Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (21)
Questions / Réponses (2 / 7)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Simple Minds, The Silencers , Big Country, The Chameleons , Kitchens Of Distinction, Echo And The Bunnymen
- Membre : The Edge

U2 - The Joshua Tree (1987)
Par CHIPSTOUILLE le 17 Juin 2006          Consultée 9755 fois

U2, c'est un groupe qui fonctionne par trilogies. Et oui, c'est comme ça, donc si vous êtes fort en mathématiques, en sachant que The Joshua Tree est le cinquième album des irlandais, vous parviendrez sans difficulté à savoir qu'il s'agit du second album de leur seconde trilogie (qualifiée d' "américaine" – et donc l’équivalent numérique de l’empire contre-atta… mais qu’est ce que je raconte moi ?). En fait, le coup des trilogies est discutable, mais il faut avouer que The unforgettable fire voyait le groupe perdre quelque peu sa fougue de première jeunesse (qui aura vu son paroxysme sur War) pour se consacrer à quelque chose de plus mature... On aura surtout retenu que c'était moins pêchu, un peu à l'image de ce nouvel album.

Pour autant la carrière du groupe s'envole et c'est grâce à ce Joshua Tree concocté aux petits oignons que U2 accédera à la reconnaissance mondiale (comprenez, des États-Unis d'Amérique pour un groupe européen). Et il est vrai que The Joshua Tree ne manque pas d'argument, "Where the streets have no name", "I still havn't found what I'm looking for" et l'excellente ballade "With or without you" ; 3 bombes d'une puissance dévastatrice balayant sur leur passage quelques charts mondiaux (comprenez encore et toujours, entre autres, les États-Unis d'Amérique).

Car ils se seront donnés corps et âmes pour les conquérir ces foutus États-Unis, depuis la tournée succédant à Boy, ils n'auront eu de cesse de faire du pied au nouveau monde. C'est avec une petite touche de blues qu'ils parviendront à leur fin (chose qui se fait ressentir sur des titres moins connus comme "Running to stand still" ou "Trip through your wires") et puis - surtout - à une production réglée dans ses moindres millimètres : le groupe aura consacré des mois à enregistrer cet album (qui donnera lieu à un reportage par Philip King) jusqu'à pratiquement vouloir tout laisser tomber ou reprendre de vieux enregistrements sur magnéto après avoir essayé plus de 100 combinaisons différentes sans succès (pour "Where the streets have no name" si ma mémoire ne me joue pas des tours).

Pour certains, The Joshua Tree représente la quintessence du rock des années 80, et par la même occasion le meilleur album de U2. Peut-on leur donner tort ? Objectivement, à quelques exceptions près ("Bullet the blue sky" voir "Running to stand still") chaque titre de l'album aurait pu mériter les honneurs de sortir en single ("In god's country" ou "One Tree Hill" qui auront pourtant eu ce privilège seront injustement "oubliés") et l'album est pour ainsi dire irréprochable de bout en bout. Tout est peaufiné jusque dans les moindres détails, tant bien qu'on se dit que seul un groupe de l'envergure de U2 pouvait réellement sortir un tel album... Car tout est calibré pour marcher, en somme pour faire rêver la ménagère de moins de 50 ans qui écouterait "With or without you" alors en pleine réflexion métaphysique au rayon légume d’Auchan pour choisir entre des courgettes et des carottes pour l’accompagnement du soir.

Le gros problème de l'arbre de Joshua, c'est finalement ce côté complaisant, trop lisse. L'album s'écoute "comme à la radio", sans l'ombre d'une aspérité, rien n'est à dominer ou à conquérir, rien. Certes on a bien quelques sons de clavier assez neufs (merci Brian ENO et Daniel LANOIS), une production que l'on jugerait appartenir à la décennie suivante (pas de sons synthés cheap, ni de réverbération outrancière comme c'était la mode) mais il n'y a aucune prise de risque dans cet assemblage de morceaux conçus pour plaire au plus grand nombre. Tout ceci est donc objectivement sans réelle faute de goût, bien fait, un travail d'ouvrage de qualité. Le petit coup de folie qui lui fait d'ailleurs tant défaut lui aurait sans doute fait perdre de nombreux adhérents. Finalement, U2 a vendu son album par palettes, qui s'en plaindra ?

A lire aussi en ROCK par CHIPSTOUILLE :


QUEENS OF THE STONE AGE
...like Clockwork (2013)
"Sans doute les larmes font-elles du bien parfois"




FOO FIGHTERS
Live At Wembley Stadium (2008)
The best of them


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Bono (chant)
- The Edge (guitares)
- Larry Mullen Jr (batterie)
- Adam Clayton (guitare basse)


1. Where The Streets Have No Name
2. I Still Havn't Found What I'm Looking For
3. With Or Without You
4. Bullet The Blue Sky
5. Running To Stand Still
6. Red Hill Mining Town
7. In God's Country
8. Trip Through Your Wires
9. One Tree Hill
10. Exit
11. Mothers Of The Disappeared



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod