Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Simple Minds, The Silencers , Big Country, The Chameleons , Kitchens Of Distinction, Echo And The Bunnymen
- Membre : The Edge

U2 - Songs Of Experience (2017)
Par BAKER le 1er Mai 2018          Consultée 2041 fois

Après le temps de l'innocence (qui se termine lorsque, par définition, on "croque la pomme"), vient donc le temps de l'expérience. Comme par exemple de laisser les gens décider s'ils veulent écouter ton album ou pas. Paf, allez, une petite piqûre de rappel. Mais ça fait toujours du bien, ça fouette le sang. Trêves de méchancetés gratuites, U2 a donc finalement honoré sa promesse de donner une suite à son album de 2014 - album qui, pour rappel, était peut-être le moins bon de leur carrière. Mais entre temps, il n'y a pas eu que le mini-scandale de IThunes (jeu de mots facile), il y a eu aussi la tragédie du Bataclan, qui a touché le groupe Irlandais (et votre serviteur, entre milliers d'autres) en pleine gueule. Il est donc aisé de comprendre que malgré quelques singles typés rock, le ton de cet album soit majoritairement crépusculaire. C'est le revers de l'expérience.

Ce qui est plus délicat, et sujet à caution, c'est qu'après ce funeste 13 novembre, U2 n'ait pas retrouvé les fondamentaux d'un esprit d'équipe et sonne, tout autant que Innocence, moins comme un groupe de rock que comme un terrain de jeu propice aux discours de sire Bono. Les titres peuvent d'ailleurs très facilement se diviser en trois catégories : les vraies réussites, les chansons carrément ratées et les titres qui sonnent totalement comme du Bono solo. Mais, me direz-vous, Bono solo pour le moment ça n'existe pas, pas officiellement ? Non. Disons que c'en est un avant-goût.

Malgré quelques sons de guitare rythmique typiques de The Edge, des chansons comme "Landlady", "Showman" ou le final "13" laissent toute latitude à la prose verbeuse, à la limite du saoulant, de Paul Hewson, à grands renforts de synthétiseurs et en mettant la section rythmique en veilleuse ou la ramenant à la portion congrue. Attention, ce ne sont pas de mauvais titres. Loin de là même sur certains plans ; en revanche l'émotion que ces chansons veulent véhiculer est souvent restreinte. Mais elles apportent une solennité à l'album qui tranche avec la bonne humeur parfois factice, trop expansive, qui plane sur les passages plus rock, comme sur le single (matraqué sur les radios) "Best Thing About Me" qui, s'il permet à The Edge de se prendre pour Nile RODGERS, n'arrive pas à marier couplet et refrain de façon harmonieuse. "Red Flag Day" également tente de retrouver la fraîcheur des compositions de Boy, mais il y a un peu trop de bla-bla et pas assez de rage pour y parvenir.

Plus embêtant, pour un groupe aussi célèbre et ancien et qui parle de "chansons d'expérience", la présence de deux ou trois ratages incompréhensibles à ce niveau. Comme "Get Out Of Your Own Way" qui succède à "Best Thing" avec les mêmes accords dans la même tonalité : l'excellent solo de The Edge ne parvient alors pas à donner à cette chanson une vraie légitimité. Ou encore l'extrêmement médiocre "Summer of Love", vide comme du Ed SHEERAN, consensuel et inoffensif comme du BIGFLO & OLI (sans exagérer), et pour couronner le tout, une erreur d'editing à 2m08 qui est simplement honteuse à ce niveau de budget, de célébrité et plus largement pour une chanson si basiquement rock. Et certains d'entre vous ne pardonneront toujours pas cette volonté, cette lubie même, de vouloir étendre son spectre sonore à tout prix, même le plus cher, avec un fourre-tout comme "American Soul" non dénué d'intérêt mais trop hétéroclite.

L'expérience n'a donc pas forcément apporté stabilité et savoir-faire qui devaient balayer le charme mais aussi la folie non maîtrisée de l'innocence. Mais le boudage de plaisir ne sera pas le maître mot final. Car U2 a encore des choses à dire et, s'il noie son propos, il sait encore charmer voire surprendre. A cet effet, le début du disque est un joli plaisir autrement plus convaincant que le "Miracle de Joey Ramone" : la chanson d'intro, utilisant pourtant cette arme du Malin qu'est l'autotune, se veut belle, très introspective et à la limite du post-rock, tandis que l'autre single, "Lights Of Home", possède une efficacité indéniable et contre laquelle toute résistance serait futile. Epique mais restreint, tubesque mais pas bâclé, doté d'un final en mode majeur dont la putasserie est bienvenue (elle était même espérée), ce titre promet de grands moments de communion en stade, même si Bono devrait se résoudre à l'évidence : il n'y aura plus jamais d'équivalent au Live Aid (et ce n'est pas en mettant BEYONCE en tête d'affiche à Coachella que ça va améliorer les choses).

Expérimental et sombre ("The Blackout"), mélangeant l'intimiste et la rage contenue ("The Little Things"), tentant la chanson post-Bataclan d'amour entre les peuples à la VUUR de "Reunite !" ("Love Is Bigger"), U2 ne convaincra pas les anciens fans qui ont décroché aux premiers beats techno d'il y a 20 ans, et encore moins ceux qui n'ont pas tenté d'apprécier la beauté contenue dans No Line On The Horizon, mais c'est un album moins évident qu'il n'y paraît et qui, malgré quelques gros pâtés, se montre supérieur à son album jumeau pratiquement déjà oublié.

La version deluxe intéressera à la rigueur les fans. Son gros avantage est d'avoir la chanson "Ordinary Love", énorme tube qui était un single-only mais ici dans un mix trop techno (au milieu de Pop, ce titre aurait cartonné). "Book of Your Heart" (qui rappelle de très loin BJORK) est mignonne, et la version avec cordes de "Lights of Home" est moins efficace mais pas inintéressante. En revanche, le remix "U2 vs Kygo" de "Best Thing", une abominable daubasse à rendre sourd, qui finit cette version deluxe sur une très mauvaise note, rappelle le souci principal du groupe depuis quelques années : ne pas savoir correctement s'entourer.

A lire aussi en ROCK par BAKER :


Steven J. VERTUN
Ghost, Shadow And Sun (2017)
Cathartique, mais aussi direct et percutant




David KNOPFLER
Lifelines (1991)
Un très bon disque personnel.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Bono (chant)
- The Edge (guitare, claviers, choeurs)
- Larry Mullen Jr (batterie)
- Adam Clayton (basse)
- Jacknife Lee (guitare, claviers, prog, choeurs)
- Ryan Tedder (claviers, guitare, prog, choeurs)
- Brent Kutzle (guitare, claviers, prog)
- Andy Barlo (claviers, prog)
- Gosha Usov (claviers)
- Andrew Taggart (claviers)
- Paul Epworth (claviers, prog)
- Lady Gaga (choeurs)
- Julian Lennon (choeurs)
- Kendrick Lamar (narration)


1. Love Is All We Have Left
2. Lights Of Home
3. You're The Best Thing About Me
4. Get Out Of Your Own Way
5. American Soul
6. Summer Of Love
7. Red Flag Day
8. The Showman (little More Better)
9. The Little Things That Give You Away
10. Landlady
11. The Blackout
12. Love Is Bigger Than Anything In Its Way
13. 13 (there Is A Light)
- bonus
14. Ordinary Love (extraordinary Mix)
15. Book Of Your Heart
16. Lights Of Home (st Peter's String Version)
17. You're The Best Thing About Me (u2 Vs Kygo)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod