Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Harmonia
- Membre : Neu!, Organisation, Karl Bartos , Klaus Dinger
 

 Site Officiel (1290)

KRAFTWERK - Radio-aktivität (1975)
Par WALTERSMOKE le 9 Avril 2013          Consultée 542 fois

Après un Autobahn des plus géniaux, KRAFTWERK embauche donc Karl Bartos et continue d'inscrire son nom dans le marbre de l'éternité. Cependant, le groupe se prend un peu les pieds dans le tapis avec Radioactivity, soit l'album le moins bon de l'âge d'or du quatuor allemand.

En 12 titres, KRAFTWERK plonge en plein dans l'univers de la radio et des technologies. Dans l'ensemble, le concept est superbement respecté, il n'y a rien à dire là-dessus. Toutefois, sur le plan musical, il faut avouer que cela pêche quelque peu. Non pas que les membres aient chuté en terme de talent derrière leurs instruments, mais Radioactivity résonne vraiment comme un album de transition maladroit. Sans compter la production, plus « datée », on sent que Conny Plank n'est plus là.
Attention, ce n'est pas une généralité ni une fatalité. Sur la face A, qui ressemble plus à un gros morceau coupé en six, se trouve une grande oeuvre, à savoir le morceau éponyme. S'il doit y avoir un qualificatif pour lui, c'est bien « tube ». La mélancolie de Hütter accompagnée d'une musique remarquable (surtout la mélodie au clavier) fait de cette chanson un trésor à elle toute seule. L'usage du morse est cocasse mais sympa. Bon, par contre, qu'on soit pro ou anit-nucléaire, la version de The Mix et celles qui ont suivi sont déplorables. J'y reviendrai plus tard. Les autres morceaux ne sont pas forcément décevants, mais moins emballants, à l'image d'un "Airwaves" partant sur de bonnes idées mais au final à moitié raté.

En ce qui concerne la face B, il y a clairement à boire et à manger. KRAFTWERK marque un grand coup avec un "Antenna" froid et comportant même des traces de ce que deviendra la new-wave. Uranium est également un grand moment, glacial et magistral d'à peine une minute et demi, auquel succède un superbe "Transistor". D'ailleurs, la ressemblance avec Vangelis est une évidence, il faut vraiment ne pas connaître ce dernier pour ne rien voir. Pour le reste, c'est un bilan du genre « bien mais peu mieux faire ». Le premier concerné est "Radio Stars", monolithique et décousu. Bizarrement, malgré sa longueur, il passe plus vite que prévu.

Radioactivity est formellement un très bon album, il ne fait aucun doute. Toutefois, il repose sur des morceaux moyennement bons malgré quelques pics géniaux. Mais pas de panique, KRAFTWERK va l'espace de trois albums rester constant dans l'excellence.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
Miditerranean Pads (1990)
A prendre ou à laisser




SPACE ART
Space Art Tribute (2012)
Bouh le menteur !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
   ARP2600
   WALTERSMOKE

 
   (3 chroniques)



- Ralf Hütter (chant, arrangements électroniques)
- Florian Schneider-esleben (chant, arrangements électroniques)
- Karl Bartos (percussions électroniques)
- Wolfgang Flür (percussions électroniques)


1. Geigerzähler
2. Radioaktivität
3. Radioland
4. Ätherwellen
5. Sendepause
6. Nachrichten
7. Die Stimme Der Energie
8. Antenne
9. Radio Sterne
10. Uran
11. Transistor
12. Ohm Sweet Ohm



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod