Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD PROG & MORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Kansas
1975 Song For America
  Masque
1976 Leftoverture
1977 Point Of Know Return
1978 Two For The Show
1979 Monolith
1980 Audio-visions
1982 Vinyl Confessions
1983 Drastic Measures
1984 The Best Of Kansas
1986 Power
1988 In The Spirit Of Thin...
1995 Freaks Of Nature
1998 Always Never The Same
2000 Somewhere To Elsewher...
2016 The Prelude Implicit
2017 Leftoverture : Live And ...
2020 The Absence Of Presen...
 

- Style : Rush, Styx, Ayreon, Journey, Genesis, Yes
- Membre : Steve Walsh , Deep Purple

KANSAS - Kansas (1974)
Par LONG JOHN SILVER le 22 Janvier 2020          Consultée 884 fois

Kansas, dont l’origine remonte à 1970, est un groupe de Prog/Rock assez peu (re)connu en France et formé originellement par Kerry Livgren (guitare, claviers) et Phil Ehart, décidés à réunir les meilleurs parmi Saratoga, groupe de Livgren, et White Clover, celui d'Ehart, où gravitent déjà Rich Williams (guitare), David Hope (basse) et un certain Steve Walsh (chant, claviers). Si Steve Walsh ne fait pas partie de la première mouture de KANSAS, David Hope – qui lui, en devient membre- propose le nom du groupe. Un an plus tard, Ehart et Hope repartent et remontent White Clover auquel vient s’agréger Robbie Steinhardt (violon, chant), laissant tourner Livgren et son (nouveau) groupe sous l’appellation KANSAS (KANSAS II pour les intimes). Après avoir essuyé quelques galères, KANSAS (II) met la clé sous la porte en 1973. C’est alors que Phil Ehart propose à Livgren de rejoindre White Clover, un groupe rapidement signé par Don Kirshner sur son propre label. Peu après le deal, le groupe choisit finalement de reprendre l’appellation KANSAS, le nom grâce auquel Livgren était – tout de même - parvenu à rassembler un public de fidèles*. Ce qui – si on sait à quel point le type est désormais empreint de religiosité - ressemble à un présage.

Cependant, il faut attendre (encore) six bons mois entre le début de la mise en chantier du disque et sa sortie en 1974. D'ailleurs, un court texte introductif figurant parmi les notes du dos de pochette indique clairement que rien n'a été facile. Le tout est produit par un assistant de Kirchner, Wally Gold, celui-là même qui a fait signer le groupe. KANSAS pratique un Prog/Rock mâtiné de Hard-Rock, au croisement de YES, GENESIS et DEEP PURPLE. Parmi ses éléments, se distingue Robbie Steinhardt au violon, qui donne sa particularité au groupe tout comme la flûte traversière de Ian Anderson n’est pas pour rien dans la renommée de JETHRO TULL, groupe dont la musique, qui va beaucoup puiser dans le Folk, n’est pas non plus éloignée de celle de KANSAS. Cependant, les éléments les plus remarquables restent Steve Walsh et Kerry Livgren, les compositeurs principaux. Le premier qui possède une voix très caractéristique est une bête de scène; le second – excellent instrumentiste - est plus discret mais c’est un atout maître. Ses contributions dominent le répertoire. Or, ce sont d’ailleurs ses principales caractéristiques qui irritent le plus souvent ceux qui n’accrochent pas au groupe : une voix qui pourrait devenir irritable, un violon qui peut l’être déjà ou encore des compos trop alambiquées. Tout est affaire de goût. Derrière ces trois membres significatifs, oeuvrent dans l’ombre Rich Williams (guitare) et une doublette basse/batterie : Dave Hope/Phil Ehart, proprement monstrueuse.

L’album débute par ses morceaux datés de 1973, deux titres rock assez accrocheurs, "Can I Tell You" puis la reprise de "Bing It Back" de JJ.CALE pas mal enrubannée de guirlandes et atours Prog. C’est roboratif, on sent qu’il y a de l’énergie et de la sincérité mais pas encore du grandiose. Néanmoins, passé ces deux titres, l’album prend une toute autre direction. Avec "Lonely Wind" de Steve Walsh tout d’abord, une ballade ample dont on préfère la version Live de l’album Two For The Show parce qu’ici il y a un je ne sais trop quoi qui fait qu’elle ne décolle pas vraiment. En revanche, le "Belexes" de Livgren porté par son shuffle à la URIAH HEEP s’avère totalement réjouissant. Mais c’est avec un titre de 1974, signé par les deux, qu’on atteint le pinacle, "Journey From Mariabronn" et son final symphonique grandiose. La deuxième face s’achève également sur une prouesse qu’on doit à Livgren, "Death Of Mother Nature Suite", chantée par Steinhardt, tellement épique qu’on en oublie la collapsologie du propos (avant-gardiste pour l’époque). Avant cela, "The Pilgrimage", autre petit rock sympa mais pas indispensable puis "Apercu", long morceau Prog impressionnant mais qui peine à décoller en dépit d’une implication totale des zicos, ont fait office de fillers.

KANSAS sort un premier album plein de promesses. Néanmoins, on constate un trop plein d’éparpillement : il y a sans doute un peu trop de violon là-dedans, c’est l’ambiance pastorale qui prévaut. À l’image du cliché sur le dos de la pochette qui figure un groupe de jeunes bouseux un peu hippie. De même sa pochette qui reproduit une œuvre murale du Capitole de l’état du Kansas est kitschissime. L’album ne casse pas la baraque au box-office, accrochant une modeste 174e place. Cependant, le groupe part sur une bonne voie, qui se veut authentique, y parvient déjà pas mal. Avec des moments très forts, le potentiel est là, indubitablement.

* La dernière mouture du early KANSAS avant que White Clover choisisse de reprendre ce nom, a ses fans. Une démo du groupe a été commercialisée -30 ans après sa confection- en 2002. Livgren a même réuni ses ex-camarades. Depuis, 3 albums ont vu le jour. Cependant, cette démo et ses suites ont été publiées sous le nom de PROTO-KAW et non KANSAS II, nom officieux utilisé par les fans pour désigner ce line-up.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LONG JOHN SILVER :


KANSAS
Two For The Show (1978)
État (absolu) de grâce




TÉRÉBENTHINE
Matière Noire (2017)
Les quarantièmes rugissants


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Steve Walsh (chant, claviers)
- Kerry Livgren (guitare, claviers)
- Robbie Steinhardt (violon, chant)
- Phil Ehart (batterie)
- Dave Hope (basse)
- Rich Williams (guitare)


1. Can I Tell You
2. Bing It Back
3. Lonely Wind
4. Belexes
5. Journey From Mariabronn
6. The Pilgrimmage
7. Apercu
8. Death Of Mother Nature Suite



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod