Recherche avancée       Liste groupes



      
POP FRANCO-BRéSILIENNE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (415)

Laurent VOULZY - Belem (2017)
Par MARCO STIVELL le 12 Septembre 2017          Consultée 422 fois

Le dernier album de VOULZY est un hommage viscéral au Brésil. En ce contexte difficile et particulièrement sensible, l'actualité française (parisienne, pour précision) vient déjà d'y consacrer pas mal de temps, dans un domaine tout autre que la musique, mais qui rassemble lui aussi énormément de monde. Pas mal de temps et, encore plus, d'argent, avec beaucoup d'indécence. Est-ce que Belem arrive à point nommé ? Oui, à moitié !

Laurent VOULZY est amoureux du Brésil depuis longtemps, on le sait au moins depuis 1983 et la sortie de l'album Bopper en Larmes, avec le morceau "Meu Samba Pra Voce", court mais rafraîchissant. Il a décidé de consacrer un album au pays du Pain de sucre et du Corcovado, de JOBIM et du clan GILBERTO, de Pelé et de Ronaldo. C'était pour la rime, on ne mettra pas plus de "foutchibol", c'est décidé (les absents ont toujours tort, tant pis pour l'autre là-haut !).

Le single qu'on entend à la radio, "Spirit of Samba, Part 1", a de quoi nous déconcerter. "Punaise, Laurent VOULZY veut être original alors qu'il ne l'est pas du tout !". Emporté par son élan créatif et sur le thème de la musique brésilienne, le Guadeloupéen reprend l'idée de Recollection d'un point de vue style et qualité (bien peu à voir avec "Rockollection" donc), en se servant dans la variété.

Vous entendrez donc les citations de "Fais Comme l'Oiseau" (Michel FUGAIN), "Qui C'est Celui-là ?" (Pierre Vassiliu) et "Fio Maravilla" (NICOLETTA), des titres déjà inspirés de musiques latines et que Laurent VOULZY a traduites en langue brésilienne. Le résultat est sympathique, c'est frais, on sait que ça va plaire, et c'est tout ce qu'on en retient. D'un point de vue qualité, on reste circonspect, surtout en entendant les deux autres parties de cette suite "Spirit of Samba".

La deuxième reste jolie grâce au choeur des chanteuses brésiliennes qui reste le seul point fort du morceau. Rien à voir avec la participation de Philip Baden Powell sur la troisième, en duo avec VOULZY et gavée d'Autotune. Et voilà, ça y est, Lolo s'est laissé prendre lui aussi... Ajoutez à cela les tics pop-dance qui nous rebutaient sur Recollection, d'autres citations douteuses comme "Da Ya Think I'm Sexy?" de Rod STEWART, une sensation de vide sur fond de batucada et de sifflets comme au carnaval de Rio, on frôle la catastrophe !

Heureusement que le reste de l'album est totalement loin de ça. Belem est une surprise, et cette fois ce n'est pas dû à la fièvre créatrice de VOULZY, plutôt dans ce qu'il a de plus simple et qui nous marquait encore sur l'album en commun avec SOUCHON il y a trois ans. Le morceau-titre justement, la reprise de "My Song of You" en brésilien ("Minha Song of You") avec la chanteuse Nina Miranda, "Timides" et "Quand le Soleil Se Couche" reprennent les choses là où elles avaient été laissées à la baie des Fourmis ou sur une plage des îles anglo-normandes.

Laurent VOULZY prend sa guitare, nous emmène au bord de la plage à Belem, ville de l'estuaire amazonien, ou beaucoup plus bas, à Rio, et chante les beautés de cet immense pays, si riche en culture. L'idée est aussi de rappeler l'histoire commune avec des hommes partis de l'ouest de la France pendant des siècles, il y a donc toujours un fond de Bretagne comme sur le morceau-titre - merveilleux -, dédié au Belem, dernier trois-mâts construit à Nantes. L'artiste puise aussi beaucoup à travers la bossa-nova. Le fil conducteur reste une forme d'intimité et de douceur, quitte à créer un instrumental à la guitare : "Tombée du Jour Sur la Plage de Grumari", magnifique.

En voyant la durée de "Quand le Soleil Se Couche" (12 minutes 30), on pensait à un nouvel élan créatif long, un vrai passionnant cette fois, mais il n'en est rien. Dix minutes de mer seule pour finir le disque, c'est joli même si on attend ça moins de VOULZY que d'un disque de relaxation. Heureusement, sa voix est à l'honneur sur tous les premiers titres, elle trouve ici une forme d'expression idéale en accord avec sa douceur.

En ce qui concerne les invités, Philip Baden Powell, fils du guitariste du même nom, est mieux mis en valeur sur le duo "Amor Jujuba". Notre ami a aussi trouvé quatre perles de jeunes choristes fabuleuses, mention spéciale à Nina Miranda, chanteuse de trip-hop basée à Londres (le groupe Smoke City) que l'on retrouve sur "Minha Song of You". Les autres sont les artistes Luísa Maita (de São Paulo), Eloisia (de Rio de Janeiro) et l'actrice américaine Chyler Leigh. La classe monsieur Laurent, mais vraiment à-demi quand même !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Country, Folk, Rock (1972)
Tout est dans le titre.




Katie MELUA
The House (2010)
La chanteuse ne ferait-elle que du grand ?


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Timides
2. Belem
3. Tombée Du Jour Sur La Plage De Grumari
4. Minha Song Of You
5. Amor Jujuba
6. Rio
7. Spirit Of Samba, Part 1
8. Spirit Of Samba, Part 2
9. Spirit Of Samba, Part 3
10. Quand Le Soleil Se Couche



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod