Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ROMANTIQUE  |  OEUVRE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Joseph Haydn , Felix Mendelssohn
 

 Ludwig Van Beethoven, Le Site (1324)

Ludwig Van BEETHOVEN - Symphonie N°6 Pastorale (karajan) (1808)
Par CHIPSTOUILLE le 9 Juillet 2006          Consultée 9810 fois

Lorsque l'on évoque BEETHOVEN, il vient régulièrement à l'esprit des symphonies majestueuses, toutes pleines de ces émotions qui nous emportent comme une tempête. On pourra penser au tonitruant "POM POM POM POM" de la cinquième ("l'ut mineur"), à l'hymne à la joie, ou bien aux quelques concertos pour piano laissant les charmes du romantisme s'égarer sur quelques vagues d'émotions intenses.

Les gens ont de BEETHOVEN une image très sombre, de quelqu'un de raleur, renfermé, sujet aux sautes d'humeur, voire difficile à vivre. En fait, c'était surtout un homme en proie à des malaises divers (la surdité bien entendu, mais également des maux aux yeux et au ventre et des migraines). Et si la nature l'avait doté d'un caractère finalement très enjoué, ses divers malaises pouvaient être la cause de sautes d'humeur impromptues ou de colères à l'emporte-pièce. Le compositeur aura d'ailleurs laissé derrière lui des tonnes de billets dans lesquels il se confond en excuses démesurées auprès de ses diverses connaissances, tous témoins du caractère exalté dont il pouvait faire preuve en ces occasions.

Quel rapport avec la musique me direz-vous? Cette sixième symphonie, dite pastorale, présente ce côté un peu plus paisible et enjoué de la personnalité du compositeur. Il faut en effet savoir que la "pastorale" fut composée en même temps que la cinquième entre 1806 et 1808 et qu'elles furent toutes deux jouées pour la première fois lors du même concert en 1808. Les deux symphonies représentent ainsi d'une certaine façon l'ambivalence du caractère du compositeur. BEETHOVEN aimait plus que tout la campagne et c'est dans cette optique proche de la nature que naquit cette symphonie, pleine d'allégresse et dénotant fortement avec sa compagne chronologique, pleine d'ardeur et de force.

La symphonie se compose de 5 mouvements, et une seule écoute suffit à se rendre compte du caractère champêtre de celle-ci. Le thème du premier mouvement est sans doute le plus célèbre et dépeint à merveille l'exemple-type d'air "à siffler" lorsque l'on est de bonne humeur (devant l'émerveillement provoqué lors de l'arrivée à la campagne). Le second mouvement décrit les aléas d'un ruisseau (à qui le beau Danube Bleu de Johann STRAUSS doit certainement beaucoup), lequel est entouré de divers oiseaux, chacuns représentés par un instrument à vent différent. On pourra lui reprocher une longueur certaine, le ton doux n'aidant pas à raviver l'intérêt quelque peu noyé dans 11 minutes de ruissellement...

Le troisième mouvement est plus entraînant, celui-ci reprenant quelques pas de danse qu'enchaînent des paysans. Dans cette optique plus dynamique, l'orage passionnant du quatrième mouvement permet quelques grondements entrecoupés de bourrasques sonores très appréciables. L'accalmie du soir dans le cinquième est musicalement plus transparente, malgré un thème une fois de plus réussi, on peine à conserver l'attention toute requise.

Somme toute, si l'on décèle ici une "nouvelle" optique dans la musique de BEETHOVEN, il ne faudrait pas passer sous silence les différentes oeuvres musicales de nature qui lui sont antérieures (dont les 4 saisons de VIVALDI ne sont pas les moins célèbres). On pense surtout à l'immense influence des Saisons, dernier oratorio de HAYDN qui caracollait déjà avec les premiers instants de l'ère romantique. La sixième symphonie de BEETHOVEN est donc une oeuvre que l'on classe avec difficulté dans ses symphonies les plus remarquables. Elle ne viendra toujours qu'en 5ème position (derrière les 3ème, 5ème, 7ème et 9ème) si toutefois on la cite. Son allégresse et la façon dont elle parvient - une fois de plus - à communiquer un flot d'émotions sonores ne remettront bien sûr pas en cause les talents du symphoniste.

En guise de digestif, l'album nous offre quelques pièces remarquables du compositeur : des ouvertures d'Opéra. BEETHOVEN promulgua l'héritage de MOZART en faisant de cette forme musicale son laboratoire d'essai. Les ouvertures étant moins sujettes aux exigences des symphonies, BEETHOVEN y exprime quelques ébauches d'idées que l'on retrouvera dans ces dernières. L'album présente en particulier l'excellente ouverture de "Coriolan" dont la teneur abrupte me fait à chaque fois oublier les quelques minutes de trop de la symphonie que nous venons d'écouter. La "pastorale" reste donc dans l'ombre d'une gigantesque tour sombre à l'architecture menaçante agitant le couroux d'une musique grandiose dont on retrouvera les racines profondes dans ce "faux-jumeaux" qu'est la 5ème symphonie. L'ouverture des "créatures de Prométhée" est de teneur classique (elle fut composée en même temps que la deuxième symphonie, bien plus tôt donc), on y reconnait de nombreux liens avec MOZART. Enfin celle des ruines d'Athènes me paraît tout à fait anecdotique, je n'y consacrerai donc pas plus d'une phrase.

La symphonie n°6 de BEETHOVEN apporte une pierre de plus à l'édifice romantique. Elle n'est en réalité qu'un gué fort bien réalisé entre les oeuvres picturales du XVIIIème siècle et les autres plus scénarisées de l'époque romantique. BEETHOVEN y dévoile sa propre version de la nature, derrière quelques mélodies fluettes qu'on acceptera une fois de plus comme l'oeuvre d'un génie. Toutefois, ce n'est pas le domaine dans lequel le compositeur aura eu le meilleur appoint, je lui préfère de nombreuses oeuvres moins asservies aux douceurs lassantes de dame nature.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Wolfgang Amadeus MOZART
Concerto Pour Piano N°21 Elvira Madigan (perahia) (1785)
De nouveau, au plus profond de son coeur...




Felix MENDELSSOHN
Symphonie N°3 Ecossaise (haenchen) (1842)
"en ma fin gît mon commencement"


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Berliner Philharmoniker
- Herbert Von Karajan (direction)


- symphonie N°6 'pastorale' Op.68
- eveil D'impressions Agréables En Arrivant à La C
1. Allegro Ma Non Troppo
- au Bord Du Ruisseau
2. Andante Molto Mosso
- joyeuse Assemblée De Paysans
3. Allegro
- l'orage Et Le Tonnerre
4. Allegro
- chant Pastoral: Remerciement à La Divinité Après
5. Allegretto
- coriolan Op.62
6. Allegro Con Brio
- les Créatures De Prométhée Op.43
7. Adagio - Allegro Molto Con Brio
- les Ruines D'athènes
8. Andante Con Moto - Allegro, Ma Non Troppo



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod