Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (2 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Caravan, King Crimson

CAMEL - Harbour Of Tears (1996)
Par JEREMY le 23 Novembre 2004          Consultée 5629 fois

« Harbour Of Tears ». Titre emprunt d’une nostalgie, d’une tristesse, indéfinissable. Indéfinissable ? Pourtant, Camel va tenter de le faire durant les quarantes septs minutes de ce concept-album sur l’Irelande, et plus particulièrement sur le port de Cobh, dans le County Cork, plus connu sous le nom de « Port des Larmes ».

Le rock progressif que nous délivre Camel depuis maintenant près de trentes ans est des plus fluides dans ses enchaînements, dans sa construction. Cet album ne faisant pas exception à la règle, il est donc relativement aisé d’accès. Vous trouverez sans problème dès la première ou seconde écoute des lignes de chants attractives à vous mettre sous la dent. Mais, parant à toute monotonie, ce disque recèle milles trésors qu’il ne délivrera qu’à ceux d’entre vous qui auront le courage de l’écouter et de l’écouter encore. On ne peut vraiment pas mettre un titre plus en avant qu’un autre, Camel a fait un concept album, et « Harbour of Tears » doit être appréhendé dans sa totalité, d’autant plus que la plupart des morceaux s’enchaînent sans discontinuité. Alors vous découvrirez, après moults écoutes, des passages mettant en valeur flûtes traditionnelles irlandaise, violons, violoncelles, harmonica, basse et autres saxophones, guitares acoustiques...

Certes, Camel est un groupe de rock progressif, mais ici point de morceaux barrés ni de structures alambiquées à faire pâlire Mozart lui même. Tous les instruments sont au service d’émotions, simples ou complexes, engendrés par des parties instrumentales fouillées, des envolées guitaristiques émouvantes ou des passages très rock, très péchus ; et toujours en maître mot : la mélodie. Submergé de frissons, vous l’êtes à chaque écoute, devant ces guitares chantantes, ces claviers profonds, et cette trame mélancolique hypnotisante qui vous poursuit d’un bout à l’autre de l’album.

Avec ces treizes pistes, mais composant un seul morceau, emprunt d’une tristesse qu’un certain Paul Verlaine aurait appelé le Spleen, Camel signe là un chef d’œuvre de plus dans sa discographie déjà bien remplie. Harbour of Tears est à mon avis leur meilleur album, le sommet de la carrière d’un groupe hors norme qui n’aura cesse de se mettre au service de la Musique au sens le plus pur du mot. Une aventure exceptionnelle.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEREMY :


NEUSCHWANSTEIN
Battlement (1992)
Rock progressif




ANGE
Emile Jacotey (1975)
Rock progressif

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   JEREMY

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Andrew Latimer (guitars, flutes, keyboards, vo)
- Colin Bass (bass guitar, vocals)
- Mickey Simmonds (keyboards)
- David Patton (bass, vocals)
- Mae Mckenna (a capella vocal)
- John Xepoleas (drums)
- Neil Panton (oboe, soprano sax, harmonium)
- John Burton (french horn)
- Barry Phillips (cello)
- Karen Bentley (violin)
- Anita Stoneham (violin)


1. Irish Air
2. Irish Air (instrumental Reprise)
3. Harbour Of Tears
4. Cobh
5. Send Home The Slates
6. Under The Moon
7. Watching The Bobbins
8. Generations
9. Eyes Of Ireland
10. Running From Paradise
11. End Of The Day
12. Coming Age
13. The Hour Candle (a Song For My Father)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod