Recherche avancée       Liste groupes



      
AOR  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1977 Foreigner
1978 Double Vision
1979 Head Games
1981 4
1984 Agent Provocateur
1987 Inside Information
1991 Unusual Heat
1992 The Very Best Of
1993 Classic Hits Live
1995 Mr. Moonlight
1998 The Best Of Ballads
2009 Can't Slow Down
 

- Membre : Johnny Hallyday , King Crimson

FOREIGNER - Foreigner (1977)
Par JESTERS TEAR le 16 Août 2018          Consultée 774 fois

Qui ne connaît pas FOREIGNER pour son hit intemp… pour son hit « I Wanna Know What Love Is » ? Ce titre entendu jusqu’à plus soif sur les ondes depuis le milieu des années 80 ? Quand celui-ci sort, le groupe, qui est quand même un des groupes aux plus d’albums vendus dans le monde, n’en est pourtant pas à son coup d’essai. Habile transition, pouf, c’est de leur coup d’essai que je vais vous parler aujourd’hui, leur premier album éponyme de 1977.

Mais d’abord un mot sur le groupe lui-même. Il est fondé autour du guitariste et multi-instrumentiste Mick Jones, connu entre autres (de nombreux autres) pour être un ex SPOOKY TOOTH. Clairement le leader de la formation, il s’occupe des guitares, de claviers, de chœurs et même du chant principal sur deux des morceaux. De plus, il signe ou cosigne tous les titres. On a ensuite Al Greenwood aux claviers, seul membre du groupe à ne pas participer aux chœurs (c’est pas sport mon petit Al, il est où l’esprit d’équipe ?), Ed Gagliardi à la basse et Dennis Elliot à la batterie. Ian McDonald est une autre tête connue puisque c’est un ex KING CRIMSON, et encore un multi instrumentiste puisqu’il tient des guitares, des claviers, des cuivres, du pain et une boîte de ravioli (pour les deux derniers, c’est du domaine de l’hypothèse). Enfin, on a l’exceptionnelle voix de FOREIGNER, Lou Gramm (ex Black Sheep mais moi j’ai jamais entendu parler de Black Sheep, alors je déclare qu’on s’en fout) qui joue aussi des percussions sur cet album, me dit-on dans l’oreillette.

Mais ça joue quoi comme musique, tout ce beau monde ? Principalement de l’AOR, ce pour quoi ils seront connus tout au long de leur carrière, c’est à dire un alliage de rock parfois musclé et de pop, calibré pour les radios (j’entends souvent parler d’influences progressives pour ce groupe, mais franchement, elles me paraissent un peu imaginées). Ce premier essai a cependant la particularité de laisser apparaître d’autres influences, d’autres couleurs, comme vous allez le voir bientôt.

"Feels Like The First Time", premier hit, ouvre l’album avec un titre rock un peu lent. Je n’en suis pas fan, la rythmique basique m’agace un peu et les mélodies ne sont pas très inspirées (surtout celle du refrain). On découvre cependant des chœurs omniprésents et efficaces, une voix très maîtrisée, et on est surpris par un break atmosphérique de toute beauté qui fait que je peux écouter le titre avec un peu de plaisir. On enchaîne immédiatement avec LE tube de l’album : "Cold As Ice". Ici, on est typiquement dans l’AOR, des claviers et des chœurs (ici plus beaux et efficaces que jamais) en veux-tu en voilà, un chant puissant et parfait mis en valeur par la composition, le titre de l’album répété un million de fois de façon toujours accrocheuse, bref, une bien belle pièce typée mais très réussie.

Le titre suivant est une curiosité qu’on regrettera de ne plus voir par la suite chez FOREIGNER : "Starrider". C’est un titre qui sonne très folk, avec une flûte en intro, une guitare acoustique dominante escortée par un son de clavecin (certes synthétique) et par le chant de Mick Jones qui montre que, s’il ne possède pas la voix d’or de Gramm, il n’a cependant pas à rougir. Bien sûr, les chœurs sont en soutien avec pertinence, mais son interprétation folk est très plaisante, et il se permet même une montée en puissance efficace à un moment, le mec qui n'a pas froid aux yeux. En plus, il se fend d’un solo de guitare comme on les aime, alors moi je dis chapeau bas Monsieur Jones. J’adore ce titre.

"Headnocker" est un rock plus basique et agressif, bon mais pas mémorable. Par contre, "The Damage Is Done" est une ballade mid-tempo magistrale. Elle est magnifiquement interprétée par Gramm pour une fois presque sans chœurs, et agrémentée d’un solo de Jones plein de feeling. Un de mes titres préférés de la galette.

"Long Long Way From Home" est le 3ème hit de l’album, et c’est jusqu’à présent le titre avec le tempo le plus élevé. On y entend des cuivres de McDonald (dont un solo de sax), des claviers futuristes (pour l’époque hein, maintenant c’est plutôt passéiste), Gramm dégage une belle énergie, et les chœurs sont là aussi aux abonnés absents. Plus efficace que "Feels Like The First Time" mais moins que "Cold As Ice", il a cependant le mérite de donner un coup de fouet pour ceux qui trouvaient l’album un peu mou (c’est une métaphore, si votre CD est mou, il y a vraiment un problème).

On a droit à une autre ballade, cette fois chantée par Jones (encore une fois convaincant) seul à la barre, qui nous gratifie de petites saillies de guitare discrètes mais efficaces. Ce morceau a une fois de plus une aura particulière, mais il reste très plaisant, même si "Woman Oh Woman", c’est pas hyper original comme titre. On repart sur du rock plus musclé que jamais avec "At War With The World", titre efficace et prenant, avec le retour des chœurs planants dont la seule faiblesse est le solo de clavier qui a mal vieilli (je ne suis pas du genre que ça dérange, mais certains auront envie de se taper la tête contre le mur) mais qui heureusement ne dure pas longtemps, rattrapé plus tard par l’excellent solo de guitare.

"Fool For You Anyway" est une autre curiosité, une douceur à dominance acoustique où règne le Fender, les chœurs planants et la guitare acoustique évidemment, qui se fend même d’un solo. Le groupe conclut l’album sur un mid tempo tantôt musclé tantôt sucré. "I Need You". Claviers aux sons futuristes sont de sortie, chœurs majestueux également, et une basse rugueuse se fait beaucoup plus entendre que dans le reste de l’album. Je ne suis pas particulièrement fan du morceau, mais le solo magistral de Mick Jones, le plus long de tout l’album, le sauve dans mon cœur.

Au final, s’il est loin d’être l’album le plus connu de FOREIGNER, cet essai éponyme est une vraie réussite. Tous les titres ont leur intérêt, bien que certains soient plus réussis que d’autres, et son ambiance particulière, plus nuancée que l’AOR pur et dur qu’on entendra plus tard (je pense particulièrement au sublime Starrider) en font l’album du groupe que j’écoute le plus souvent.
Un bon gros 4.

A lire aussi en ROCK par JESTERS TEAR :


BE BOP DELUXE
Futurama (1975)
On prend pas les mêmes et on recommence




Al STEWART
24 Carrots (1980)
Aor


Marquez et partagez





 
   JESTERS TEAR

 
  N/A



- Lou Gramm (chant, percussions)
- Mick Jones (guitare choeurs, claviers, chant)
- Ian Mcdonald (guitare, choeurs, claviers, cuivres)
- Al Greenwood (claviers)
- Ed Gagliardi (basse, choeurs)
- Dennis Elliot (batterie, choeurs)


1. Feels Like The First Time
2. Cold As Ice
3. Starrider
4. Headnocker
5. The Damage Is Done
6. Long Long Way Frome Home
7. Woman Oh Woman
8. At War With The World
9. Fool For You Anyway
10. I Need You



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod