Recherche avancée       Liste groupes



      
celtique  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Children In Paradise, Mostly Autumn, Karnataka, Mermaid Kiss, The Reasoning , Panic Room
- Membre : Kajagoogoo

IONA - Iona (1990)
Par MARCO STIVELL le 11 Avril 2010          Consultée 1471 fois

IONA (nom relatif à une île du nord-ouest de l'Ecosse) est un groupe écossais, ou plus exactement un trio à la base formé par le guitariste-claviériste Dave BAINBRIDGE et le saxo-flûtiste David FITZGERALD un couple d'années avant la sortie de ce premier essai. Après quelques roulements, ils trouvent la chanteuse idéale en la personne de Joanne HOGG, qui est quant à elle irlandaise. 1990 est donc l'année de lancement de leur production discographique, qui vingt ans après n'est pas des plus foisonnantes (neuf disques dont trois live).

On en vient donc presque à se dire que chaque album studio, à défaut d'avoir ses caractéristiques propres, devrait offrir un certain nombre de qualités et pouvoir se défendre face au reste de la discographie. Pour celui-ci, c'est le cas. Il comporte son lot de "plus", arrive à faire valoir ses avantages. Mais en même temps, je dirais que c'est pas encore tout à fait ça. Oui et non donc, pour ce qui est de la qualité.

IONA tente ici de miser pour une bonne partie de la musique sur son essence, à savoir le trio inital. Cependant une section rythmique est aussi bien présente sur la majorité des morceaux, et comme certains ont une tendance à s'intégrer dans le genre pop ou par opposition rock progressif, ce n'est pas plus mal. En fait, la musique d'IONA est un mélange de rock progressif, de pop, d'ambient et de folklore celtique. On retrouve ici chacun de ces éléments et, au moins pour la moitié du temps, d'une fort belle manière. "Dancing On the Wall" (composé par Joanne) par exemple, aurait pu constituer un bon tube pop pour le groupe, avec pour originalité l'emploi d'un instrument pour ainsi dire inexistant dans ce domaine : le bouzouki (instrument d'origine grecque qui a été apporté à la musique celtique). A l'inverse dans le domaine "prog", IONA nous offre "Trilogy" et "A' Machair", sur lesquels on rencontre quelques élans de saxophone et de guitare électrique. A ce propos, il est diablement bon ce Dave BAINBRIDGE ! On croirait entendre du Mike OLDFIELD des fois... Et cette Joanne, quelle voix angélique... Bon, et cela reste un point de vue personnel, le saxo n'est proprement pas à mon goût dans l'oeuvre d'IONA, et ce ne sont surtout pas les quelques moments où il se fait agressif ("A' Machair") qui viendront contrecarrer mon propos. En revanche, allez savoir pourquoi, je l'accepte tout à fait sur un morceau comme "The Island". Peut-être parce que, sans vouloir faire de comparaison douteuse, contrairement à un certain musicien du Jean-Jacques GOLDMAN des années 80, le présent saxophoniste varie les humeurs (et les instruments) et que la qualité est au rendez-vous à tous les niveaux sur ce type de morceau : voix, arrangements avec comme pour l'ouverture Turning Tide / Flight of the Snow Goose, une forte présence de claviers. Mais pour ça, je peux d'emblée vous le dire, les nappes de synthés sont la spécialité d'IONA. Sans elles, que seraient des pièces comme "Here I Stand" et la sublime chanson-titre ?

En revanche d'autres titres sont loin de remporter mes faveurs, à commencer par "Beijing" qui n'est pas très long mais dont la mélodie que je n'aime pas trop (tout comme les arrangements) est beaucoup répétée. Puis un titre comme "White Sands" m'a toujours semblé quelque peu froid sous cette forme. On va dire que ce sont les morceaux les plus typés ambient. La flûte (ou bien le piccolo, ah ce "Columcille" !) fait quelques jolies interventions mais quand même...

Je ne sais pas. Je ne sais jamais dire ce qui me gêne d'ordre global avec cette douzaine de titres qui ouvre la carrière prometteuse d'un tel groupe. Les paroles d'inspiration religieuse ? Non. Le saxo ? Il n'est pas présent partout. Et les rares incursions du sonneur Troy DONOCKLEY ne viennent pas (encore) me rassasier. De plus, Joanne est un peu sous-employée (cinq morceaux sur douze). Enfin bref pour moi c'est pas encore trop ça. Attendons de voir la suite...

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


Tony BANKS
A Curious Feeling (1979)
Premier album solo du claviériste de genesis




NEMO
R€volu$ion (2011)
Rock-prog inspiré, dans la lignée des précédents


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Dave Bainbridge (guitares électriques et acoustiques, bouzouki, pia)
- David Fitzgerald (saxophones ténor et alto, flûtes, piccolo)
- Joanne Hogg (chant, piano, claviers)
- Terl Bryant (batterie)
- Troy Donockley (cornemuse et flûtes irlandaises, choeurs)
- Tim Hines (percussions)
- Tim Harries (basse, contrebasse)
- Peter Whitfield (violon, violon alto)
- Ian Thomas (choeurs)
- Frank Van Essen (drum loop sample)


1. Turning Tide
2. Flight Of The Wild Goose
3. The Island
4. White Sands
5. Dancing On The Wall
6. A'machair
7. Vision Of Naran
8. Beijing
9. Iona
10. Trilogy
11. Here I Stand
12. Columcille



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod