Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  DEMO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Laura BRANIGAN - Silver Dreams (1981)
Par BAKER le 30 Mars 2019          Consultée 243 fois

Les albums posthumes sont souvent, pas de façon systématique, sujets à caution. Pour un disque que l'artiste n'aura pas eu le temps de sortir "because dead as f*ck", combien de tripatouillages mafieux dans de sordides studios anonymes pour tenter de faire du cash sur un crash, du flouze avec une bouse, de l'argent trop cher, trop grand. La vie n'a pas de prix.

Mais les bandes de studio, elles, en ont un. Et si elles n'en ont pas, on s'arrange, on se débrouille.

Car contrairement au discutable E.P. "Remember Me", Silver Dreams n'est pas une collection de titres épars, mais plus ou moins un vrai album. Mais attention, à condition de bien lire les petits caractères (coucou Demeco). Déjà, détail très important, c'est un CD à ne pas mettre entre toutes les oreilles. Et je parle bien d'audition pure, de qualité de son, car le CD est relativement épouvantable à ce niveau. Mélangeant bandes studio et rips d'acétates douteux, alternent l'aigu mono crachouillard et la stéréo lointaine et fanée, en passant par des sautes, du pleurage, du "tape hiss", et plus grave, les défauts sonores ne sont jamais les mêmes, donc l'oreille ne peut même pas se payer le luxe de s'habituer.

Cette précision essentielle passée, qu'est donc exactement Silver Dreams ? Il s'agit d'une reconstitution, plus ou moins fidèle ( on ne le saura jamais) de ce qui devait être le premier VRAI album de Laura BRANIGAN. La belle brune avait en effet enregistré un disque complet en 1981 mais, à cause d'imbroglios juridiques dont nos amies les maisons de disques ont le secret, tous les titres furent "put on the shelf" comme on dit, mis au placard en attendant de meilleurs jours, et Laura recommença le processus, donnant naissance l'année d'après à "Branigan" que désormais tout le monde connaît. Ce CD est donc tout ce qu'il y a de moins officiel, et a été probablement piqué à droite à gauche pour sa fabrication, un acétate trouvé dans une brocante par-ci, une bande 2 pouces volée dans un studio démantelé par-là.

Le souci qui se pose à votre humble serviteur en tant que chroniqueur avisé, c'est que malgré sa qualité sonore désastreuse et son côté McGyver, ce "premier faux album" est bon. Et même très bon. Et pire, un peu meilleur que le (pourtant déjà très sympa) "vrai" premier album. De l'intro "When", belle ballade mélodique et aérienne d'une efficacité indéniable, au morceau-titre qui termine sur une note pop-funk énergique qui fait regretter la pauvreté sonore (et c'est un bon point), le disque se montre un poil plus varié que "Branigan", et si fautes de goût il y a, elles sont plus éclatantes et plus assumées. Et c'est sans compter la voix, parfaite de bout en bout, déjà très reconnaissable.

Mieux, comparé à "Branigan", le nombre de titres anecdotiques est franchement limité. "Love Me Tonight", oui, et encore le chant est charmant. "Tell Him" aussi, reprise des EXCITERS que je n'ai jamais aimée, mais d'une importance discographique capitale : Ally McBeal, ça vous dit quelque chose ? Vous savez, cette série dans laquelle tous les rôles sont sympathiques, sauf le premier... Parce que je ne veux pas dire, mais cette chanson iconique, son réarrangement à la sauce pop féminine quirky, ça ne vient pas de Vonda SHEPARD... Vous pourrez aussi trouver les incursions de la belle dans la pop disco un peu vulgaires et faciles, mais "I'm Just Warming" est sympathique comme tout avec des harmonies balèzes, et surtout "Looking for Number One" est une TUERIE du genre. La basse, les cuivres, le refrain, c'est un tube somptueux, et désolé, mais quitte à démarrer sa carrière avec un titre de danse un peu racoleur, je trouve cette chanson autrement plus réussie et accrocheuse que "Gloria".

La ballade sensible mais aérée avec "Fool's Affair" qui rappelle MORODER quand il compose avec le coeur, la petite récréation prog-pop-east coast à la Billy JOEL avec un "Helping Mama" revigorant, et un "Leave Me Blind" bucolique au petit riff post-refrain absolument sensationnel, la messe est dite : s'il était sorti en l'état avec un vrai bon son, cet album aurait été une carte de visite encore meilleure que "Branigan". Et un vrai bon disque de variété à s'offrir avec plaisir. Alors peu d'entre vous seront à même de l'apprécier pleinement, mais sa place, foi de Baker, est dans votre lecteur de compact disc laser, pas sur l'étagère miteuse d'un producteur ventripotent qui, si ça se trouve, n'a même jamais possédé l'appareil nécessaire à la lecture de l'original. Quant à la légitimité d'une telle sortie bootleg alors que son interprète est décédée, laissez-moi vous dire une bonne chose : si Laura a enregistré ces excellents titres, c'était pour qu'on les écoute. C.Q.F.D.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par BAKER :


Roch VOISINE
Kissing Rain (1996)
Du bon, du beau, dubonnet.




Céline DION
Falling Into You (1996)
Fallin' into célin'


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. When
2. Fool's Affair
3. Looking Out For Number One
4. Helping Mama Bring The Groceries In
5. Leave Me Blind
6. Love Me Tonight
7. Don't Close Your Eyes
8. I'm Just Warmin' Up
9. Tell Him
10. Silver Dreams



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod