Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


WIRE - Wire (2015)
Par NOSFERATU le 30 Avril 2015          Consultée 868 fois

Durant le tsunami punk, certains groupes anglais innovèrent en réconciliant l’énergie bruyante des guitares et les ambitions artistiques du Kraut Rock. WIRE fit partie de cette vague appelée "post punk", autant influencé par les riffs rapides des RAMONES (voir hyper speed annonçant quasiment le Hardcore avant l’heure, écoutez ainsi à fond la caisse cette tuerie qu’est "12xu") et les expérimentations synthétiques d’un BRIAN ENO.

Le quatuor d’anciens étudiants aux beaux arts inspirera d’abord la sphère indie/pop (R.E.M., ELASTICA…) mais aussi les différentes scènes bruitistes (SONIC YOUTH, MINUTEMEN, FUGAZI, HELMET, BIG BLACK…) dans les deux décennies suivantes ainsi que la scène "revival post punk" des années 2000 (RADIO FOUR, BLOC PARTY, FRANK FERDINAND, INTERPOL…). Leur discographie au départ bien «rentre dedans» va donc devenir plus complexe par la suite, voire un peu fade pendant les années 90 (trop de synthés "raplaplas" sur certains disques de cette période).

Sur leur dernière œuvre, leur aspect pop est plus marqué et moins déflagratoire que sur l’ultra noisy (et excellent) "Send" datant, déjà, de 2003. Cependant, l’ensemble parait faussement apaisé, la mélancolie apparait souvent derrière ces notes alambiquées. Déjà il s’intitule "Wire", faudrait-il y voir une nouvelle ère qui s’annonce ?

La production est loin d’être léchée, on n’est évidemment pas ici chez U2, ces traitres de la cause New Wave (qui d’ailleurs, soit dit en passant, ont du leur pomper quelques idées pour le désastreux résultat que l’on sait !). Le chant flegmatique de Colin Newman est plutôt mélodieux, il est utilisé comme un instrument. Colin manie ses vocaux avec beaucoup de distance sans sombrer dans la recette extrémiste d’un de ses plus grands fans, le fameux Steve Albini (actuel SHELLAC). Leur dernier album oscille ainsi entre la continuité de ce que propose le collectif "arty punk" depuis pas loin de quarante ans et les divers courants musicaux dont il fut l’initiateur ou le continuateur.

On reconnait le WIRE classique sur des morceaux comme sur le banal "Shifting" nous remémorant leur période synthétique des années 90. "Swallow" fait penser, par contre, à leur chef d’œuvre «the 15th» (merveilleux titre pop noisy minimaliste appartenant à leur florilège) dans sa composition. "Sleep Walkin" est plus tendu. Long de sept minutes, l’ambiance devient noire vers la fin… A son sujet, on parlera d’une sorte de rock crépusculaire du plus bel effet. La tournure désabusée caractérisant bien souvent la discographie de l’équipe avant-gardiste, l’emporte sur le très beau "In Manchester".

Le coté "niou wave" ressort sur "Blogging" rappelant un peu les débuts tonitruants d’un JOY DIVISION. "High", dans sa construction, fait légèrement écho aux travaux initiaux de CURE. Le puissant "Harpooned" approche la violence de KILLING JOKE. "Octopus" sonne comme du GUN CLUB cybernétique, une belle cavalcade que l’on mettra en haut du panier… La facette "Kraut Rock" se révèle dans l’utilisation métronomique de la batterie (des accents à la NEU s’entendent sur "Split Your End"). On évoquera aussi des connotations Shoeggazze sur le planant "Burning Bridges", "Noisy" avec les guitares cartonnant élégamment de l’énergique "Joust And Jostle", voire industrielles sur la fin de "Harpooned", genres que le groupe aura impulsés.

Nos WIRE continuent leur riche carrière (non dénuée immanquablement de défauts) en restant par conséquent intègres et surtout pas intégristes… Il manque cependant de grandes pièces comme les fantastiques "Mannequin" ou "Ex Lion Tamer" qui ont immortalisé cette dernière pour qu’on applaudisse des deux pieds !

A lire aussi en NEW-WAVE par NOSFERATU :


PUBLIC IMAGE LIMITED
The Flowers Of Romance (1981)
Un parfum délicieusement puant.




Iggy POP
Zombie Birdhouse (1982)
Disque très underground d'Iggy


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Colin Newman (guitares, vocaux)
- Graham Lewis (basse,vocaux)
- Robert Grey (batterie)
- Matthew Simms (synthés)
- + Musiciens Additionnels


1. Blogging
2. Shifting
3. Burning Bridges
4. In Manchester
5. High
6. Sleep-walking
7. Joust & Jostle
8. Swallow
9. Split Your Ends
10. Octopus
11. Harpooned



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod