Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK ACADIEN  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SUROîT - Salue La Bolduc (2000)
Par MARCO STIVELL le 14 Juin 2019          Consultée 654 fois

Avant de connaître un grand tournant dans son histoire, SUROÎT achève une longue période de stabilité et célèbre l'an 2000 en publiant un album hommage à l'une des plus grandes voix de la chanson québecoise, pour l'ensemble de son histoire. En même temps, une bière fait son apparition sur le marché, et qui porte aussi son nom.

Mary Travers, connue sous le nom de la Bolduc, a vécu de 1894 à 1941. D'abord, une existence pauvre en Gaspésie : elle et les siens ont été, comme beaucoup d'autres familles québecoises, victimes de la famine survenue à la fin du XIXème siècle. La musique la passionne depuis l'enfance, grâce à son père. Durant son adolescence, elle vient habiter à Montréal et connait tour à tour le métier de servante, puis l'usine, la couture...
Adulte mariée (son nom de scène est son nom d'épouse) à la tête d'une famille nombreuse, elle se lance dans la musique en autodidacte (chant, harmonica, violon...) et connait un succès de plus en plus fort au moment où l'Amérique du Nord est touchée par la crise économique. Jusqu'à la fin de sa vie, marquée par sa lutte contre le cancer, elle connait un succès très important, sa production discographique lui vaut le rang de vedette le plus important du Québec. Sa fille Denise l'accompagne souvent au piano sur disque et en concert. Un film relatant la vie de la Bolduc, réalisé par François Bouvier, est sorti l'an dernier.

Le fait que SUROÎT dédie un album à la Bolduc est une idée fort sympathique, ne serait-ce que pour le geste et l'idée de faire découvrir ses chansons à un public jeune, les rappeler à un autre qui ne les a peut-être pas si vite oubliées. La dame s'était fait largement apprécier à la fois pour son talent, mais aussi sa bonne humeur permanente, première victoire sur les années difficiles de son enfance, et l'inspiration qui en découle : chansons rurales, humour, gaieté. La Bolduc a marqué la plupart de ses refrains, et par ricochet l'esprit des gens, en usant de ce que les Irlandais appellent lilt, en français turlute. Rien de vulgaire là dedans, c'est comme du scat en jazz mais version folk, un phrasé rythmique au chant sous forme d'onomatopées pour ponctuer l'absence de paroles. Chose que SUROÎT utilise beaucoup également, comme d'autres groupes folk de tous horizons.

Après, si l'effort musical est lui aussi à saluer, l'album n'est guère mémorable, même sans parler de la discographie des Madelinots et malgré une série de bons moments. Les textes humoristiques défilent, "La pitoune" en tête (comme si la Bolduc se représentait elle-même, au moins jusqu'à l'arrivée d'un soupirant lors d'un concert, et qui subit bien des tracas !), ou simplement les vicissitudes des "petites gens" de la campagne, à travers "Les maringouins", "J'ai un bouton sur la langue"... Les turluttes vont bon train et SUROÎT ne déçoit jamais, malgré quelques maladresses palpables (un peu trop d'approximations sur "Ça va venir, découragez-vous pas").

Certains textes restent trop féminins dans l'âme pour être chantés simplement par des hommes (même si Bénard, Leblanc et les autres ne se privent guère sur "Gédéon amateur" !). "Mon vieux est jaloux" est interprété par Caroline DESBIENS, surnommée La Marsouine et qui a remporté le Premier Prix de la Chanson Francophone à Saint-Malo en 1995. Elle chante aussi la très communicative "Bastringue", bien aidée par les gars de SUROÎT (sans parler d'une densification musicale inédite et séduisante !). La Bolduc n'est pas totalement absente puisque sa voix est légèrement samplée sur le premier titre, ainsi que son harmonica virtuose çà et là.

Les Madelinots s'offrent ici une récréation agréable, globalement accordée au ton festif des chansons et tout en injectant beaucoup d'influences insulaires, à commencer par le reggae. La musique cajun et la country ne sont pas en reste ("Je m'en vais au marché" sonne carrément rock), violon comme batterie, banjo et accordéon vont bon train, mais on a l'impression que le disque a été fait un peu à la va-vite. De surcroît, trois chansons sont présentées sous deux versions différentes, une normale et une dite "des îles". Il y a toujours un meilleur d'un côté ou de l'autre, on écoute avec un certain plaisir, mais peut-être le répertoire de la Bolduc colle-t-il tout simplement trop à sa peau ou à sa mémoire pour être apprécié autant qu'à l'origine. Un opus agréable, sans plus.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Anne VANDERLOVE
La Sirene (1976)
Un bijou méconnu du folk français




Amanda LEHMANN
An Old Christmas Day (2022)
Classe anglaise et enchantements en trio


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Réal Longuépée (basse, chant)
- André Cummings (batterie, percussions)
- Kenneth Saulnier (guitares lead, banjo, violon, mandoline, ch)
- Félix Leblanc (violon, chant, podorythmie)
- Henri-paul Bénard (harmonica, chant, guitare acoustique, perc)
- Alcide Painchaud (claviers, accordéon, chant)
- Caroline Desbiens (chant)
- Mary Travers Bolduc (citations de chant et harmonica)


1. J'ai Un Bouton Sur La Langue (version Des îles)
2. Gédéon Amateur
3. Ca Va Venir, Découragez-vous Pas
4. La Bastringue (version Des îles)
5. Mon Vieux Est Jaloux (version Des îles)
6. Je M'en Vais Au Marché
7. La Pitoune
8. Toujours L'r 100
9. Le Propriétaire
10. Mon Vieux Est Jaloux
11. La Bastringue
12. Les Maringouins
13. J'ai Un Bouton Sur La Langue



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod