. Waouh ! Quant à "Salvation" (re-waouh !), c'est le single idéal, le refrain immédiat soutenu par un riff adapté, tout comme le batteur Bonham qui groove à mort !

Le son a quelque chose de rétro tout en bénéficiant des moyens modernes. C'est l'occasion de reparler un peu de Zoe Yanakis, ex-accompagnatrice de LITTLE STEVEN qui participe à l'enregistrement. La demoiselle, devenue Madame Thrall, s'est mariée à Pat le guitariste, bien connu dans le milieu. Ils dirigent ensemble les Studios at the Palms, Las Vegas, où se croisent pêle-mêle Britney SPEARS, MAROON 5, Céline DION, Michael JACKSON. Le son est "rough", rugueux, bien taillé pour ce disque riche.

(*) Steve rejoint Bruce SPRINGSTEEN et l'E STREET BAND pour leur reformation temporaire en 1995, puis pour la définitive à partir de 1999. Entretemps, il lui arrive un truc dingue, puisqu'il se découvre des talents d'acteur, le jour où il introduit les RASCALS au Rock'n'Roll Hall of Fame d'une façon tout à fait originale et amusante. David Chase, fan de sa musique, voit cette prestation à la télé et lui propose de faire du cinéma.
Steve accepte de figurer au casting des Sopranos, la série que Chase vient d'écrire, mais il préfère laisser le premier rôle qu'on lui propose à un vrai professionnel (ce sera James Gandolfini). Il sera alors Silvio Dante, patron d'une boîte à striptease, un des rôles les plus présents au cours des six saisons diffusées entre 1999 et 2007, avec un succès énorme, critique et public.
Il est donc lieutenant de Bruce SPRINGSTEEN, et parallèlement il singe Al Pacino sur le petit écran. C'est la plus belle situation du monde, et sa carrière solo peut reposer tranquillement ! Ca marche tellement bien qu'à partir de 2012, Steve décroche enfin le premier rôle, cette fois dans Lilyhammer, et de nouveau en mafioso, fraîchement débarqué en Norvège ! De quoi donner le sourire à nouveau. La forza del destino, disait un autre rital.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


BLUEHORSES
Dragons Milk And Coal (1999)
Le hard-rock celtique dans toute sa splendeur

(+ 1 kro-express)



HOWARD
Moan (2017)
Rock


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Little Steven (guitares, chant)
- Jason Bonham (batterie)
- Adam Clayton (basse)
- + Jean Beauvoir, Steve Jordan (choeurs)
- Ben Newberry, Frank Newberry (choeurs)


1. Born Again Savage
2. Camouflage Of Righteousness
3. Guns, Drugs, And Gasoline
4. Face Of God
5. Saint Francis
6. Salvation
7. Organize
8. Flesheater
9. Lust For Enlightenment
10. Tongues Of Angels



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod