Recherche avancée       Liste groupes




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ...>...>>... 82
Le délai entre votre enregistrement et la publication peut être assez long. Patience !
Seules les propositions d'albums parus il y a plus de six mois sont validées.
Toute proposition d'album paru il y a moins de six mois est mise en attente puis réétudiée une fois le délai écoulé.


Demandes satisfaites : 40 % (2014 demandes dont 797 qui ont abouti à une chronique)
Ce pourcentage ne tient pas compte des demandes pour lesquelles la chronique était déjà en cours d'écriture.



Le 19 Octobre 2021
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

GUSGUS - THIS IS NORMAL - 1999

Deux ans après "Polydistortion", la joyeuse troupe islandaise de GusGus remet le couvert avec ce "This is normal" qui reprend la même savoureuse mixture d'électro-pop, de house, de trip-hop (l'excellent "Teenage Sensation") et d'easy-listening.



Le 19 Octobre 2021
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

TRICKY - ANGELS WITH DIRTY FACES - 1998

Troisième (ou quatrième si on compte "Nearly God") album du "kid" Tricky, toujours avec sa muse Martina Topley-Bird mais aussi des musiciens de jazz (dont le guitariste Marc Ribot, aperçu chez Zorn et Bashung, entre autres) et un impeccable duo avec PJ Harvey ("Broken Homes").



Le 19 Octobre 2021
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

STEVE REICH - CITY LIFE - 2002

STEVE REICH

aujourd’hui n’est pas le seul compositeur à traquer de l’oreille, avec une panoplie d’appareils sophistiqués, des bruits que beaucoup d’entre nous considèrent comme des nuisances. Les sources de nuisances sonores qui nous assaillent quotidiennement sont innombrables. Je me garde d’en dresser un tableau qui sera incomplet et subjectif.
L’origine de la traque aux sons n’est pas toute nouvelle. Rendons aux futuristes italiens ce regard tourné vers l’avenir qui a structuré notre monde musical contemporain avec des musiciens comme STEVE REICH et d’autres comme LUC FERRARI.

Un retour en arrière s’impose. Le bruit, c’est ce que le peintre futuriste LUIGI RUSSOLO nommera le Son-Bruit. Nous sommes en 1913 quand paraît le MANIFESTE FUTURISTE : « L’ART DU BRUIT » dans lequel LUIGI RUSSOLO, peintre mais aussi compositeur, considère que la musique doit s’emparer des bruits nouveaux que le monde industriel nous procure pour la révolutionner. « Le bruit des machines, comme celui des portes à coulisses des magasins, des scies métalliques », ect.
LUIGI RUSSOLO écrit :
«  BEETHOVEN et WAGNER ont délicieusement secoué notre cœur durant bien des années. Nous en sommes rassasiés. C’EST POURQUOI NOUS PRENONS INFINIMENT PLUS DE PLAISIR À COMBINER IDÉALEMENT DES BRUITS DE TRAMWAYS, D’AUTOS, DE VOITURES ET DE FOULES CRIARDES QU’À ÉCOUTER ENCORE, PAR EXEMPLE, L’HÉROIQUE OU LA PASTORALE »

Voilà qui éclaire les recherches de musiciens comme STEVE REICH ou LUC FERRARI.
LUIGI RUSSOLO ira plus loin, il prendra conscience de la nécessité à inventer des « instruments » nouveaux avec des mécanismes spéciaux, de l’obligation de surmonter les difficultés techniques pour enrichir la musique de sons inédits… Les BRUITEURS seront mis en service, des machines-instruments…

Je reviens maintenant vers STEVE REICH et cette pièce CITY LIFE que j’apprécie hautement. Son origine est à la base d'une multitude de bruits que nous considérons comme des nuisances sonores. REICH va les "archiver" et les travailler comme des sons.
Avec cette œuvre nous sommes loin d’un MESSIAEN qui ornithologue campagnard matinal et vespéral captait et transcrivait le chant des oiseaux. Mais c'est une démarche similaire, car ces compositeurs sont en extérieur au contact des bruits et des sons ou des chants qu'ils enregistrent tel les peintres impressionnistes qui s’employaient à saisir la lumière sur leurs toiles.
Aujourd’hui les musiciens ont à leur disposition des studios remplis jusqu’au plafond d’un matériel à transformer, fabriquer, distorde et déchirer les sons-bruits enregistrés jusqu'à les rendre méconnaissables et STEVE REICH s’y emploie avec talent.

Avec CITY LIFE !

STEVE REICH nous plonge à froid dans une mégalopole fortement urbanisée. New York n’est pas, dans le cliché que nous en faisons, que buildings aux façades de verre étincelant sous un soleil d’été à vous couper le souffle. Mais une métropole aux bruits les plus divers et variés pullulant à travers ces artères que sont ses rues et avenues.
Ces bruits sont d’abord enregistrés par REICH ou des tiers (police, pompier…) et sont par la suite incorporés dans un appareil qui les capte de façon numérique, ce qui permet dans un deuxième temps, avec des traitements pointus de les transformer en une tonalité voulue /recherchée. Étant enregistrés numériquement le compositeur ou l’instrumentaliste peut lors d’un concert grâce à un synthétiseur numérique à clavier les reproduire avec toutes sortes de variations et de modulations et créer ainsi un parcours musical plus souple qu’avec une bande magnétique. STEVE REICH a composé cette oeuvre pour « deux flûtes, deux hautbois, deux clarinettes, deux pianos, deux synthétiseurs numériques, trois (ou quatre) percussions et un quatuor à cordes. »
Avec tous ces bruits transformés en sons musicaux REICH nous laisse entendre que la ville peut-être une source de stress qui isolera l’individu qui en est accablé. Durant le déroulement de CITY LIFE en plusieurs « paragraphes » le tableau sonore s’assombrit « klaxons, claquements de porte, coups de frein, signaux sonores de métro, coups de marteau, alarmes de voiture, battements de cœur, sirènes de pompier ou de police et bribes de conversation (Check it out et It’s been a honeymoon) » Ainsi cette œuvre n’est pas uniquement événement musical, mais nous interroge sur l’aspect social de la ville ouverte à toutes les éventualités. Qu’elles soient synonymes de bien être ou de désagrément...Dans CITY LIFE, STEVE REICH semble nous interroger sur ce qu’est la ville aujourd’hui, lieu de quiétude ou d’angoisse.

Ne nous leurrons pas, si nous savourons cette composition avec le MODERN ENSEMBLE, soyons conscient… ce n’est pas une page optimiste que

CITY LIFE




Le 19 Octobre 2021
Par MR G
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE TREATMENT - WAITING FOR GOOD LUCK - 2021

5 ème album de cet excellent groupe de hard rock estampillé 80's , un peu de AC/DC, un peu de UFO, une dose de Def Leppard époque High n' Dry, on secoue le tout et on écoute avec plaisir!



Le 19 Octobre 2021
Par FRANZ
Chroniqueur souhaité
ARP2600

STRANGLERS - DARK MATTERS - 2021

Dernier album des étrangleurs...




Le 19/10/2021 par ARP2600

Dès que j'arrive à me remettre à chroniquer, je m'en occupe...



Le 19 Octobre 2021
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

DOROTHY ASHBY - SOFT WINDS - 1961

La mixité et égalité professionnelle femmes-hommes... sujet social et politique d'envergure européenne. Tout le monde en parle.
Non content d'avoir eu des mâles au ministère de la guerre et parfois de la défense, le pronom ON indéfini y place maintenant des femmes qui ne rechignent pas a jouer de la gâchette...
En Allemagne, Madame Annegret Kramp-Karrenbauer,
en France, Florence Parly,
en Espagne, Margarita Robles,
en Belgique, Ludivine Dedonder,
au Danemark, Trine Bramsen
en Autriche, Klaudia Tanner... Que de femmes !

L'histoire nous a imposé des bouchers contre lesquels j'ai toujours eu une dent... mauvaise et bien maintenant nous avons à l'avenir des bouchères... c’est ainsi aussi que la femme est l’avenir de l’homme, Aragon et Ferrat vont se retourner dans leur tombe..

Mais revenons à la musique qui adoucira peut-être nos moeurs. J'ai choisi un disque qui de loin, laisse derrière lui la mixité étatisée comme base d'un progrès humain... Une mixité de hasard et de connivence artistique je vous propose de retrouver la harpiste Dorothy Ashby dont j’ai déjà parlé dans Forces // entourée de Herman Wright, Jimmy Cobb et de la pianiste Terry Pollard.

Terry Pollard n’est pas une inconnue pour ses partenaires masculins. Terry Gibbs
qui n’est pas un manchot au vibraphone lui demandera dans les années 50 de rejoindre son quartet , ils feront 7 albums ensemble. Quant à moi, je l’apprécie dans The Dreamer et The Fabric of Jazz de Yusef Lateef enregistrés en 59. Cette femme, légende de Détroit quittera la scène musicale pour s’occuper de sa famille…

Avec Dorothy et Terry nous sommes et c’est très bien ainsi loin de nos amazones européennes. Ecoutons ce jazz tranquille, SOFT WINDS, un havre de PAIX.




Le 19 Octobre 2021
Par DERWIJES
Chroniqueur souhaité
ERWIN

GENE VINCENT - IF ONLY YOU COULD SEE ME TODAY - 1971

Découvert complètement par hasard cet album qui est le dernier, où au moins l'avant-dernier de sa discographie avant les rééditions et autres arnaques posthumes.
Un pot-pourri de rock, country, psychédélisme et R&B avec une magnifique version de "Sunshine" un jam sur "Slow Times Comin'"...Erwin, tu reprendras un petit peu de Gene VINCENT ?




Le 19 Octobre 2021
Par MR G
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE GREY FOREST - THE GREY FOREST - 2018

Si le Alcest de Souvenirs d un autre monde vous manque et que vous trouvez Wildhoney de Tiamat grandiose vous pourriez avoir une belle surprise en découvrant le premier essai de ce groupe espagnol a 2 voix ou la beauté de la mélancolie se marie aux mélodies etherées et envoutantes.



Le 19 Octobre 2021
Par MR G
Chroniqueur souhaité
Peu importe

DEPRESSIVE SILENCE - DERESSIVE SILENCE II - 1996

Epique, instrumental, moyen-ageux, cet EP invite aux rêves, aux voyages a travers moultes forets enchantées a la nuit tombante, c est beau et ça mérite qu on s y intéresse!



Le 19 Octobre 2021
Par LE MOUNGEPEDOUN
Chroniqueur souhaité
ERWIN

MANILLA ROAD - THé DELUGE - 1986

Erwin, le temps est venu de combler ce vide dans FP, ne serait ce que pour rendre hommage à celui qui nous manque et qui repose en paix, tu sais qu'il le mérite bien...



Le 19 Octobre 2021
Par I AM THE COUGH
Chroniqueur souhaité
N'IMPORTE QUI SAUF MOI

ARCHERS OF LOAF - ICKY METTLE - 1993

Si on devait résumer cet album en une formule, ce serait le PAVEMENT première période en énervé, mais ça ne rendrait pas justice à la conviction et aux chansons du groupe. Ça joue tendu tout du long, même quand ça se calme un brin sur une ou deux plages. Le chanteur y va avec toute la passion de quelqu'un qui croit qu'il n'aura qu'une seule chance pour être sur un disque, et grâce à ça, au travail et à l'énergie du groupe entier, on a droit à rien de moins qu'un classique absolu du rock alternatif des années 90, pour moi du même gabarit que "In Utero", "Wowee Zowee" ou "Superunknown".



Le 16 Novembre 2017
Par LORDI2
Chroniqueur souhaité
JASPER

JANE 'S ADDICTION - THE GREAT ESCAPE ARTIST - 2011

J'attends une lourde sanction pour cet album j'espere qu'il n'aura pas 3/5 ou plus. J'espere que tu sera honnête . Pour info je suis fière de voir se groupe sur force parallèle. Jespere que les gens me pardonneront ma lourde critique à propos de se site. Je ne pensais pas! Amicalement Lordi2.




Le 21/09/2021 par NESTOR

Déjà chroniqué




Le 16/11/2017 par JASPER LEE POP

Tu penses bien que c'est prévu. Je chronique aussi les side projects chronologiquement, il faudra donc en passer avant par la chronique de Satellite Party. Bien à toi, Jasper Lee Pop



Le 28 Août 2011
Par LOUVOIR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

OAISTAR - VA à LOURDES - 2006

Formé par Lux B et Gary Greu de Massilia Sound System, Oaistar peut être considéré comme la face rock du collectif marseillais.

Cet album est tout simplement bon. Plein de bonne humeur, d'énergie, les deux compères se font plaisir et cela s'entend !





Le 21/09/2021 par NESTOR

Album déjà chroniqué




Le 28/08/2011 par RED ONE

J'ai déjà réservé cet album, la chronique a déjà été écrite et j'attends d'avoir fini la discographie de Massilia pour poster celle de Va à Lourdes !



Le 27 Mai 2021
Par LOUVOIR
Chroniqueur souhaité
Peu importe

CADILLAC - ORIGINUL - 2018

Comparse de KING JU dans STUPEFLIP ou il fait surtout office de braillard, CADILLAC est un personnage étonnant.
Et il est l'auteur en 2018 d'un album tout autant étonnant. C'est du rap, du rock, de la pop, de l'électro, du bizarre. Surtout du bizarre. Certains crieront à l'arnaque, d'autre au génie.
J'ai pas l'impression que le STUP fasse beaucoup rêver sur FP mais je tente ma chance.

En tout cas, sachez que c'est un album qui se mérite. Mais ça vaut le coup. Surtout pour les paroles. Savoureuses.





Le 12/09/2021 par CHIPSTOUILLE

Sache cher ami lecteur qu'un chroniqueur de FP possède bien ce disque dans sa collection. Stupeflip me faisant bien délirer. Par contre pour cet album, j'ai trouvé ça nul. Effet recherché?



Le 25 Janvier 2021
Par CLEM
Chroniqueur souhaité
CHIPSTOUILLE

JOHANNES BRAHMS- W-D HAUSCHILD - COMPLETE CHORAL WORKS - 2016

L'écoute de : "3 Gesänge, Op.42: No. 2. Vineta" devrait te convaincre ;-)




Le 12/09/2021 par CHIPSTOUILLE

très joli? Ca me fait un peu penser aux choeurs représentant les clameurs de la foule dans les passions de Bach, Piano mis à part, bien entendu. C'est un gros coffret tout même :)




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ...>...>>... 82






1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod