Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO / DANCE / VARIETE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



Laura BRANIGAN - Remember Me (2005)
Par BAKER le 13 Mars 2019          Consultée 160 fois

Le 26 août 2004, Laura BRANIGAN décède dans son sommeil. Une belle mort, certes, mais qui pour ceux qui restent possède le très gros inconvénient de ne pas prévenir, de ne pas laisser une minute pendant laquelle organiser ce qu'on appelle en anglais "the legacy".

2005, sort donc un E.P. intitulé "Souvenez-vous de moi", et oui, ça sent la crotte rien qu'en regardant la date de sortie, la pochette, le titre.

Remember Me sera, prévisiblement, un E.P. mélangeant deux remixes et des inédits de l'incendiaire brune, finalisés en studio après sa mort. Finalisés ou remixés, plus précisément, et c'est là que le drame commence, car une fois mort, il est fichtrement difficile de mettre son véto sur la sortie d'un sous-produit. Or, Laura nous a quittés avec comme testament discographique Over My Heart, son disque le plus personnel et également son tout meilleur. Inutile de nourrir de faux espoirs : Remember Me sera aux antipodes de l'excellence de 1993.

On commence avec "The Challenge", et pour être franc, une fois avalée la pilule de la prod techno putassière avec quelques arrangements bien foireux, il faut avouer que c'est dans son genre, à savoir un hymne de stade modèle David GUETTA, un très bon titre. On retrouve la voix, intacte, magique, puissante et racée, associée à une chanson volontariste, à la MORODER des grands jours. Le refrain est juste craquant, pour qui aime jouer les funambules sur la ligne jaune du mauvais goût. On trouve plus loin une autre chanson réussie, carrément même : "I Can See Again" est une de ces ballades intimistes, sensuelles et gorgées de feeling dont Laura savait nous délecter ; une chanson somptueuse qui aurait mérité sa place sur Over My Heart. Ca aurait fait une fin de carrière parfaite.

Mais voilà, les rêves sont faits pour être brisés. Passons rapidement sur "I Know You By Heart", ballade piano-voix-strings... synthétiques, trop, pour un résultat un peu en surface, une chanson jolie sans plus, que la production cheap bride. Non, le problème de ce disque, ce sont les 4 technoïderies hideuses faites sur le dos d'une morte. "If That's What It Takes" est bien ce que vous pensez : Céline DION et elle n'ont cessé de se marquer à la culotte, jusque dans la mort... sauf que la production de "D'eux" était très décevante, alors que celle-ci est juste honteuse. Sur la première transpose, cette crash cymbal, c'est d'un goût ! Et quels sons de synthés méticuleusement choisis pour faciliter le transit intestinal ! Côté prod, on dirait effectivement ce que fait Céline DION... maintenant. Ce n'est pas un compliment.

Pire, une autre reprise pourtant immanquable : "The Winner Takes it All". Le début est très proche de l'original d'ABBA, jusqu'à ce que des clubbeurs cocaïnomanes se croyant à Ibiza dans leur home studio de 4m² à Vaux-le-Pénil viennent tout massacrer à grands coups de couteau dans le QI. C'est au-delà de la défécation, qui elle au moins permet d'expulser les corps étrangers. C'est minable, simplement. Ce pont, mais ce pont, pauvre Laura, look how they massacred my girl !

Parlons des remixes. "Gloria". Gloria, quoi. Que peut-il y avoir de pire que la variété pop-disco italienne ? La techno italienne. L'une possède des "redeeming qualities", l'autre non. On se dit que c'est nul mais pas exécrable, jusqu'au pont propice à un solo de synthé au pitch bender typé Fun Radio. C'est très, très petit, à la limite du minable. Limite allègrement franchie par le remix de "Self Control", dernier clou dans la tombe si je puis me permettre : chant accéléré par ordinateur, riff house (ou dance, ou que sais-je, je ne suis pas pingouin de samedi soir en leasing) atroce et hors-sujet, chant parfois inintelligible, et le meilleur pour la fin : les "oh oh oh" iconiques auto-tunés et pourtant FAUX ! Il fallait le faire, mon petit Jean-Mimi, voilà qui est fait, etttttttttttt fort bien du reste !

"Souvenez-vous de moi". Aucun souci Laura. Mais certainement pas comme ça. Voilà typiquement ce que l'industrie du disque aime tant faire : jouer aux échecs tel un pigeon. BRANIGAN était une chanteuse profonde, on a passé des années à la transformer artificiellement en icône pop jetable, et une fois morte avec un disque d'adieu fort et personnel, on déterre le cadavre pour lui faire subir les pires outrages. Sincèrement, ce disque serait sorti en tant que single de luxe avec "Challenge" et "See Again" (dans cet ordre car je ne nie pas le côté racoleur mais foutrement efficace de "Challenge", eh oui ça compte), c'aurait été un cadeau post-mortem tout à fait recommandable. En l'état, c'est une immonde purge qui cache en son sein un unique joyau ne méritant pas un si lamentable voisinage.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par BAKER :


Don JOHNSON
Let It Roll (1989)
Miami voice




Lara FABIAN
Lara Fabian (1999)
Maousse kosto !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. The Challenge
2. If That's What It Takes
3. I Can See Again
4. The Winner Takes It All
5. I Know You By Heart
6. Gloria 2004
7. Self Control 2004 (mindworkers Radio Mix)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod