Recherche avancée       Liste groupes



      
ART ROCK NEW WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


WIRE - Nocturnal Koreans (2016)
Par NOSFERATU le 10 Août 2016          Consultée 534 fois

Qu’est-ce qui nous plaît tant chez WIRE depuis des années ? Un état d’esprit intègre mais aussi trois tonalités qui font que WIRE joue dans la cour des grands.

Durant toute sa longue discographie, WIRE a toujours été entre trois poles. Celui énergique (voire violent) issu de leur flamboyant passé punk qui influencera des agités du bocal comme BIG BLACK ; l’autre plus expérimental provenant de leur amour pour le kraut rock des années 70 ou des travaux d’un BRIAN ENO, enfin l’aspect pop qui marquera les filles d’ELASTICA.

Le précédent album ne dérogeait pas à la règle. Mais l’accent du dernier porte plus vers une pop urbaine mélancolique et puissante.
Par moments, l’ensemble fait mème penser aux exercices post punk de GITTHEAD, autre projet des années 2000 de Newman accompagné par Malka spigel, l’ancienne bassiste de MINIMAL COMPACT. Finalement, avec le temps, on cherche d'ailleurs la différence entre les œuvres de WIRE et celles de GITTHEAD.
Le disque montre que Colin Newman reste, malgré un âge bientôt canonique, un grand chanteur, un sacré crooner new wave que l’on peut ranger avec des types de sa génération comme Nick Cave, Dave Gahan (DEPECHE MODE) ou Ian Mc Culloch (ECHO AND THE BUNNYMEN). Seul sur « fishes bones », la voix se fait plus « dark » avec des mots déclamés.

Les mélodies sont plutôt cérébrales. Elles sont loin d’être racoleuses comme peuvent l’ëtre celles d’un U2. Ici et là, les guitares sonnent épiques. Des effets space se font ressentir (« nocturnal koreans »), ainsi qu'un aspect planant (« dead weight ») donnant un parfum nocturne (oui, c’est facile !) à certaines compositions. « Internal exiles » a un côté hypnotique bien accentué. On sent, de même, l’influence des ballades de KRAFTWERK sur « forward position ».
L'aspect plus rentre-dedans, avec ses limites, apparaît surtout sur « numbered » qui rappelle les anciens titres pop/punk et sur « still » (un hommage à JOY DIVISION ?) avec sa rythmique saccadée.

Une certaine continuité par rapport au précédent, « wire » mais un esprit pop plus prononcé avec ce soupçon « arty » qui fait largement la différence, pour résumer.
En gros, de l’art rock qui a de la classe.

A lire aussi en NEW-WAVE par NOSFERATU :


PUBLIC IMAGE LIMITED
The Flowers Of Romance (1981)
Un parfum délicieusement puant.




CHROME
Alien Soundtracks (1977)
Sf foutraque et abrasive


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Graham Lewis (guitare basse)
- Bruce Gilbert (guitare)
- Colin Newman (guitare, voix)
- Robert Gotobed (percussions)


- nocturnal Koreans
- internal Exile
- dead Weight
- forward Position
- numbered
- still
- pilgrim Trade
- fishes Bones



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod