Recherche avancée       Liste groupes



      
COLD MéTAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Colin Newman , Bruce Gilbert

WIRE - Mind Hive (2020)
Par STREETCLEANER le 5 Février 2020          Consultée 349 fois

WIRE n'a jamais écrit un hit ayant marqué les mémoires, à la différence, par exemple, d'un « London Calling » de The CLASH ou d'un « Love Like Blood » de KILLING JOKE. Même l'excellentissime album de 1988, A Bell Is A Cup... Until It Is Struck, qui contenait un florilège de titres pouvant rivaliser avec ce que ECHO & THE BUNNYMEN ou The SMITHS ont fait de meilleur, ne lui a pas permis de percer au-delà de son cercle de passionnés. De ce fait, le groupe bénéficie certes d'une réelle notoriété et d'un public fidèle mais est resté cantonné dans une sorte de Ligue 2 du post-punk et de la new wave. Il faut dire que quand on évoque WIRE c'est souvent pour faire référence à ses trois premiers albums, ceux d'avant les eighties.

Vu sous cet angle, ce dernier LP ne changera pas la donne. En revanche, ce qu'il a pour lui est d'être probablement un des meilleurs albums de nos Anglais depuis le début des années 90, période au cours de laquelle, il faut le dire, le bon a côtoyé le moyen. Mind Hive est de nouveau un album court, d'environ 35 minutes, nettement en dessous des standards actuels. Ceci n'empêche pas les Anglais de nous faire traverser différents portails musicaux.

D'un côté, on trouve des titres charriant pas mal d'électricité, tel celui de l'entame de l'album, « Be Like Them », avec sa guitare touchant au rock/metal indus, mais qui comme KILLING JOKE savait le faire, contrebalance ces coups de semonce compressés par des refrains mélodieux. Rebelote sur « Primed and Ready », la compo la plus Killing Jokienne de l’album. De son côté, « Cactused » est un très bon morceau de pop aux accents punky, du WIRE pur jus reconnaissable entre mille avec ce chant au phrasé haché qu’adopte parfois Newman ; pop-punk dont WIRE fut un des précurseurs avec les BUZZCOCKS et les RAMONES…

« Oklahoma », avec ce gros riff de basse porté au premier plan et la voix tourmentée de Newman, pourrait faire penser au rock gothique de GARDEN OF DELIGHT, le côté théâtral et la voix d'outre-tombe caricaturale en moins. Son entrée en matière, dissimulant quelques notes de l'hymne américain, nous rappelle d'ailleurs que la carrière solo de l’ancien membre de WIRE, Bruce Gilbert, s'est nettement orientée vers le drone (un clin d’œil ?). « Hung », le plus long titre de cet album, qui s’annonce lui aussi dans un flux de drone, nous sert un rock lourd, sombre et désabusé au pont joué aux synthés qui sonne comme du DEPECHE MODE.

D’un autre côté, WIRE nous sert quelques chansons très ambient où on retrouve une autre sophistication vocale si particulière à Newman.

En effet, la manière dont est chanté « Shadows », une voix grave, très douce, presque suave, bien mise en avant et blindée d'harmonies vocales, pourrait nous faire penser à du ULVER période « Shadows of the Sun », ce qui ne peut être en aucun cas une forme d'inspiration puisqu'on retrouvait déjà ce genre de travail sur le très bon album solo de Colin Newman, Commercial Suicide, en 1986. D'ailleurs, le titre suivant, « Unrepentant », aurait pu très bien s'insérer dans ce Commercial Suicide, car visiblement Newman apprécie aussi les chansons dans lesquelles la batterie est mise de côté (seules de discrètes cymbales sont utilisées ici). On retrouve également en fin d'album un titre proche de cet univers ambient d'ULVER (qui vient de Eno en définitive car c'est lui qui a tout inventé), « Humming », soutenu par un orgue crépusculaire.

Mind Hive est franchement un très bon cru, une des meilleures galettes de WIRE depuis le début des années 90, avec un album aux mélodies attachantes qui ne souffre pas du syndrome du remplissage ; certes, cet album ne brillera pas dans les charts car il se moque de la mode, mais au final on s’en fout, ce n’est pas du tout ce qu’on attend de WIRE.

A lire aussi en PUNK-ROCK par STREETCLEANER :


KILLING JOKE
What's This For...! (1981)
Chef-d'oeuvre punk et possédé

(+ 2 kros-express)



The RAMONES
Pleasant Dreams (1981)
Ramones punk et pop


Marquez et partagez







 
   NOSFERATU

 
   STREETCLEANER

 
   (2 chroniques)



- Graham Lewis (basse, voix)
- Matthew Simms (guitare, synthés)
- Colin Newman (chant, guitares, claviers)
- Robert Grey (batterie, cymbales)


1. Be Like Them
2. Cactused
3. Primed And Ready
4. Off The Beach
5. Unrepentant
6. Shadows
7. Oklahoma
8. Hung
9. Humming



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod