Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (876)

I MUVRINI - Pianetta (2016)
Par MARCO STIVELL le 15 Août 2019          Consultée 93 fois

2015-2017 est une période d'activité intense pour I MUVRINI qui ont décidé tout bonnement de publier un album par an !

Celui-ci reprend les choses là où les 500 Choristes en 2007 et surtout Rundinella (1981), il y a bien longtemps, les avait laissées. Car Pianetta est un album de chansons adressées aux enfants, petits et grands mais en compagnie d'enfants plutôt petits encore. Ecole primaire et collège se rejoignent en choeur et en corse dans l'intention d'attendrir un public toujours fidèle et pourquoi pas plus ?

Plus, beaucoup plus, et il faut dire que le message le permet. Pianetta, la planète, préoccupation première de l'être humain et même à travers la chanson, tel que nous le rappelle Ghjuvan-Francescu/Jean-François Bernardini, pour la première fois de manière aussi explicite et sans concession, en reprenant le texte "Aux enfants – le pique-nique" de Marie Desplechin, auteure de jeunesse et engagée. Long de sept minutes, ce discours enregistré en concert (avec seulement une guitare et un synthétiseur pour orner le propos) pèse son poids en matière de présence, de force, dans laquelle tout un chacun peut se reconnaître ou tirer des leçons. J'avoue ne guère apprécier les quelques tournures argotiques ou qui permettent de garder l'attention de la génération YouTube, et puis ce n'est pas la conclusion la plus aisée pour un album déjà bien rempli (même procédé que Invicta).

En comptant celui-ci, Pianetta présente 16 morceaux, comme l'album précédent. C'est important, trop d'un avis personnel pour la qualité du contenu, très fluctuante en vérité. Bien sûr, les fans y trouveront leur compte, car on retrouve l'esprit chaleureux, ouvert dont I MUVRINI ont toujours fait preuve, autant que les voix, les mélodies et le jeu d'instruments (par les mêmes musiciens) qui caractérisent leur son. De ce côté-là, ce n’est qu’un bel album de plus, et il n’y aurait rien à redire.

Toutefois, l’apport du chœur d’enfant en plus d’être occasionnel, n’est pas une valeur ajoutée la moitié du temps. Sur "I trè castagnoni" et d’autres, il est même plutôt incongru, ce même morceau, un peu jazz et folk à la fois, propose une fin plus rapide, danse traditionnelle avec trompette. Cela pourrait être un point positif car on sent que là encore, le groupe reprend des éléments qui ont plutôt bien fonctionné sur Invictà et souhaite étoffer le son.

Hélas, c’est aussi à double tranchant, y compris sur un titre comme "Lettera da u Burkina", très représentatif. L’orgue de poche et le piano Fender Rhodes ressortent bien sur le début de "A Giriventula", mais la fin festive est à son tour moins convaincante, tout comme le jeu de cornemuse du grand Loïc Taillebrest et son effet "tapping" repris de la guitare électrique. Je n’aime pas les sons humoristiques ajoutés sur "A ghjallina negra" ("la poule noire"), en revanche le timbre orchestral du slow "Fraternatale" évoque joliment le lointain "Una Cria" sur l’album Quorum (1989).

GF Bernardini en tant que soliste, nous émeut comme à l’accoutumée, cependant les arrangements en compagnie de son frère Alain manquent de brillance, et puis surtout il y a, sur ce disque, ce qu’on peut appeler l’inévitable. Vraiment destinée aux enfants, la quatrième piste est l’alphabet chanté, mais avec Autotune placé sur la voix de GF à outrance, comme pour faire un essai, et malgré le talent du chanteur, c’est aussi imbuvable que sur n’importe quelle autre production moderne. Le falsetto employé sur "Canzunetta", chanson qui distingue les cris d’animaux est peu engageant lui aussi, dommage pour le reste de la musique, agréable.

Un album vraiment en dents de scie, où l’on ne rencontre guère trop d’indispensables. "U zitellu è u mare", avec son esprit à la Curagiu (1995), en fait partie, "Tù chì sì natu avà" et à la rigueur, "Una muvrella".

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Tarzan (1999)
Phil bosse pour disney, tant mieux




MEAT LOAF
Midnight At The Lost And Found (1983)
Retour à la simplicité


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Hà Dui Pulmoni
2. I Trè Castagnoni
3. U Zitellu è U Mare
4. A – Bi – Ci – Di
5. Aiò Veni
6. A Ghjallina Negra
7. Lettera Da U Burkina
8. A Giriventula
9. Fraternatale
10. Tù Chì Sì Natu Avà
11. Elles Sont Libres Les Pensées
12. Balla O Minnà
13. Canzunetta
14. U Ciocciu è A Volpe
15. Una Muvrella
16. Aux Enfants – Le Pique Nique



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod