Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Simple Minds, The Silencers , Big Country, The Chameleons , Kitchens Of Distinction
- Membre : The Edge

U2 - Under A Blood Red Sky (1983)
Par ERWIN le 6 Août 2010          Consultée 2779 fois

Vous voulez que je vous dise ? Voila l’album de mon adolescence ! Rien que d’y songer, le plaisir et la sensation de souvenirs inoubliables parcourent mon échine. Voilà un des plus grands lives de tous les temps.
Nous sommes en 83, U2 amorce le début d’une carrière internationale qui va les conduire au pinacle de l’art musical. Bono est déjà connu pour sa voix et sa facilité à improviser derrière un micro, il ne connaît d’ailleurs pas d’autre moyen de composer à l’époque. The Edge est déjà un guitariste sensible et reconnu, détenteur d’un son particulier. Sa stratocaster sait briller de milles feux et enrobe les compositions des irlandais avec maestria. Un petit mot pour une section rythmique souvent passée à la trappe, car Larry Mullen Junior abat à la batterie un boulot conséquent alors qu’Adam Clayton est moins ridicule que sa réputation pourrait laisser croire, ses lignes de basse sont très correctes et forment l'ossature des hits de U2... Under a Blood Red Sky est tiré des lyrics de « New Year’s Day » présente sur le skeud. Ce titre se veut un hommage au concert de Red rocks dans le Massachussett.

Le rock héroïque de U2 trouve ici toute sa force et une symbolique à la postérité tenace sur le morceau « I Will Follow » issu des sessions de Boy et dont la version ici présente est d’une puissance incroyable, le lick de guitare emporte tout sur son passage, ainsi que sauraient le faire les plus grands riffs de l’histoire du rock. Un chef-d’œuvre, unique et intemporel. Magnifié par l’ambiance surréaliste créée par la sublime voix de Paul « Bono vox » Hewson. A écouter en boucle jusqu’à plus soif !

« 11 O’Clock Tick Tock » est un ovni dans la carrière de U2. On ne retrouve ce titre héroïque sur aucun des autres skeuds du groupe. The Edge sonne ici comme une cascade permanente et phosphorescente de notes lumineuses. Au niveau guitaristique, un must ! Que les fanas de technique ne tentent pas l’écoute, vous ne trouverez ici que texture, imagination et son, du cœur et de l’humanité, nous approchons de la vérité ! Car le groupe fait corps avec son guitariste pour une performance digne de figurer dans les annales. Immaculée… Je ne vois pas de meilleur qualificatif.

Je vous vois venir: « Il se fout de notre gueule le gars ! Trois heures qu’il débloque sur des titres dont personne n’a rien à branler ! » . Je vous arrête immédiatement ! Ces deux titres sont des chef-d’œuvres. Vous voulez qu’on parle de « Sunday Bloody Sunday » c’est ça ? Vous voulez appeler votre copine la mettre sur vos genoux devant l’ordinateur et abuser de la situation en lui faisant lire les paroles romantiques de légende que je vais pondre sur leur chanson préférée c’est ça ? Bande de petits filous ! Alors les filles, « Sunday Bloody Sunday » c’est une jolie chanson, quelques petits arpèges cristallins de guitare soutiennent non pas un conte de fée mais bien une chanson de rébellion -coquin de Bono, pas une « rebel song »- comme Léonard Cohen aurait voulu l’écrire. Dans la vidéo, c’est un Bono tout minot qui brandit le drapeau rouge avec détermination dans une attitude que vous n’aurez pas oublié. Voilà, vous avez eu vos lignes sur le dimanche sanglant; soyez maintenant gentilles avec vos mecs !

Je continue pour ceusses qui aiment les décibels: la basse et le piano de « New Year’s Day » prennent à présent le relais pour un des autres classiques des irlandais. La version Live est d’ailleurs supérieure à l’originale, avec une performance vocale de Bono tout à fait remarquable. The Edge y passe de la guitare au piano avec un égal bonheur, tout en délivrant des backing vocaux de grande qualité. J’en profite pour surligner son joli canard sur « Party Girl » un des plus célèbres de la musique, au moins preuve est faite que U2 ne se la pète pas trop, en tout cas à l’époque. « Gloria » et « The Electric Co » prennent en live une dimension agressive qu’elles ne possèdent pas sur disque. Le résultat est vraiment à la hauteur, comme il sied à une œuvre mythique.

Car dans le mythe nous nageons ici. Toutes les générations peuvent s’abreuver à la fontaine de ce ciel rouge sanguinolent. Je vous défie de l’écouter et de ne pas l’aimer.

La musique est un art majeur. La preuve ? Vous la tenez entre vos mains ! Ce « live » n’a pas pris une ride en 27 ans.

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


CULTURE CLUB
Colour By Numbers (1983)
Chef d'oeuvre des futuristes de la new wave




DURAN DURAN
Papergods (2015)
Ancient gods


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Bono (chant)
- The Edge (guitare, claviers, backing vocaux, basse sur '40')
- Adam Clayton (basse, guitare sur '40')
- Larry Mullen Jr. (batterie)


1. Gloria
2. 11 O'clock Tick Tock
3. I Will Follow
4. Party Girl
5. Sunday Bloody Sunday
6. The Electric Co.
7. New Year's Day
8. '40'



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod