Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ensemble Minisym
 

 Moondog, Le Viking De La Sixième Avenue (140)

MOONDOG - Moondog In Europe (1977)
Par ERWIN le 19 Février 2017          Consultée 310 fois

En 1974, Louis Hardin « MOONDOG » est invité à donner une représentation en Allemagne... Ses premiers pas en terre germanique sont une révélation, marcher sur les traces des grands anciens classiques lui fait se sentir « at home ». Du coup, notre camarade Viking reste pendant quelques mois dans les rues de Hambourg. Au cours de ses pérégrinations, il va rencontre Ilona sommer, qui va devenir sa muse et son assistante, elle va l'emmener vivre dans la Rühr au sein de sa famille. C'est aussi à cette époque qu'il va rencontrer Stefan Lakatos, a qui il va transmettre son art des percussions ainsi que la capacité à les construire. Bref, une toute nouvelle vie, plus agréable et facile. Ce n'est pas un mal car MOONDOG, Malgré sa constitution robuste, vieillit lui aussi.

L'évolution est constante dans la musique de MOONDOG, c'est ainsi une étrange ambiance qui se dégage de l'introductive « Viking 1 », une quasi berceuse qui vue son titre laissait présager quelque chose de plus épique. Maintenant finalement, cette mélodie n'est elle pas à l'avenant de notre viking de la sixième rue ? Calme, pondéré, équilibré et finalement facétieux ? Même si on reconnaît la patte, les percussions sont toutefois réduites à leur plus simple expression. D'ailleurs « In vienna » poursuit sur le même mode opératoire, et fait penser à une musique de manège romantique – Viennois en effet -. Le son du celestia renforce cette idée presque enfantine et positive. Sur la « Chaconne in C », MOONDOG reste dans cette atmosphère pleine d'innocence, mais brumeuse et éthérée. Ce sont pourtant déjà les grandes orgues qui sont à l'oeuvre.

La « Romance in G » nous replonge avec délice dans les méandres de la pensée du compositeur baroque qu'est Louis Hardin. Elle fait preuve d'une sensibilité exquise, et s'aligne sans difficulté face aux grandes œuvres de ses aînés du 18eme siècle. La surprenante « Heimdall fanfare » est un titre d'une grande originalité, un canon de 9 cors, vous n'en entendrez pas beaucoup de ce genre. Je rappelle qu'Heimdall était le gardien du pont de l'Arc en ciel, la porte d'entrée vers Asgard, cité des Dieux nordiques, et qu'il sonnait l'alarme avec un cor qui sonnait comme cent. L'ensemble est certes un peu répétitif, mais ne manque pas de puissance.

Attaquons ensuite l'ensemble des « Logrundr », joué sur un grand orgue de cathédrale. Les thèmes y sont souvent lents et majestueux. Il en est ainsi du magnus opus de cet album, j'ai nommé « Logrundr XII », qui impose malgré sa simplicité désarmante une puissance d'évocation formidable. Toute la magie de MOONDOG est ici encore à l'oeuvre sur ce court morceau à l'atmosphère résolument dantesque. A titre personnel, il ne doit pas se passer une journée sans que je ne fredonne cette mélodie. Juste phénoménal. Le « Logrundr XIX », presque sépulcral, fait œuvre minimaliste, mais se signale par une jolie mélodie plutôt moderne et que je qualifierai volontiers de pop, est-on si loin des BEATLES au niveau harmonie ? Plus de 8 minutes de rêve éveillé ! « Logrundr IV » nous rapproche de BACH – toutes proportions gardées – et projette une troublante beauté. « Logrundr III » est presque guillerette et propose l'adjonction des percussions made in MOONDOG. « Logrundr VII », presque dissonante, et du coup très remarquable. La démarche incompréhensible pour un tel instrument ne peut que surprendre l'auditeur. Elle en devient hypnotique et occupe un statut à part. Hautement recommandable.

Nous continuons dans la surprise la découverte de l'oeuvre de MOONDOG. Chaque opus est très distinct dans la discographie. Celui ci est l'un des plus « renfermés », due au nombre élevés de pièces pour orgues. Cela ne s'adresse donc pas à tout le monde, mais la qualité reste de mise, d'autant que le rebond européen de l'artiste n'est pas un caprice. Comme d'habitude avec notre viking, la démarche se situe dans la durée. D'ailleurs, les jours de l'habit viking sont désormais comptés, Ilona parvient à infléchir peu à peu ses habitudes vestimentaires, d'autant que la révélation traumatisante que les vikings ne portaient pas de casque a porté...

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par ERWIN :


Max RICHTER
The Leftovers Saison 3 (2017)
Profond




MOONDOG
Moondog (1969)
Le plus grand album de tous les temps


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Viking 1
2. Heimdall Fanfare
3. Romance In G
4. In Vienna
5. Chaconne In C
6. Logrundr Iii
7. Logrundr Xii
8. Logrundr Xiii
9. Logrundr Iv
10. Logrundr Vii
11. Logrundr Xix



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod