Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK SWING  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elvis Presley , Jerry Lee Lewis , Buddy Holly , Gene Vincent

Bill HALEY AND HIS COMETS - Rockin The Oldies (1957)
Par ERWIN le 30 Mai 2020          Consultée 213 fois

Chaque année apporte sa vaillante livraison pour Bill HALEY et ses COMETS. Les deux restent indissociables même si j'ai réduit le nom au parrain du rock'n'roll. Mais passés les premiers émois des standards "Rock Around The Clock", "Shake Rattle And Roll" ou "Thirteen Women", il faut survivre dans la jungle du rock, s'imposer à la jeunesse face aux démons cornus que sont Jerry Lee LEWIS ou LITTLE RICHARD ou s'aligner face au physique d'Elvis ou de Ricky NELSON ! Il n'y a rien de simple pour Bill et ses acolytes car leur culture est vraiment ancrée dans les années trente et quarante, oscillant entre swing et hillibilly.

Alors, la fine équipe tache de surfer sur une toute autre vague que celle des concurrents, et pour ce quatrième opus, ils choisissent d'axer le LP sur des reprises des grands standards du swing, arrangés sur une sauce avec quelques accents rock... ce qui est beaucoup dire vous allez voir. On débute avec les reprises des grandes voix féminines : la bonne humeur est vraiment là sur l'introductive "The Dipsy Doodle" ou la guitare et le sax complètent à merveille le chant goguenard de Bill HALEY. On est bien sûr très éloigné de la version à retenir de Ella FITZGERALD, mais ça reste de la bonne came. D'ailleurs, Billie HOLIDAY a remis au goût du jour "Please Don't Talk About Me When I'm Gone", difficile d'exister après cela... l'émotion n'est pas la même...

Il y a deux classiques de FATS WALLER sur ce disque : "Ain't Misbehavin" impose un petit esprit polisson qui sonne fort bien, bien sûr, la simplicité reste de mise mais le titre fait sourire, l'originale était déjà bien marrante. "I'm Gonna Sit Right Dow and Write Myself A Letter" est moins réussi, même si les solos tiennent la route. Les thirties sont à l'honneur dans tous les sens comme le swing jazzy de "One Sweet Letter From You" du Jimmy DORSEY BAND. On préférera cependant l'hommage au sud profond des USA avec "Is It True What They Say About Dixie" toujours du même groupe, mais tout ceci n'est pas vraiment rock'n'roll, l'ambiance est smoothy, même si on sent que Frannie souhaite se lancer dans des circonvolutions plus longuettes.

Donner un petit aspect vaguement rock'n'roll à tous ces standards du swing est finalement assez logique en 57, ainsi "I'll Be With You In Apple Blossom White" ne dépareille pas dans un ensemble d'où irradie une humeur insouciante et révélatrice des fifties triomphantes américaines. Mais "You Can't Stop Me From Dreamin" sonne très surannée aujourd'hui, on reconnaît le patte des arrangements de Bilou, puisque ce titre reprend les cuivres de "See You Later Alligator" qu'on chroniquera plus tard. Qui plus est, certains titres sont moins adaptés, ainsi "Somebody Else Is Taking My Place" a du mal à s'imposer, mais Frannie Beecher et Rudy Pompilli s'en donnent à cœur joie.

Beaucoup de points faibles : j'ai toujours aimé les cuivres trainaîllants comme sur la fabuleuse "Thirteen Women", mais on est à des années lumières avec "Miss You". La voix de Bill me semble faiblarde sur "Moon Over Miami", moins brillante, on préférera la version de Ray CHARLES. Le faux vrai noir de "Carolina In The Morning" sonne agréablement à l'oreille comme l'avait fait Al JOLSON 25 ans auparavant. Reprise par tout le showbiz, j'avoue une préférence pour la version de Dean MARTIN.

Pas grand chose à retenir en fait ! C'est la conclusion qui s'impose ! Alors bien sûr, les roublards font le job, et notamment le guitariste Frannie Beecher qui n'en finit pas d'imposer son jeu brillant à une époque ou la guitare rock n'en est qu'à ses balbutiements, mais le musicien joue dans un registre jazzy, pas de doute ! Pour le reste, ça s'écoute parfois avec amusement, mais le plus souvent on tique car c'est très, très daté ! Pensez donc : de la musique d'avant la seconde guerre mondiale remis au goût du jour en 1957. C'est donc un nouveau deux hélas peu glorieux.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


S. FORD & THE SOUND OUTSIDE
Dirty Radio (2011)
Futur papillon




Elvis PRESLEY
C'mon Everybody (1971)
Du lourd


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Bill Haley (chant-guitare)
- Frannie Beecher (guitare)
- Billy Williamson (steel guitare)
- Rudy Pompilli (saxophone)
- Johnny Grande (piano-accordéon)
- Al Rex (basse)
- Ralph Jones (batterie)


1. The Dipsy Doodle
2. You Can't Stop Me From Dreamin
3. I'll Be With You In Apple Blossom White
4. Moon Over Miami
5. Is It True What They Say About Dixie
6. Carolina In The Morning
7. Miss You
8. Please Don't Talk About Me When I'm Gone
9. Ain't Misbehavin
10. One Sweet Letter From You
11. I'm Gonna Sit Right Dow And Write Myself A Letter
12. Somebody Else Is Taking My Place



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod