Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Funkadelic, Parliament, Richie Kotzen
- Membre : Buddy Miles Express, Bootsy Collins

Stevie SALAS - The Sometimes Almost Never Was (1998)
Par JASPER LEE POP le 23 Mars 2019          Consultée 327 fois

Alors qu’il transpirait sur son manche en plaquant ses premiers accords, le jeune Stevie SALAS s’y voyait déjà et s’imaginait accompagner trois chanteurs : Rod STEWART, Mick JAGGER et David BOWIE. Il a fait une tournée avec les deux premiers et quant au troisième, le guitariste indien a révélé que Reeves Gabrels qui venait de quitter BOWIE lui aurait confié que son ex-boss s’apprêtait à l’appeler. Ça ne s’est jamais fait. Lot de consolation, Salas intègre aujourd'hui la tournée A Bowie Celebration pour certaines dates aux côtés entre autres d’Earl Slick et de Carmine Rojas (le bassiste sur Let’s Dance était son mentor sur la tournée Out of Order de Rod the Mod, le monde est petit). L’Apache Mescalero retrouvera à cette occasion Mike Garson, le fidèle pianiste de formation classique du Thin White Duke que l’on peut entendre ici sur "A Dedication to You".

The Sometimes Almost Never Was est un disque sombre annonciateur d’une période qui le sera plus encore. La fusion n’a plus le vent en poupe depuis belle lurette et SALAS délaisse le côté funky qui faisait pourtant tout le sel de son jeu pour tenter une évolution vers un son résolument moderne. Malheureusement il ne suffit pas d’incorporer quelques sonorités vaguement technoïdes et spatiales pour être novateur. La batterie de "Kickback" qui ouvre la danse est lourde comme une enclume (Tichy et Abbruzzese aux percus, un beau duo de bûcherons) et traitée façon indus, la guitare est hyper compressée et ma foi si ça fonctionne plutôt bien avec la syncope du riff, c’est quand même sacrément asphyxiant ! L’album alterne avec ce genre de compos claustrophobiques mid-tempo ("Superball") et des ballades mélancoliques avec les ingrédients habituels.

Le tout est d’un bon niveau mais malgré des morceaux bien écrits (je cite à nouveau le beau "A Dedication to You", le bondissant "Bring It On" et "Caught in a Moment" où le solo est confié à l’un de ses héros, Elliot Easton, le guitariste des Cars pour un parfait petit exercice de concision mélodique dans le style de… Mick Ronson), on manque d’air et les lignes de chant désabusées de SALAS finissent par plomber l’ensemble. Le musicien broie du noir, triture sa guitare, écrabouille ses pédales d’effet à la recherche d’une recette miracle qui lui résiste. Même le meilleur morceau de l’album "You and I" où il s’autorise à refaire quelques timides cocottes n’est finalement pas des plus joyeux malgré un texte léger truffé de références pop.

Salas semble las de ne pas avoir percé aux USA (pas de bol, il devait signer avec le promoteur star Charlie Minor le jour où celui-ci est abattu par une de ses maîtresses à Malibu en 1997), le moral n’est pas au beau fixe et ça s’entend sur cet album. Les événements à venir ne vont pas arranger les choses.

A lire aussi en ROCK par JASPER LEE POP :


JELLYFISH
Spilt Milk (1993)
Le grand Œuvre.




STONE TEMPLE PILOTS
Stone Temple Pilots (2018) (2018)
Une vie après la mort.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Stevie Salas (guitare, chant, basse)
- Brian Tichy (batterie)
- Dave Abbruzzese (percussions)
- Bernard Fowler (chœurs)
- Jeffrey Connor (basse)
- Vinnie Lorusso (synthés)
- Johanne Langley (synthés)
- Dan Rothchild (basse)
- Dave Judy (piano, rhodes, chœurs)
- Elliot Easton (guitare)
- Vince Ruby (chœurs)
- Mike Garson (piano)


1. - Dedication
2. - Kickback
3. - Overground
4. - My Someday's Coming
5. - Caught In A Moment
6. - Superball
7. - Bring It On
8. - A Dedication To You
9. - You And I
10. - Morning Song
11. - The Turquoise Warrior Spirit



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod