Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Caravan, King Crimson

CAMEL - Music Inspired By The Snow Goose (1975)
Par MARCO STIVELL le 16 Février 2010          Consultée 4088 fois

La musique de CAMEL peut être définie en un mot. Elle n'a rien à voir avec celle d'un groupe tel que GENESIS, pourtant elle partage une chose commune avec elle, et cela ne tient pas au fait que les deux sont cataloguées "rock progressif" ou plus globalement "musiques progressives". Si je dis... batterie leste et toujours bien adaptée... guitares qui savent se faire tour à tour tranchantes et déchirantes... présence d'éléments symphoniques tels que claviers et flûtes traversières qui enjolivent le tout pour lui donner encore plus de profondeur, de grandiloquence sans verser dans le prétentieux... que me répondra-t-on ? Si on cherche un peu, quel pourrait bien être le point commun (toutes proportions gardées, encore une fois ce n'est pas la même musique) entre "The Procession" et "Seven Stones" ? Entre "Lady Fantasy" et "Supper's Ready" ? Entre le présent The Snow Goose et Wind And Wuthering ? Il y a un mot pour définir ces musiques, qui malgré leurs différences se rejoignent inévitablement pour offrir le même bonheur à l'auditeur. Ca s'appelle l'émotion.

Oui, c'est bien l'émotion qui ressort comme l'élément principal et lien commun entre ces deux musiques. GENESIS a toujours été à son service, CAMEL a mis un peu plus de temps pour trouver ses marques, mais on peut dire que ce (Music Inspired by) The Snow Goose vient asseoir définitivement le quartet comme l'un des maîtres du genre, prouvant que rien ne sert d'improviser ou de tenter d'impressionner par mille artifices; il faut émouvoir à point et le plus naturellement possible. C'est The Snow Goose qui s'impose comme première gemme dans une carrière qui en comptera beaucoup. Andrew, Peter, Doug et Andy réussissent en un tournemain le pari que beaucoup rêvent de gagner. The Snow Goose, ou comment conquérir le coeur de tous les fans de l'émotion à l'état brut, même par des sons parfois typés, mais avec un sens aigu de la mélodie et des ornements de haute volée. Envolées de flûte, de guitare électrique qui révèlent la grande classe d'un homme tel que Andrew LATIMER, puissance de l'orgue de Peter BARDENS, section rythmique efficace... que demander de mieux ? Il faut posséder cet album, le réécouter à n'en plus finir...

Car c'est bien ce qu'il mérite, et la considération que mérite un tel groupe, si injustement sous-estimé. La seule chose qui me retienne un peu de le crier à la cantonade (du moins pour le CAMEL de cette époque-là), c'est le choix de certains sons de claviers, BARDENS était un vrai "fou". Mais cela n'enlève encore une fois rien à la qualité d'un tel opus. Le quatuor a choisi ici de se baser sur une nouvelle de l'écrivain Paul GALLICO. Manque de chance, celui-ci étant un opposant primaire au tabac, il a refusé que le titre de son oeuvre soit repris pour l'album d'un groupe ayant le même nom que celui d'une marque de cigarettes. Voilà pourquoi The Snow Goose n'est que le diminutif de "Music Inspired by the Snow Goose".

Le disque repose sur deux longues parties occupant chacune l'une des anciennes faces du vinyle. Après une ouverture quelque peu inquiétante reposant sur deux accords au clavier, la batterie nous plonge dans l'univers magique de l'oie des neiges avec une mélodie progressive déjà magnifique et qui nous permet de tomber avec grâce sur la suite "Rhayader" / "Rhayader Goes to Town". Le premier temps est assez énergique, avec de jolis élans de flûte sur un fond de violoncelles loin d'être désagréable (le groupe s'est adjoint les services de David BEDFORD, également arrangeur de Mike OLDFIELD), le second démarre sur les chapeaux de roue avec un synthé et une guitare très en avant. Tout ce que l'on peut dire de ce début, c'est que c'est "juste excellent". La guitare acoustique vient nous cueillir ensuite et jusqu'à "The Snow Goose" inclus, on a l'impression de vivre dans un rêve. Cette guitare, ces mélodies... l'ensemble "Frienship" (avec parties de basson, hautbois et clarinette) / "Migration" / "Rhayader Alone", un peu plus enlevé, constitue une fin idéale pour cette première partie. Il faut dire que tout l'album est instrumental, "Migration" contenant 80 % des vocaux, et encore ce ne sont que des "lou lou lou"... c'est d'ailleurs certainement ce qui l'a empêché de mieux marcher aux Etats-Unis.

La seconde partie est partagée en deux temps, d'un côté par le tandem "Preparation" / "Dunkirk" qui commence par une longue préparation (le mot est bien trouvé) éthérée avec douces vocalises féminines (?) puis une montée en puissance phénoménale à la métrique échevelée, et d'un autre côté "Flight of the Snow Goose" qui présente un thème qui sera merveilleusement repris dans la montée orchestrale de "La Princesse Perdue", sans aucun doute l'un des moments les plus forts du disque. La guitare d'Andrew y est vraiment à son sommet. Le seul bémol dans tout ça pour moi c'est le fait que le thème inquiétant de "The Great Marsh" ait été utilisé pour la toute fin.

Magique, classique, intemporel... tous les adjectifs de cette trempe sont bons pour ce disque, et on réalise à peine que le groupe arrivera à faire encore mieux par la suite...

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


GENESIS
Wind And Wuthering (1976)
Le meilleur album de tous les temps (je veux)

(+ 2 kros-express)



Franck CARDUCCI
Oddity (2011)
L'avenir du rock progressif


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
   ARP2600

 
   (2 chroniques)



- Andrew Latimer (guitares électriques, acoustiques et slide, flûte,)
- Peter Bardens (orgues, pianos, synthétiseurs, chant)
- Doug Ferguson (basse)
- Andy Ward (batterie, percussions)
- David Bedford (arrangements orchestraux)


1. The Great Marsh
2. Rhayader
3. Rhayader Goes To Town
4. Sanctuary
5. Fritha
6. The Snow Goose
7. Friendship
8. Migration
9. Rhayader Alone
10. Flight Of The Snow Goose
11. Preparation
12. Dunkirk
13. Epitaph
14. Fritha Alone
15. La Princesse Perdue
16. The Great Marsh



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod