Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Funkadelic, Parliament, Richie Kotzen
- Membre : Buddy Miles Express, Bootsy Collins

Stevie SALAS - Be What It Is (2006)
Par JASPER LEE POP le 12 Mars 2022          Consultée 238 fois

Saura-t-on vraiment un jour pourquoi Dave Abbruzzese s’est fait virer de PEARL JAM ? Il semblerait qu’on lui ait reproché de savourer un peu trop ostensiblement le méga succès du groupe. Un type qui souriait et profitait de la vie, ça ne cadrait pas avec l’image austère anti-star que souhaitait véhiculer Eddie Vedder. Le batteur ne s’en est jamais réellement remis et vit depuis reclus loin des regards, ce qui ne manque pas d’entretenir son statut culte de cogneur préféré des fans du groupe de Seattle. Stevie SALAS a réussi à l’enrôler par trois fois sur des albums précédents en lui proposant de l’emmener ensuite en tournée. Sans succès, Abbruzzese redisparaissait aussitôt. Têtu, le guitariste Apache a à nouveau mené l’enquête et a fini par frapper à sa porte dans la bourgade de Jerome en Arizona (474 âmes dont Maynard James Keenan). Sa maison était spartiatement meublée mais disposait de tout ce qu’il fallait pour enregistrer et les deux hommes mettaient aussitôt en boîte leurs pistes respectives sur « Long Way to Roll ». SALAS a eu raison d’insister, ça groove ! (1)

Les aficionados de l’Indien auront remarqué que l’album est à nouveau signé du STEVIE SALAS COLORCODE soit le nom de son trio d’origine, la volonté étant de revenir à une formule dépouillée, plus basique et plus rentre-dedans. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le pari est gagnant dès le trio d’ouverture qui dépote sévère (2). Premier uppercut avec« What It Was to Be What It is », fédérateur comme la plupart des morceaux d’ouverture du guitariste, crochet dans le buffet ensuite avec « Get Out Alive » dans lequel Brian Tichy fait du petit bois de sa batterie, suivi d’un une deux avec « Head on Collision » avec Koshi Inaba en guest et en nippon dans le texte pour le refrain, annonciateur de la future collaboration INABA/SALAS (3). Bref, c’est le KO technique et derrière, il n’y a plus qu’à nettoyer le ring et tranquillement terminer le boulot avec les exercices de style habituels. Par exemple, le tempo lent d’inspiration Hendrixienne « Two Souls War’n in a Bag of Skin », enregistré en une seule prise, véhicule idéal pour lancer un long solo en live mais qui s’éternise un peu pour une version studio et qui rappelle trop « Too Many Mountains ». Le fantôme d’HENDRIX plane toujours sur « My Girl is Gone » dans lequel Stevie Boy revient sur le suicide de son ex-compagne et sur le même thème de l’être cher disparu, la fausse ballade « To Begin Again » est particulièrement sensible et convaincante. Carton plein également pour « Are the Gods Smiling on Me (or Are They Laughing) », joli téléscopage de LED ZEPPELIN et d’HENDRIX assaisonné aux marottes Salasiennes.

Be What It Is  est un album homogène de bonne facture certes dénué de l’éclectisme rafraîchissant qui faisait la réussite de son prédécesseur mais qui rassure en revenant aux fondamentaux de l’époque de Back From the Living. Après une longue retraite désabusée, cet artiste attachant confirmait deux ans après un premier retour éclatant qu’il en avait toujours sous la pédale Wah Wah.

Note réelle: 3,5/5

(1) Dave Abbruzzese joue ici sur six compositions. Pour les curieux qui voudraient aussi le retrouver visuellement, SALAS a finalement réussi à le convaincre de revenir sur scène et je conseille la captation d’une belle performance des I.M.F’s au Rockpalast en 2010. Les I.M.F’s (pour International Motherfuckers) sont la continuité du projet NICKLEBAG de Stevie SALAS et de Bernard Fowler, ici accompagnés par l’ex-PEARL JAM et TM Stevens à la basse, soit un groupe fort compétent.

(2) On parle ici de la tracklist de l’édition japonaise.

(3) Une vidéo de « Head on Collision » à destination du marché japonais existe avec le demi-dieu des B’z en lead vocals.

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


GOODBYE JUNE
See Where The Night Goes (2022)
La guerre des clones




Penelope SPHEERIS
The Decline Of Western Civilization Part Ii The Metal Years (1988)
Extinction.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Stevie Salas (chant, guitare)
- Dave Abbruzzese (batterie)
- Brian Tichy (batterie)
- Matt Sorum (baterrie)
- Steve Wolf (batterie)
- Joe Travers (batterie)
- Jara Slapbak (basse)
- Jack Daley (basse)
- Dorian Heartsong (basse)
- Dan Rothchild (basse)
- Carmine Rojas (basse)
- Richie Kotzen (chœurs)
- Koshi Inaba (chant, harmonica)


1. What It Was To Be It Is
2. Get Out Alive
3. Head On Collision
4. Two Souls War'n In A Bag Of Skin
5. Bring It Easy
6. Long Way To Roll
7. Are The Gods Smiling On Me (or Are They Laughing)
8. My Girl Is Gone
9. To Surf With The Angels
10. Cherokke Girl
11. To Begin Again
12. Worn Out Rooster



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod