Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 17)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1970 Wishbone Ash
2020 Coat Of Arms
 

- Membre : Creeds Cross

WISHBONE ASH - Number The Brave (1981)
Par ERWIN le 2 Novembre 2019          Consultée 853 fois

Martin Turner s'en est donc allé, WISHBONE ASH vient de saquer son principal vocaliste, pressé par sa maison de disque MCA de composer des chansons plus commerciales. Ouais... la vie des rock stars classiques quoi. On sait que Andy Powell et Laurie Wisefield sont de toutes manières parfaitement capables de tenir un micro, mais voyez donc qui vient d'arriver dans les crédits : rien moins que John Wetton, celui là même de KING CRIMSON et URIAH HEEP. Il n'y a pas de hasard, la musique du ASH étant à équidistance des deux dinosaures précités. La pochette, que je trouve fort belle, convoque des idées épiques et guerrières : l'écosse de William Wallace et Robert le Bruce.

"Loaded" débute avec un riff "classique" pour le groupe, son clair mais plutôt hard rock. Le chorus chanté par Laurie est toutefois plus mainstream qu'à l'accoutumée, on y retrouve un petit aspect funky pop. Assez agréable et efficace. D'ailleurs un peu plus loin "Roller coaster" est une fusion funky rock assez sympa. Ces mecs sont décidément capable de composer n'importe quel genre de musique ! Au beau milieu de tout ça, la reprise de Smokey ROBINSON "Get Ready" n'est plus si surprenante, bien entendu, la filiation n'est pas évidente, la voix d'Andy n'a rien de bien smooth, et cette version très "guitarisée" du standard de soul risque fort de déplaire aux fans de black music. Mais si on fait fi de l'aspect reprise, la chanson se laisse pas mal apprivoiser.

Avec "Open Road", on investit les grands espaces américains, on est d'ailleurs tout proche de certains thèmes de southern rock voire d'Americana, et le chant d'Andy colle parfaitement au genre. Et comme les interventions de guitare restent excellentes, on est finalement satisfait même si on ne reconnaît pas forcément la musique du groupe. La batterie est proche des percussions et l'ensemble a une bonne tête, même la flying d'Andy sonne parfois comme un banjo. "Underground" avec sa curieuse rythmique répétitive, se présente comme un titre pop, le chant est tout mainstream. Le refrain avec ses "ohoh" nous conforte dans cette pensée. Les guitares restent belles, toujours aussi efficaces. Presque un morceau de New Wave, voilà qui ne lasse pas d'étonner !

"Where Is The Love" est un rock'n'roll de belle allure, rythme trépidant et volonté évidente des gars de s'éclater, Andy au micro se débrouille très bien, comme on s'en doutait. Bien sur, c'est de la musique directe et sans beaucoup de fioritures, chose à laquelle on n'était guère habitué avec le groupe du devon, mais ce n'est pas désagréable pour autant. "Kicks In The Street" est un morceau plus hard rock avec un bridge et un refrain assez catchy. On est un poil plus raw que pour de l'AOR, mais on sent bien que la démarche du groupe a évolué, il s'agit de plaire au marché américain et vendre des semis remorques de vinyles.

On retrouve donc le nouvel arrivant John Wetton aux manettes sur la compo "That's that" qu'il compose et chante, sa basse étant au centre des débats. Elle s'insère fort bien dans cet ensemble. C'est plus explosif, sans doute aussi plus agressif, et permet aux twins guitares de resplendir de mille feux. La recette est bonne, l'association évidente entre les musiciens. "Rainstorm" chantée par Laurie, propose à nouveau une rythmique très répétitive de nos guitaristes préférés. Le très joli bridge est épique à souhait, et les twins guitares s'en donnent à cœur joie. Je nous trouve assez proche de la période classique de DEEP PURPLE sur ce titre très réussi.

L'album s'achève sur l'éponyme "Number The Brave", le riff entraînant, le hammond à nouveau PURPLEien ou HEEPien tiens, la voix si belle et claire d'Andy Powell, et même si les effets intersidéraux évoquent plus la science fiction que l'heroic fantasy du titre, le résultat reste très rafraîchissant. La guitare tranchante du solo est tout simplement magnifique, mais ça on s'en doutait. Un très grand morceau de WISHBONE ASH, qui mérite toute notre considération et sera appelé à devenir un des classiques live du groupe.

Cet album n'est pas très apprécié des fans du groupe, qui pensent en majorité qu'on ne retrouve pas trop les habituelles qualités du ASH, la faute aussi sans doute au départ de Martin qui était pour beaucoup dans le son. Pourtant, je lui trouve beaucoup de qualités et s'il n'est pas aussi fort que Just testing, son prédécesseur, il n'empêche que toutes les compositions sont fortes et ont leur personnalité. Maître mot des gars de Torquay ça, la personnalité ! Pour sur, en tout cas, entre sa jolie voix claire - proche de celle d'un Eric Bloom en plus douce – et son jeu de guitare qui n'a rien à envier aux plus grands, Andy Powell s'impose comme le leader incontestable de cette nouvelle mouture du ASH. Un 3.5 que j'arrondis à la supérieure.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Bob DYLAN
Highway 61 Revisited (1965)
Le prince de la folk se fait rockeur

(+ 1 kro-express)



WISHBONE ASH
Just Testing (1980)
La flying supersonique.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Andy Powell (chant-guitare)
- Laurie Wisefield (chant-guitare)
- John Wetton (chant-basse)
- Steve Upton (batterie)


1. Loaded
2. Where Is The Love
3. Underground
4. Kicks On The Street
5. Open Road
6. Get Ready
7. Rainstorm
8. That's That
9. Roller Coaster
10. Number The Brave



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod