Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1979 In The Heat Of The Ni...
1980 Crimes Of Passion
1981 Precious Time
 

- Style : The Runaways , Joan Jett

Pat BENATAR - Wide Awake In Dreamland (1988)
Par LONG JOHN SILVER le 14 Avril 2016          Consultée 1254 fois

Trois ans entre deux livraisons, voilà qui tranchait avec le train auquel on était habitué lorsqu’on suivait de près la carrière de Pat Benatar. Seven The Hard Way, publié en 1985, s’était déjà bien moins vendu que tous ses prédécesseurs – l’album Live inclus -, oui mais ses singles avaient fait illusion. D’autant que la dame fut nommée*, comme les années précédentes, en 1986 et 1987, aux Awards en tant que meilleure chanteuse rock de l’année successivement pour « Invincible » et « Sex As A Weapon » mais échoua à remporter le sésame, cela au bénéfice de la grande Tina Turner qui régnait alors sur les charts en propulsant des titres plus-soupesques-tu-meurs, le discernement et les 80’s n’étant pas spécialement compatibles.

Quand on sait que le contrat qui liait la chanteuse à sa maison de disque imposait une toute autre cadence, on peut néanmoins s’étonner que cette société ait accepté un si long silence. Quand on fouille, on se rend vite compte que tel ne fut pas tout à fait le cas puisque la vénérable maison Chrysalis avait commercialisé Best Shots en 1987, soit une compilation de singles à l’intérêt très discutable sauf à considérer l’aspect purement financier d’une l’opération qui se révéla être fort juteuse. Au moins, cela permit à la jeune maman de s’occuper de sa fille après avoir assumé ses obligations sur la route lors de la tournée enchaînée à la parution de STHW. Cependant en coulisses, le big boss de Chrysalis passa la main à son associé, un homme d’affaire fasciné par les chiffres mais plutôt incompétent en matière de promotion de ses artistes, ce qui eut de fâcheuses conséquences pour la suite.

Wide Awake In Dreamland, qui vit le jour en 1988, fut enregistré « à la maison » et produit par Neil Giraldo et Pete Coleman**, cela dans un climat détendu contrairement à celui qui présida à la confection de l’opus 85. On se rappelle qu’ambiance comparable avait abouti à la réalisation de Tropico en 1984, l’opus le plus pop de la dame, pas forcément celui qu’on retiendra pour la postérité en dépit de forts agréables instants. Or, les mêmes dispositions ne produisent pas forcément les mêmes effets, Wide Awake In Dreamland étant quatre ans plus tard un disque bien plus abrasif que son titre pourrait le laisser supposer. Commençons, je vous prie, par en analyser ses singles.

Le premier choisi pour promouvoir la chose,« All Fired Up », est une reprise d’un obscur groupe Australien, Rattling Sabres, datant de 1987. Force est de reconnaître que Pat et Neil avaient le don pour sortir de leurs manches d’aussi improbables chansons pour en faire des hits, on se souvient de « Shadows Of The Night » repiquée à Helen Schneider ou encore de « You Better Run » soutirée aux Young Rascals, et à chaque fois miss Benatar avait réussi à s’approprier ces titres de manière à en éclipser totalement leurs interprètes initiaux. Une fois encore, la voilà qui réussit parfaitement son coup, sa version surclassant largement l’originale, on s’en prend plein la tronche. Les guitares défouraillent alors que la dame n’attend pas trop longtemps pour délivrer son chant rageur, sans réel équivalent chez les autres rockeuses. Autre moment énervé, « Let’s Stay Together » possède un groove soutenu par des beats incessants qui ne prennent jamais le pas sur l’ambiance purement rock du morceau où guitares et basse s’entrelacent en contrepoint d’un chant encore une fois très rentre-dedans. Les deux autres singles sont quant à eux plus calmes. Passons sur « One Love », une ballade pas franchement passionnante, d’autant qu’elle s’étire sur plus de cinq minutes. Retenons plutôt « Don’t Walk Away », une pop song, laquelle fait surtout office d’agréable filler au sein de l’album, notamment grâce aux charmantes vocalises situées peu avant sa coda. Les plus observateurs auront noté que ces titres sont situés aux quatre premières places sur le disque, est-ce à dire que le reste est à oublier ?

Réponse : pas du tout ! La suite alterne également ballades et passages nettement plus nerveux et enlevés. Si « Too Long A Soldier » conserve une facture très classic rock, cela va comme un gant à l’univers de notre incomparable rockeuse qui vient prendre une fois de plus les mecs sur leur propre terrain en adoptant un ton très bluesy pour l’occasion, cette chanson figurant parmi les plus belles réussites de l’opus présent. « Cerebral Man » revient chasser sur les terres New Wave tout en restant costaude malgré des nappes de synthés emblématiques du son 80’s, or ce titre se révèle être suffisamment solide sur la durée. Moins convaincante en revanche, « Suffer The Little Children », sur le thème de la maltraitante faite aux enfants, sujet déjà abordé dans le passé avec « Hell Is For Children »***, se perd dans ses arrangements rock/new wave à la linéarité peu emballante, la faute aussi à une mélodie moins marquante.

Restent trois bombes. Trois chansons où on retrouve l’impératrice incontestée du rock, celle qui distribue les allers-retours mieux que notre Bébel national, tout en rugissant comme un lion et en restant incroyablement féminine… et féministe ! Et oui, on aime ça ! « Cool Zero » procure toujours le même plaisir après multi-écoutes, la dame ne prend pas de prisonniers, elle déchire tout. Plus loin, « Lift ‘Em On Up » est à peine moins rageuse avec son beat martial. Là encore, l’interprète n’enjolive rien. D’ailleurs, elle semble avoir laissé derrière elle toute tentation lyrique. En fin de parcours, « Wide Awake In Dreamland » enfonce les derniers clous. Ce titre héroïque comme une charge de walkyries vient clore l’ensemble en grandes pompes pour notre plus grand bonheur.

À priori comme à fortiori, Pat Benatar tenait là un disque bourré de qualités, très rock, un opus qui aurait dû lui permettre d’avancer vers un nouveau triomphe après l’échec (très) relatif de l’album Seven The Hard Way, lequel avait tout juste dépassé le demi-million d’exemplaires écoulés. Or il n’en fut rien puisque Wide Awake…, qui ne reçut pas de soutien promotionnel d’envergure de la part de Chrysalis, ne fit pas mieux. Pourtant « All Fired Up » allait percer dans les charts, permettant à Pat de concourir à nouveau au titre de meilleure chanteuse rock de l’année en 1989. Encore une fois, Tina TURNER lui chipa la breloque****. L'année suivante, elle fut à nouveau en lice pour « Let’s Stay Together » (pourtant un flop commercial) et là, c’est Bonnie Raitt qui rafla la mise. Plus inquiétant, sa tournée américaine fut aussi un échec puisqu’elle y perdit de l’argent, l’obligeant à stopper là et à licencier son équipe technique, la mort dans l’âme. Cependant, et alors que sa popularité fléchissait, la miss n’allait pas tarder à découvrir l'existence d'un vice de forme contractuel lui offrant l'opportunité de se libérer de l’emprise de sa maison de disque.

* Oublions l’horrible terme « nominée », voulez-vous ?
** À l’exception de « All Fired Up » produite par Giraldo et Keith Forsey lequel avait travaillé auparavant – et entre autres - avec Billy Idol, et de « Let’s Stay Together » produit par le seul Giraldo
*** Album Crimes Of Passion 1980
**** Égalant ainsi le record détenu par… Pat Benatar avec quatre distinctions

A lire aussi en ROCK par LONG JOHN SILVER :


Pat BENATAR
Seven The Hard Way (1985)
Tiens bon ma belle !




Pat BENATAR
35th Anniversary Tour (2015)
Tubes au soleil


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Pat Benatar (chant)
- Neil Giraldo (guitare)
- Myron Grombacher (batterie)
- Chalie Giordano (claviers)
- Frank Linx (basse, choeurs)
- Fernando Saunders (basse)
- Bo Castro (percussions)
- Kevin Savigard (claviers)
- Nick Gilder (choeurs)
- Carmen Twillie (choeurs)
- Phyllis St.james (choeurs)
- Maxine Water (choeurs)


1. All Fired Up
2. One Love
3. Let's Stay Together
4. Don't Walk Away
5. Too Long A Soldier
6. Cool Zero
7. Cerabral Man
8. Lift 'em On Up
9. Suffer The Little Children
10. Wide Awake In Dreamland



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod