Recherche avancée       Liste groupes



      
AOR  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1982 Eye Of The Tiger
2006 Reach
 

- Style : Journey, Night Ranger, Boston
- Membre : Jim Peterik & World Stage, Robin Mcauley

SURVIVOR - Too Hot To Sleep (1988)
Par ERWIN le 15 Juillet 2021          Consultée 446 fois

Tiens donc, deux années seulement sont passées et nos amis de Chicago ont jugé bon de transformer leur logo en lui donnant un peu de modernité. Eux qui nous ont habitué à de pauvres couvertures d'album, en voici une plus mignonne que d'ordinaire, même s'il n'y pas de quoi crier au génie nous sommes d'accord. Je l'ai acheté sur sa bonne tête à l'époque, alors que j'étais en pleine crisette de Thrash Metal. C'est une drôle d'époque de toutes manières. La transition vers le numérique est lancée et la section rythmique de Droublay et Ellis est notamment sur la touche, comme ça ouais, remplacés par des zicos de studio.

On est plutôt surpris par l'entrée en matière de "She's A Star" ; avec un son bien lourd qui lorgne carrément du coté du hard-rock, on s'éloigne des rivages de l'AOR, même si les synthés restent en bonne place. On n'est pas si loin que ça d'un BON JOVI, voire d'un CINDERELLA pour faire honneur à l'époque. Voilà qui est étonnant de la part des SURVIVOR, quitter ainsi le pré-carré qui a fait son succès et sa bonne fortune. "Rythm Of The City" continue dans cette quête d'une musique plus burnée, avec une gratte très agressive, la voix de Jamison se prêtant à merveilleux au Hard-Rock.

"Didn't Know It was Love" fait office de premier single et il faut admettre que le refrain se laisse consommer avec plaisir. Le petit rythme martial fait merveille et on se prend à taper du pied voire à headbanger, ce qui dans tous les cas est un bon signe. Le plus surprenant est qu'il ne fera pas ciller le billboard alors qu'il déborde de qualités. Au moins le duo de compositeur a encore donné ce joli titre à la musique, même s'il n'est pas connu. Le single ayant fonctionné en revanche, c'est le mid-slow "Accross The Miles" et son aspect à nouveau proche de BON JOVI, malgré une vidéo en hommage évident à "Every breath You Take" de POLICE, de la belle ouvrage.

Les gros riffs s'alignent sur "Here Comes Desire" qui m'évoque cette fois plus du NIGHTRANGER, d'autant que le bridge bluesy et le refrain se laissent bien faire. On apprécie le refrain grandiloquent de "Desparate Dreams", même si l'indigestion de synthés guette, mais ce morceau super bien gaulé se pose comme prétendant au titre de morceau AOR de l'année, ce n'est pas rien ! "Tell Me I'm The One" continue sur cette lancée, gros synthés, gratte méchante et choeurs de haute volée, et même Frankie a l'air de s'amuser sur le solo, c'est rare. Des arpèges cristallins enrobent l'intro de "Too Hot To Sleep", qui ne cassent que peu de briques, mais à nouveau, le refrain penche vers le Hard FM plus que vers l'AOR. Bref, on oscille avec constance entre deux mondes. Les riffs en cascade continuent sur l'efficace "Can't Give It Up".

"Burning Bridges" présente en revanche de toutes autres qualités et cette fois, le groupe se lance dans une construction plus alambiquée que d'ordinaire, et le résultat est vraiment à la hauteur avec ce mid-slow de facture splendide. Il y a de l'épique, quelques aspects progressifs, un solo à la hauteur, un chant superbe de Jamison et une ambiance très originale, de quoi faire à priori un titre classique pour SURVIVOR, je vous la recommande vivement.

Voici le meilleur album des SURVIVOR avec Vital Signs, pas de doutes ! Toutefois très différent, plus Hard, c'est incontestablement leur album le plus agressif, avec un Frank Sullivan qui se laisse enfin aller au niveau de ses interventions en solo, Jimi Jamison assurant comme une bête. Pourtant, l'opus ne va pas convaincre les foules, une toute modeste 187ème place, c'est pas la gloire ! Du coup, le combo va cesser ses activités discographiques. Alors que Jamison tourne avec un ersatz de groupe, Sullivan et Peterik reprennent contact avec Bickler pour les besoins d'un greatest Hits, tournent ensemble, occasionnant un procès sur le nom SURVIVOR. Peterik largue tout ça en 96 et Sullivan finit par obtenir les droits en 99. Mais il y aura une suite !

A lire aussi en AOR par ERWIN :


Bryan ADAMS
Shine A Light (2019)
Veni, vidi, vici.

(+ 1 kro-express)



Bonnie TYLER
Faster Than The Speed Of Night (1983)
Bonnie icône des eighties


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Jimi Jamison (chant)
- Jim Peterik (claviers)
- Jim Sullivan (guitare)


1. She's A Star
2. Desparate Dreams
3. Too Hot To Sleep
4. Didn't Know It Was Love
5. Rythm Of The City
6. Here Comes Desire
7. Accross The Miles
8. Tell Me I'm The One
9. Can't Give It Up
10. Burning Bridges



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod