Recherche avancée       Liste groupes




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 ...>...>>... 81
Le délai entre votre enregistrement et la publication peut être assez long. Patience !
Seules les propositions d'albums parus il y a plus de six mois sont validées.
Toute proposition d'album paru il y a moins de six mois est mise en attente puis réétudiée une fois le délai écoulé.


Demandes satisfaites : 39 % (1957 demandes dont 755 qui ont abouti à une chronique)
Ce pourcentage ne tient pas compte des demandes pour lesquelles la chronique était déjà en cours d'écriture.



Le 27 Mai 2021
Par I AM THE GROWL
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE GERALDINE FIBBERS - BUTCH - 1997

Entre Willie Nelson et Sonic Youth, Carla Bozulich et son groupe ont tracé un sillon personnel, pas vraiment urbain, pas complètement rural, tendu de sentiments éprouvés par les citadins exprimés dans un langage campagnard. Le deuxième album "Butch" dissocie plus souvent les deux éléments country et noise qui étaient mêlés sur le premier disque de 1995 et de ce fait est plus accessible à des oreilles non averties. La voix de Carla est d'une rudesse et d'une tendresse immédiates qui sonneront naïves à nos contemporains biberonnés à Grimes ou même à Adrienne Lenker. La tension est in your face, assumée, exprimée sans détour. Pour autant, la musique fait preuve d'une grande subtilité, les tempos varient, le jeu de Nels Cline à la guitare peut évoquer le Robert Quine ou le Sterling Morrison des grandes heures. L'album procure un voyage émotionnel en 50 minutes pas différent de celui de "Pet Sounds", commençant dans l'innocence et finissant dans l'amertume. Mais que de moments de joie !



Le 27 Mai 2021
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

LIONROCK - AN INSTINCT FOR DETECTION - 1996

Un "second couteau" de la vague "big beat" mid-end nineties... Un mix entre les Chemical Brothers et le cool-rap à la Massive Attack. Sympatoche.



Le 27 Mai 2021
Par MR G
Chroniqueur souhaité
Peu importe

KAUAN - KAIHO - 2017

Un très bon album introspectif de ce groupe russe qui invite à rêver et à ce laisser porter par ces mélodies oniriques ! À conseiller aux fans de post rock atmo qui veulent se laisser tenter par ce beau voyage !



Le 27 Mai 2021
Par GRATTEUXDUDIMANCHE
Chroniqueur souhaité
TARTE

MAGMA - MARQUEE LONDRES 17 MARS 1974 - 2018

Comme l'indique la présentation du catalgue AKT :

"AKT s’inspire d’archives sonores, de documents personnels. Les auteurs de ces oeuvres élaborées dans des instants peu communs ont parfois conservé des bandes sauvages, des hordes magnétiques. Ces bandes sortent aujourd’hui de l’ombre, c’est un AKT nouveau. Ces documents ne sont pas de prime abord choisis pour leur qualité technique d’enregistrement. Parfois enregistrés avec les « moyens du bord », au bon moment, ces documents sont des instants rares. Concert mémorable ou « folie » en studio, au noir de la nuit, magie d’un lieu ou magie des hommes, la lumière un jour se fait."

Ce soir-là, la sauvagerie était au rendez-vous, surtout sur les pistes "Köhntarkösz" et "Mëkanïk Dëstruktïw Kömmandöh".




Le 27 Mai 2021
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
UN JAZZEUX

MCCOY TYNER - EXTENSIONS - 1973

Que nous disent-ils de ce pianiste qui est mon toucheur de blanches et de noires préféré ?

Que dit Ian Carr dont j’ai brossé une très vague silhouette dernièrement ?

« Le quatuor de John Coltrane est sans doute le quatuor le plus influent de l'histoire du jazz, et Tyner y a joué un rôle clé »

Le nom est cité, McCoy Tyner .

Que dit le visionnaire John Coltrane de Tyner :

« Son plus grand cadeau est son ingéniosité mélodique, [...] la clarté de ses idées. Il a aussi un son très personnel au piano - un son particulièrement clair et brillant en raison des clusters qu'il utilise et de la façon dont il les individualise [...] De plus, McCoy a un sens inhabituel de la forme [. ..] Il ne joue jamais les clichés conventionnels. Et enfin: McCoy a du goût. Il peut prendre ce qu'il veut et en faire quelque chose de merveilleux. »

Martin Kunzler un bassiste allemand et journaliste :

«  Avec cette transformation de l'organisation sonore linéaire en vertical et son expansion, le pianiste a créé une liberté d'improvisation considérable pour lui-même et les solistes. »

Et que nous révèle McCoy Tyner de lui même et de sa musique lors d’une interview avec Joachim-Ernst Berendt (journaliste musical et producteur de musique) dont je vous recommande la version française de son opus de jazz : Le livre de jazz.

Le jazz est « un voyage de l'âme dans un nouveau territoire inexploré. [...] J'essaie d'entendre la musique de nombreux pays différents, d'Afrique, d'Inde, du monde arabe, de la musique classique européenne ... toutes sortes de musiques sont interdépendantes. »

Retrouvons le ici avec Extensions dans du modal tynerien avec Ron Carter, Gary Bartz, Elvin Jones Alice Coltrane et Wayne Shorter, superbe réalisation enregistré par une journée d'hiver en 1970.

Aujourd’hui des citations mais je reviendrai vers McCoy Tyner avec mes impressions personnelles.

Oui avec mes simples impressions… et j'aurais un clin d’œil vers John Coltrane, jimmy Garrison et Elvin Jones que McCoy Tyner a rejoint par une journée de mars en 2020.




Le 27 Mai 2021
Par MATTEO
Chroniqueur souhaité
Peu importe

PRIMUS - SAILING THE SEAS OF CHEESE - 1991

Leur meilleur, avec Frizzle Fry.



Le 27 Mai 2021
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

RICHARD - COMIN' ON HOME - 1971

Et voilà une autre de ces pépites de ce jazz mâtiné de soul et de funk qu'il est toujours exquis de se mettre dans les écoutilles à intervalles réguliers. Quelques originaux et des reprises (Francis Lai, Carlos Jobim...).



Le 27 Mai 2021
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

JIMMY MCGRIFF - ELECTRIC FUNK - 1970

A la demande du chroniqueur (non, pas gros, "chro"...), voici l'un de ces disques soul-jazz/jazz-funk sans prétention mais demeurant du nectar pour les oreilles. Le line-up n'est que partiellement dévoilé mais des "sources bien informées" comme on dit attribueraient les cuivres à Blue Mitchell et Stanley Turrentine, deux habitués du label qui n'hésitèrent pas eux non plus de prendre le virage acid-jazz alors en vogue à l'époque (au grand dam des puristes dont je ne suis pas).



Le 27 Mai 2021
Par SLAPHAPPY
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE BUZZDEALERS - BLOOMING - 2020

Super groupe Grec !



Le 27 Mai 2021
Par VISAGE
Chroniqueur souhaité
Peu importe

VISAGE - HEURTS AND KNIVES - 2013

Les deux premiers albums sont très bien chroniqués; celui-ci possède plusieurs liens avec les premiers; en 2013, 30 ans se sont écoulés depuis les dernières productions du groupe, et ce nouvel arrivage recèle quelques pépites visagiennes!



Le 27 Mai 2021
Par NORTHMATHR
Chroniqueur souhaité
RICHARD

MORS SYPHILITICA - MORS SYPHILITICA - 1996

Une pépite indispensable du Rock gothique et funéraire.




Le 27/05/2021 par RICHARD

Merci pour ce choix d'un classique ! Le duo est prévu comme Siddal ou This Asension. Le Goth US dans toute sa splendeur !



Le 27 Mai 2021
Par TIOUB
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE DEAR HUNTER - ACT I : THE LAKE SOUTH, THE RIVER NORT - 2006

Je souhaite appuyer la demande de MAGOONFIVE. Il serait dommage de ne pas faire découvrir ce groupe de prog original et mélodique. Sûr qu'il fera le bonheur de nombreux curieux qui se pencheront sur leur oeuvres.



Le 27 Mai 2021
Par PILGRIMWEN
Chroniqueur souhaité
GEGERS

D'ARTAGNAN - FEUER UND FLAMME - 2021

Le nouvel et double album des D'ARTAGNAN, avec des invités comme SCHANDMAUL ou Patty Gurdy. Je l'écoute en boucle, comme ce fut le cas pour son prédécesseur. Un Folk Rock comme les Allemands savent si bien le faire !



Le 25 Mars 2021
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

WARREN VACHé - IRIDESCENCE - 1981

Un retour aux sources.

Les sources dans ce somptueux massif qu'est le Jazz sont innombrables. Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les oreilles. Remontant assez haut vers celles qui nous distillaient du mainstream et du Swing.
Warren Vaché est un "jeune" trompettiste américain qui dit avoir été influencé par des confrères comme Ruby Braff et Clifford Brown. Si le mainstream lui colle aux lèvres il ne dédaigne pas renouer avec un bebob revisité par ses bons soins. Il n'est pas un novateur mais se veut un gardien des courants passés.
Il a joué avec des grands noms comme Buddy Tate, Jimmy Cobb, Bucky Pizzarelli et Gerry Mulligan et a longtemps travaillé avec Scott Hamilton. En 2000 nous pouvons l'entendre avec le pianiste Bill Charlap dont j'ai proposé un album le 06 février de cette année 2021.

Non ce Vaché ne semble pas avoir de "connivence" familiale avec Jacques du même nom, mais ne jurons de rien car les rivages de Lorient peuvent mener à ceux des USA. Toujours est-il que le frère de notre Warren est musicien et que son père l'était aussi.

Sur cet album on le retrouve avec des pointures qui malheureusement ne sont plus. La nostalgie est parfois bonne conseillère pour éradiquer toutes sortes de névralgies.




Le 25 Mars 2021
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

JOE PASS - BLUES FOR FRED - 1988

Ah ces guitaristes, ils n'ont pas fini de nous enchanter.

Certains sont influencés par Wes Montgomery, d'autres par Charlie Christian et d'autres encore tendent l'oreille vers Django Reinhardt... Lui il a juré par les deux derniers que je viens de citer.
Tranquille comme Baptiste il l'était, virtuose avec un jeu orchestral à en faire pâlir plus d'un, Joe Pass. Il a apporté cet accompagnement dit walking-bass dans le jeu de la guitare de jazz qui ponctue ses accords, le tout avec des mélodies a vous filer la chair de poule. Un maitre du "fingerpicking" !
Par qui fut-il influencé cet Art Tatum de la guitare ? Il nous le confie et comme beaucoup de ses confrères pas uniquement par des guitaristes. Tatum, ok, on le sait mais aussi Bud Powell, Lester Young. La facilité, apparente, avec laquelle il interprétait et transformait certains standards a fasciné des musiciens comme, John Abercrombie. C'est lui qui le reconnait lors d'un interview.

Il reviens de loin ce fils d'un sidérurgiste d'origine sicilienne qui a grandi en Pennsylvanie. La drogue sera sa mauvaise conseillère pendant une dizaine d'années, séjours en prison et enfin la cure de désintoxication.
Il jouera dans les studios à Hollywood de 68 à 72 pour, et je ne donne que 3 noms ; Sarah Vaughan, Bud Shank et Frank Sinatra. On le retrouvera tout le long de sa carrière dans les festivals les plus renommés. Il ne sera pas avare de duo, pour ceux qui aiment le contrebassiste Ray Brown un album avec Joe, "The Giants" cela vaut le détour . Il interprétera des morceaux bob où il fera preuve d'un "doigté" rapide (voir "I remember Charlie Parker"). On le retrouvera dans des albums solo comme celui que je vous propose aujourd'hui qui est dédié à Fred Astaire décédé en 1987.

Joe Pass nous a faussé compagnie trop tôt.





Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 ...>...>>... 81






1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod