Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1995 Herzeleid
  Du Riechst So Gut
1996 Seemann
1997 Sehnsucht
  Das Modell
  Engel [fan Edition]
  Engel
1998 Stripped
  Du Riechst So Gut '98
1999 Live Aus Berlin
  Live Aus Berlin
2001 Mutter
  Sonne
  Ich Will
  Links 2 3 4
  Mutter
  Asche Zu Asche
2002 Feuer Frei!
2003 Lichtspielhaus
2004 Reise Reise
2005 Rosenrot
2006 Völkerball
2009 Liebe Ist Für Alle Da
2010 Ich Tu Dir Weh
2011 Made In Germany 1995-201...
2017 Paris
2019 Deutschland
  Rammstein
 

- Style + Membre : Lindemann

RAMMSTEIN - Rammstein (2019)
Par ERWIN le 19 Août 2019          Consultée 8945 fois

Toute l'armée des metalleux se retrouve derrière le sextette des est-Allemands de RAMMSTEIN. La carrière météorique, les thèmes assumés, l'intense théâtralité de leurs performances scéniques... Le feu inextinguible et purificateur est là. Les teutons sont les chefs de proue du metal et s'il fallait aujourd'hui choisir un groupe pour symboliser la musique de notre monde à des extra-terrestres, les choisir n'aurait rien de choquant. Mais alors ce hiatus de dix ans ? Pourquoi avoir attendu si longtemps alors que le groupe tourne jusqu'à plus soif, proposant à chaque fois des shows d'une intensité démente, seuls les four horsemen de METALLICA les accrochent de ce point de vue.

Alors, comme un pied de nez au destin qui doit sans cesse remettre les compteurs à zéro, les allemands ont choisi de ne pas nommer ce septième opus, et de le flanquer d'une simple image d'allumette. Quel paradoxe ! Tant les artificiers savent de quoi il retourne quand il s'agit d'allumer la flamme au propre comme en chacun de leurs fans. C'est un pari sur l'avenir et leur statut de chef de file de la musique d'aujourd'hui.

Une allumette devrait suffire...

Il fallait bien un jour faire la glorification de la grande terre germanique. C'est chose faite avec "Deutschland", titre d'une puissance toute sidérurgique et qui ne fait l'impasse sur aucun des aspects de l'histoire allemande. Ici, on assume, c'est à l'allemande. Mais je suis heureux de voir que la "culpabilité" est effacée au profit du pragmatisme cher à la nation de Goethe. La mélodie déchire sa race, et on a bien du mal à ne pas tous headbanguer en choeur avec Till là-dessus.

Puis c'est au tour de "Radio" d'envahir les ondes. Toujours plus martial, la video en noir et blanc prête à sourire, mais le ton noirâtre du synthé de Flake donne toute sa dimension à ce titre dont le refrain est énorme. Le bridge est phénoménal. Allez, un classique de plus ! Une fois l'opus sorti dans les bacs, "Auslandêr" doit porter la bonne parole, c'est moins réussi malgré une vidéo rigolote où nos teutons mélangent allègrement tous les poncifs de la colonisation.

On sait nos camarades teutons capables du meilleur sur les titres les plus lents, et cela donne ici "Diamant". La guitare sèche y est sourde, l'atmosphère lourde comme une messe de funérailles. Il faut ici saluer la performance de Till qui domine de son iroquoise et de ses énormes épaules cette courte chanson absolument délicieuse. "Was Ich Liebe" propose un riff plus "entendu", mais le piano de Flake donne à l'ensemble un aspect fragile étonnant. Le son est en outre plus light qu'à l'accoutumée.

L'ambiance est à nouveau bien dramatique sur "Halloman". Il règne ici une vraie science dans l'ordonnancement des compositions, l'immuabilité des rythmiques de Oli et de Doom, contrebalancée par les synthés toujours judicieux de Flake, les arrangements qui sont le plus souvent d'une richesse contrastant avec les riffs pondus par Richard et Paul pour l'occase. La voix de Till est l'instrument parfait pour tenir en équilibre tout ce petit monde. Le plus fort est que cette balance semble, comme la musique de RAMMSTEIN, totalement indestructible. Excellent morceau.

L'ambiance est évidemment bien glauque sur le titre "Puppe" - poupon - , en concert, la poussette crame sous les vivats de la foule ! RAMMSTEIN n'aura décidément laissé de côté aucun tabou, mais n'est-ce-pas leur rôle après tout de faire sauter tous les verrous et de cramer l'ancienne société trop policée pour une nouvelle plus exubérante ? Le titre est addictif cela dit, mais tout ça est horriblement visuel ! On passe en monde rouleau compresseur sur "Sex", un titre dont on ne comprend guère pourquoi nos acteurs de SM ne l'ont pas utilisé auparavant. Chouette boulot de Richard sur les portions rythmiques, et un solo psychiatrique de Flake.

Grosse rythmique qui dégouline avec "Tatoo", qui rappelle les premiers pas de KMFDM et de OOOMPH, il y a 3 décennies, avec un synthé certes pompier mais qui fait bien le job ! "Weit Weg", probablement moins marquante, emprunte à quelques mélodies du passé l'essentiel de son être. Le son du synthé s'approche d'ailleurs de celui d'un hammond.

L'évidence doit frapper les esprits : même après plus de vingt ans de bons et loyaux services, les teutons de RAMMSTEIN restent les patrons de la chose métallique. Plusieurs titres sont dignes d'intégrer la prestigieuse setlist du groupe en live, donc une réelle postérité. Till est au top de ses capacités de chanteur et de frontman. Même avec une ambiance parfois flageolante, la bande sidérurgique demeure d'une efficacité totale. On ne peut descendre sous la note de 4.

A lire aussi en INDUS par ERWIN :


RAMMSTEIN
Liebe Ist Fur Alle Da (2009)
L'amour pour tous ça oui !




RAMMSTEIN
Herzeleid (1995)
Rrrrrrammm------steinnnnnnnn !


Marquez et partagez







 
   ERWIN

 
   BAKER

 
   (2 chroniques)



- Till Lindeman (chant)
- Conrad 'flake' Lorenz (synthés)
- Christof 'doom' Schneider (batterie)
- Olli Riedel (basse)
- Paul H. Landers (guitare)
- Richard Zven Kruspe (guitare)


1. Deutschland
2. Radio
3. Zeig Dich
4. Auslandër
5. Sex
6. Puppe
7. Was Ich Liebe
8. Diamant
9. Weit Weg
10. Tatoo
11. Halloman



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod