Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 Foo Fighters
1997 The Colour And The Sh...
2007 Echoes, Silence, Pati...
2011 Wasting Light
2014 Sonic Highways
 

- Membre : Nirvana, Them Crooked Vultures, Queens Of The Stone Age, Teenage Time Killers, Alanis Morissette

FOO FIGHTERS - The Colour And The Shape (1997)
Par CHIPSTOUILLE le 6 Janvier 2014          Consultée 2333 fois

La tournée qui suivit le premier album des FOO FIGHTERS, le line-up une fois recruté, fut un succès. Le nouveau groupe de Dave Grohl s’est fait un nom après NIRVANA. L’homme a l’ambition de faire de son nouveau bébé quelque chose de durable et non un projet parallèle. C’est ainsi que le groupe, et non l’homme seul, entame de nouvelles sessions studio en 1996 pour donner une suite logique au premier album éponyme : The Colour and the shape (1). Encore peu sûr de lui, le line up subira quelques dommages, en témoigne un Dave Grohl encore indécis sur son avenir de batteur qui fera jeter l’éponge à William Goldsmith titulaire du poste durant l’enregistrement de l’album. Suite à la sortie de ce dernier, ça sera au tour de Pat Smear, guitariste de feu NIRVANA présent durant l’enregistrement. Epuisé par la tournée précédente, il finit par quitter le navire. Il reviendra sur cette décision avec l’approbation de Dave Grohl en 2011.

Considéré depuis comme le meilleur album du groupe par une majorité, celui-ci recèle quelques arguments de poids pour prétendre à un tel titre. On pense bien sûr aux tubes évidents, tels que "Monkey Wrench" et "Everlong" ou les moins connues "My Hero", "Up in arms" et l’excellente conclusion "New way home". C’est surtout l’album sur lequel la formule du groupe se cristallise. Loin de la solitude grisâtre de la mouture précédente, The Colour and the shape, comme son nom l’indique, prend des formes et des couleurs. Pop-rock un brin énervée, les FOO FIGHTERS alternent désormais des ballades folk, voir des introductions qui démarrent comme des berceuses rassurantes, entrechoquées par des riffs mélodiques et entêtants. Une formule simple, presque générique pour les années 90, mais qui fonctionne. Dave Grohl y varie sa palette de chants, passant d’introverti à rageur. Mais il a beau s’époumoner, jamais il ne franchit le mur du son.

C’est ce qui cloche chez le groupe. Le même disque sorti 20 ans plus tôt aurait défrayé la chronique. En 1997, tout le monde se contrefout d’entendre quelqu’un hurler sur une balade. Ça n’a plus rien de choquant. Les FOO FIGHTERS ont beau jouer de contrastes ou tenter de violenter l’auditeur, enchaîner les dissonances, les bruits et les hurlements, faire de la pop 60ies à la manière de hard rocker, peine perdue les filles adorent, mes parents me féliciteraient pour une fois d’écouter autre chose que de la musique de sauvages, ma grand-mère l’écoute en faisant sa mayonnaise. Les FOO FIGHTERS grognent en montrant les crocs, mais ne mordent pas.

Reste quelque chose qu’on ne peut pas enlever à Dave Grohl, ici parfois aidé par deux de ses acolytes, son talent pour la composition. L’album n’est pas parfait, souffre ça et là de quelques petits ralentissements (les répétitions de "See You", le matelas cotonneux et longuet formé par "February Stars" et "Walking after you" autour d’ "Everlong" qui permet de sauver de justesse le trio), mais enchaîne les bons titres. The colour and the shape peut se targuer de cumuler les moments de bravoure, avec la petite pointe de profondeur qu'il faut. C’est ce que le groupe va s’évertuer à reproduire sur ses opus suivant, avec selon l’audace, plus ou moins de réussite. Les FOO FIGHTERS ont ici trouvé leur rythme de croisière, entre chansons accrocheuses, balades émotives, des relents de souffrance adolescente dissouts dans la bande son parfaite de vos vacances d’été.

(1) « Colour » à l’anglaise, et non « Color », un clin d’œil au producteur de l’album, Gil Norton, anglais de son état civil, ayant notamment produit les PIXIES.

A lire aussi en ROCK par CHIPSTOUILLE :


FOO FIGHTERS
Echoes, Silence, Patience And Grace (2007)
Fun is not in a straight line




FOO FIGHTERS
Saint Cecilia Ep (2015)
De l'impossibilité de trouver les mots justes


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Dave Grohl (chant, guitare, batterie)
- Pat Smear (guitare)
- Nate Mendel (basse)
- William Goldsmith (batterie sur 1 et 6)


1. Doll
2. Monkey Wrench
3. Hey, Johnny Park!
4. My Poor Brain
5. Wind Up
6. Up In Arms
7. My Hero
8. See You
9. Enough Space
10. February Stars
11. Everlong
12. Walking After You
13. New Way Home



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod