Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Fort Minor

LINKIN PARK - One More Light (2017)
Par ERWIN le 7 Septembre 2017          Consultée 800 fois

Nous en étions restés à la fête de la chasse trois ans auparavant. Les cadors du NU metal se sont rappelés à notre bon souvenir et ont décidé de refourguer quelques compositions pour l'année 17. Depuis la sortie du skeud cependant, le chanteur blondin Chester Bonnington nous a quitté à a peine 41 ans, suicide par pendaison, suivant en cela son grand pote Chris CORNELL, leader des SOUDGARDEN, mort de même cause deux mois auparavant. On peut se perdre en conjectures sur les raisons qui motivent des mecs ayant tout pour être heureux et qui préfèrent quitter ce monde plutôt que d'assumer leur statut de rock star. Bon, c'est bien triste tout ça, mais on est là pour causer musique. Ce septième album pourrait toutefois être le dernier, nous verrons bien si Mike Shinoda souhaite continuer sous cette forme sa carrière.

Parce que question zique, on s'attendrait à être servis... Sauf si on est fan du groupe et que l'on a déjà entendu les singles sorties avant l'opus. On retrouve KILARA en featuring sur le premier, prénommé « Heavy ». Alors les metalleux, calmez-vous de suite, ce titre n'a de lourd que le nom, il s'agit d'un titre de variété dans le meilleur des cas, et qui ne présente pas le moindre intérêt. On continue avec « Talking to myself », que j'ai bien du mal à vous décrire. Imaginez une tentative faite par un groupe phare de Nu metal de faire un morceau de New Wave... Oui voilà, ses nappes de synthé, ce chant monocorde peu passionné, un peu froid et robotique... Seul souci, ça ne sonne guère. Ce n'est pas vilain vilain, mais ce refrain qu'on croirait sorti des œuvres complètes de BIG COUNTRY, c'est juste vraiment... dérangeant ?

La doucette « One more light » surprend de prime abord par son calme et son ambiance éthérée. Pourtant on s'aperçoit vite qu'on tourne un peu en rond et qu'on n'aboutit pas à l'émotion attendue... trop simple, trop évident. « Good goodbye » avec le rappeur STORMZY nous rapproche dangereusement d'un R'n'B, tout au moins d'une variété qui menaçait depuis le début de l'album. Le flow n'est pas moche, mais nous sommes tellement loin de la qualité des compos de Shinoda sur son opus rap FORT MINOR, allez ça reste potable. On évoquera « Halfway right », son atmosphère électro, son identité très pop, pas de quoi casser des briques, mais le refrain est sympa.

Mike Shinoda s'est gardé deux compositions pour lui, terminons par ce qui pourrait être le meilleur de l'album : on débute par « Invisible »... un beat de synthés, et Mike qui plante son habituelle ligne de chant californienne. Pas mal, poppy, mais rien de bien nouveau sous le soleil, seul le refrain se démarque vraiment. Enfin, avec « Sorry for now », on évolue à nouveau dans un territoire mi pop mi électro, pas bien fracassant.... Tout ceci sans me sortir une note de gratte distorsionée... Mike ! C'est du suicide ! Oups pardon !

Au final, les fans de LINKIN PARK vont se sentir totalement lâchés par la machine à hit américaine. Pas un titre mémorable dans cette galette. De la pop gentillette qui peine à s'extirper de la guimauve dans laquelle elle s'englue avec conviction. J'ai du mal à croire que Mike ait vraiment pondu tout ceci. C'est vraiment peu ragoutant. Il n'y a toutefois pas vraiment de titre minable, mais le niveau général est médiocre. Pas un naufrage, plutôt un virage, mais que je trouve très mal négocié.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Billy JOEL
Live At Shea (2011)
Fin de carrière




Kate BUSH
Never For Ever (1980)
Mystérieux, céleste, envoutant


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Nobody Can Save Me
2. Good Goodbye
3. Talking To Myself
4. Battle Symphony
5. Invisible
6. Heavy
7. Sorry For Now
8. Halfway Right
9. One More Light
10. Sharp Edges



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod