Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1987 Frehley's Comet
1988 Live+1
  Second Sighting
1989 Trouble Walkin'
2006 Greatest Hits Live
2009 Anomaly
2014 Space Invader
 

- Style : Aerosmith, Guns N' Roses
- Membre : Kiss

Ace FREHLEY - Live+1 (frehley's Comet) (1988)
Par LONG JOHN SILVER le 29 Octobre 2016          Consultée 741 fois

La carrière de Space Ace est cernée d’espaces, de moments (interminables) de vide intersidéral. La productivité n’est pas, n’a jamais été, son fort. Le fait que le Spaceman ait peu publié n’explique cependant pas pourquoi Live+1, ce qui signifie qu’y sont gravés « 4 titres live + 1 inédit en studio »/ a priori trouvable au stand des live inutiles du hard rock qu’Erwin nous force à chroniquer/ un EP qui plus est/ j’en ai fini/ mérite tout de même sa chronique. Allons même au delà du (bref) document historique dédié à un des guitar hero les plus cool de l’histoire, car ledit document mérite tout de même récit. Ace est entouré de ses Comets, dont Anton Fig, bien présent ce soir de 1987 à Chicago. Le sessionman, pote de l’ex KISS, a des engagements autres. Il ne peut jouer tous les concerts. Cependant on a du lourd au programme, du moins du supposé. Sa contribution devient incontournable. Quatre extraits seront mis en boîte ce soir de septembre où on partage l’affiche avec WHITE LION et Y&T, qui sont loin tout de même – à la réflexion - d’être des aigles. Mais là n’est pas le propos.

Ace semble avoir les crocs, quant à lui. Son groupe envoie du costaud en live, délivré des manipulations en studio, donc des synthés. L’album Frehley’s Comet n’en manquait pourtant pas. Cependant, Ace a décidé de se passer de ces gadgets sur scène; or bien lui en a pris. Quatre titres live, c’est court. Le pépère ne va pas vraiment jusqu’à reprendre KISS, il emprunte juste deux titres qu’il a écrits et enregistrés – sans les autres mais avec Anton Fig - durant cette période, figurant sur des albums publiés avec le logo KISS imprimé dessus. Passées quelques mesures de « Fractured Mirrors » qu’on entend diffusées via la sono de l’Aragon Ballroom, « Rip It Out » démarre gorgée d’énergie. On finira la partie Live du EP au son de « Rocket Ride », bourrée de sève également. Space Ace tient une forme éblouissante, sa main droite fait surgir de la foudre de ses soli, alors qu’on se rend compte – certes bien tard – que son jeu pastiche admirablement celui de Jimmy PAGE. Ses interventions recadrent le groupe dans un sillon nettement plus heavy rock que sur album.

Entre les deux instants, où Ace fait aussi chanteur (donc), surgissent deux des titres les plus hard fm de l’opus studio 1987, « Breakout » et « Something Moved » chantés par Tod Howarth. Ils sont ici pour mettre en avant l'aspect "groupe". Ace ne fait pas tout, il laisse même à Anton Fig l'opportunité de se lancer dans un solo de batterie. Ils sont surtout là (ces deux morceaux) pour faire fondre les minettes qui sommeillent dans nos panses de buveurs de bières. Le gars Howarth n’a pas froid aux yeux, il y met un max de conviction alors que Ace reste à des niveaux stratosphériques à la gratte. On a connu plus infâmant. Du coup, on n’a plus trop l’esprit à s’intéresser à « Words Are Not Enough », un fond de tiroir tripatouillé et sorti pour l’occasion. À nouveau du hard fm truffé aux synthés, un filler destiné à faire briller le boss. Sans plus.

Le EP, une fois sorti, fit une carrière relativement honorable dans les charts, suivant un premier LP qui avait répondu de façon encourageante aux attentes en terme de retombées. Aujourd’hui, sa prod – formellement du moins – plus organique que celles des LP studio lui confère un statut particulier. Si vous souhaitiez ardemment connaître la réponse à cette question existentielle, à savoir : comment Ace sonnait « en vrai » pendant ces temps reculés, plus souvent ignorés que réellement oubliés, la réponse est là. Elle est loin d’être désagréable: alors oui, va pour la Kro. Erwin nous a bien demandé de faire preuve au maximum d’exhaustivité si je ne m’abuse ?

A lire aussi en HARD ROCK par LONG JOHN SILVER :


AEROSMITH
Permanent Vacation (1987)
Sous les pavés, la plage




URIAH HEEP
Abominog (1982)
(Think it) Over the top


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Ace Frehley (guitare, chant)
- Tod Howarth (guitare, chant)
- John Regan (basse, choeurs)
- Anton Fig (batterie)


1. Rip It Out
2. Breakout
3. Something Moved
4. Rocket Ride



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod