Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE / ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Patrick BRUEL - Bruel (1994)
Par BAKER le 13 Septembre 2018          Consultée 235 fois

Le troisième album de Patrick BRUEL est une drôle de bestiole. Truffé de maladresses et de (quelques) facilités, il est pourtant celui où BRUEL prouve définitivement - car oui, en 1994 il fallait encore le faire - qu'il prend sa carrière de chanteur/compositeur très au sérieux. J'entends par là qu'il sort des disques parce qu'il écrit des chansons, et pas l'inverse : une petite, mais solide, moitié des titres présents ici possèdent une IDEE, musicale ou textuelle - mais attention, du texte en corrélation avec la mélodie, pas juste de la poésie jetée sur papier avec trois accords derrière. Quoique.

Musicalement, c'est le premier souci, BRUEL s'oriente beaucoup vers le big rock 70's (guitares boogie sudistes et orgue baveux inclus) et les ballades "intimistes", ne laissant que trop peu de place à des chansons plus variées, différentes. Ce qui frappe, c'est à quel point ses musiciens prennent la chose au sérieux côté rock : la basse slappée particulièrement grossière (c'est un compliment) sur "Lâche-Toi", le solo pas si mal sur "Bouge", et surtout les guitares, qui font l'objet de solos bluesy ("Est-ce que tu Danseras"), hard mélodique ("Combien de Murs") voire heavy metal ("Demain le Monde") bien fumants. C'est même une révélation : en 2018, quel artiste français majeur, car BRUEL est alors majeur qu'on le veuille ou non, peut se permettre un album avec autant de solos techniques et hérités de Michael SCHENKER et Steve LUKATHER ?

Alors les chansons se démarqueront les unes des autres de par des détails : idées donc, solos donc, mélodies... un peu moins. BRUEL joue plus la carte du feeling, rock ou poète poète. Et il faut lui reconnaître parfois de très bons sentiments : "Quoique" tourne autour d'un leitmotiv très bien utilisé (et Patrick s'y auto-parodie), "Lâche-Toi" s'amuse avec des couplets vraiment achevés," Pars Pas" aurait pu être réussi (si Patrick ne s'était pas pris pour BON JOVI), "Demain Le Monde" est rempli de tendresse pour les groupes de rock, de TAGADA JONES à METALLICA, de NEMO à IRON MAIDEN. Et évidemment, impossible de passer à côté de "Combien de Murs", le gros single : ambiancé, bien écrit, doté d'un très long solo. Sincèrement, du bon, et surtout du crédible : en tant que pondeur de riffs, parolier, interprète, il s'en sort bien.

C'est pourquoi on déchante quand le niveau n'est plus vraiment, voire du tout, suffisant pour en faire un album aussi culte que son prédécesseur : plusieurs ballades n'ont réellement aucun intérêt, aucune accroche ("J'Suis Quand Même Là", "En Bas des Marches", petit bémol pour "S'Laisser Aimer" qui est presque une parodie mais ne manque pas de charme), le côté retro 70s PURPLE est parfois mal négocié ("Joue Docteur Joue" met mal à l'aise devant sa naïveté narcissique), le texte de "Qu'est-ce Que Tu Crois" aurait mérité un gros retravail, et puis Patrick pompe ça et là : LED ZEP sur "Est-ce que...", énormément même (merci la guitare bluesy de sauver les meubles), et lui-même sur "Rien à Perdre", bonne fin d'album mais fille directe de "Casser La Voix".

En bref, le souci de l'album précédent se retrouve intact ici : BRUEL est-il un réel passionné qui pêche par naïveté, ou un habile suceur d'influences ? Deux albums de suite et toujours pas de réponse. Une chose est certaine : il est un compositeur sinon solide, du moins intéressant, bâclant rarement ses mélodies et harmonies. Le plus intrigant restant donc ce côté pur rock seventies (voire eighties pour le côté hard FM à la MOTLEY CRUE de Theater of Pain) que l'on imagine mal chez Patrick de nos jours. Un disque à l'image de sa pochette : brut, mais un poil flou. Intéressant en tous cas et un des derniers dinosaures de l'ère "variété française quand l'ingé son trouvait le trou pour brancher les guitares sur des amplis".

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


FAYRO
La Beauté Des Choses (2015)
Premier jet plein de promesses




Eddy MITCHELL
Le Cimetière Des éléphants (1982)
Et si abandonner le rock avait été sa salvation ?


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Patrick Bruel (chant, guitare)
- Aldo Nova (guitare)
- Nick Moroch (guitare)
- Michael Bearden (claviers)
- James Murphy (batterie)
- Adam Dorn (basse)
- Bashiri Johnson (percussions)


1. Quoique
2. Lâche-toi
3. Bouge !
4. Pars Pas
5. J'suis Quand Même Là...
6. On T'attendait
7. Qu'est-ce Que Tu Crois
8. Combien De Murs
9. S'laisser Aimer
10. Joue, Docteur Joue !
11. Est-ce Que Tu Danseras Avec Moi
12. En Bas Des Marches
13. Demain Le Monde !
14. Rien à Perdre



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod