Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 Foo Fighters
1997 The Colour And The Sh...
2007 Echoes, Silence, Pati...
2011 Wasting Light
2014 Sonic Highways
 

- Membre : Nirvana, Them Crooked Vultures, Queens Of The Stone Age, Teenage Time Killers, Alanis Morissette
- Style + Membre : Dave Grohl

FOO FIGHTERS - Wasting Light (2011)
Par CHIPSTOUILLE le 1er Mai 2019          Consultée 250 fois

Etape récurrente dans la carrière de Dave Grohl, suite au sommet de leur double live à Wembley, il cherche de quoi se renouveler. Pour faire du neuf avec du vieux, les FOO FIGHTERS décident d'enregistrer leur album suivant sur bande magnétique, comme à la vieille époque, dans le garage Dave Grohl. Pas de Protool, pas de digital, pas d'autotune, pas de correction des imperfections possible. On rappelle Butch Vig aux manettes, producteur de Nevermind (entre autres fonctions, dont batteur de GARBAGE). Les techniciens ont perdu la main et passent des heures à couper et coller (pour de vrai) des bouts de bande magnétique. Dave Grohl du haut de ses 42 ans, sent la vieillesse poindre. Il se dit que ce septième album est peut-être sa dernière occasion de faire briller l'étincelle (1) de la jeunesse. Retour aux sources, Wasting Light est parti sûr de bonnes bases.

11 titres, presque 48 minutes, rien de trop bref ou trop long, il n'y a ici que de bonnes statistiques. "Bridge Burning", brûlot incisif certes, mais peut-être pas à la hauteur de "The Pretender", "All My Life" ou "Stacked Actors" pourrait vous faire croire que Wasting Light n'est pas à la hauteur de sa réputation.

Pourtant le groupe est en forme. Finies les guitares acoustiques. Comme nous l'explique le documentaire Back And Forth dont la dernière partie se focalise essentiellement sur l'enregistrement de cet album. Dave Grohl assure la guitare rythmique s'associant à basse et batterie pour l'assise nerveuse. Chris Shiflett donne des velléités mélodiques, plus aigües, à l'ensemble et survole à l'occasion la masse. C'est le retour définitif de Pat Smear dans le line-up du groupe qui confère à l'album une troisième guitare plus grunge. Lourde et saturée, déployant des notes égarées dans le bruit d'une patine qui avait manqué dans les jours les plus avares en guitares de la formation (2). On retrouve par ailleurs de nouveau Rami Jaffee (aux claviers, il rejoindra définitivement le groupe en 2017) et Jessy Greene (la même violoniste qu'aux concerts de Wembley) entre autres.

Au-delà des habitués, l'album accueille quelques invités. Bob Mould (HÜSKER DÜ, SUGAR) double avec pertinence les vocaux de "Dear Rosemary", dont le passage central est particulièrement réussi. C'est le retour quasi inespéré (3) de Kirst Novoselik à la basse (et à l'accordéon) sur "I Should Have Known" qui reste la plus belle surprise de cet album. 3 des 4 membres de feu NIRVANA se réunissaient ainsi pour la première fois en studio sur cette chanson pleine de regrets.

Le clou du spectacle est sans conteste "A Matter of Time". Preuve qu'il était nécessaire aux FOO FIGHTERS de se doter d'un line-up à 3 guitares. Ses couplets nerveux qui montent en puissance donnent le pouvoir à Dave Grohl. Les ponts à la RADIOHEAD donnent à Chris Shiflettf l'occasion de démontrer ses talents de mélodiste. Tout le monde se retrouve joyeusement dans un refrain à la puissance nucléaire, dont Pat Smear est l’artisan principal.

Tous ces ingrédients pourraient faire croire qu'il suffisait de les réunir pour produire un chef d’œuvre. Nous ne sommes pas loin de ce résultat. Plus d'un fan des FOO FIGHTERS clame encore aujourd'hui qu'il s'agit là de leur meilleur album. Il reste cependant ce goût de déséquilibre inévitable entre les tubes (citons également "Arlandria", "These days" et l'excellente conclusion "Walk" en plus des précitées) et les titres moins évidents. malgré ses imperfections, rien ici n’entache réellement le plaisir systématiquement retrouvé à l'écoute de ce grand album.

(1) C'est bien l'idée d'étincelle et de jeunesse qu'on retrouve derrière le nom de Wasting Light, intraduisible et impossible à retenir (sérieusement, pas moyen de me souvenir de ce foutu titre en 8 ans malgré les écoutes répétées et régulières) de l'album.
(2) rappelons que le groupe était réduit à l'état de trio après le départ de Pat Smear suite à l'enregistrement de "There is nothing left to loose".
(3) On se rappelle comment, malgré le retour de Pat Smear, lors de la constitution du line-up d'origine des FOO FIGHTERS, Dave Grohl avait souhaité tourner la page NIRVANA.

A lire aussi en ROCK par CHIPSTOUILLE :


ARMENS
Six Différents (1998)
Rock français sauce accordéon et violon




FOO FIGHTERS
Saint Cecilia Ep (2015)
De l'impossibilité de trouver les mots justes


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Dave Grohl (chant, guitare)
- Taylor Hawkins (batterie)
- Nate Mendel (guitare basse)
- Chris Shiflett (guitare)
- Pat Smear (guitare)


1. Bridge Burning
2. Rope
3. Dear Rosemary
4. White Limo
5. Arlandria
6. These Days
7. Back & Forth
8. A Matter Of Time
9. Miss The Misery
10. I Should Have Known
11. Walk



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod