Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK CELTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Quinlan Road (site Officiel) (611)

Loreena MCKENNITT - Elemental (1985)
Par MARCO STIVELL le 2 Juin 2010          Consultée 1515 fois

La vague celtique, qu'elle soit rock ou purement folk a pris des proportions tellement énormes depuis le début des années 70 qu'elle a entraîné l'émergence de certains pays autres que l'Irlande et comportant un patrimoine riche dans cette branche musicale. Le meilleur exemple en est sans doute la Bretagne, région de France qui a même mis en place un festival interceltique à Lorient, conviant des artistes de tous ces pays à venir jouer les uns après les autres, ou ensemble devant un parterre de vrais amoureux de cette musique. En dehors des principaux "états" qui restent la Bretagne, la Cornouailles, le Pays de Galles, l'Ecosse, l'Île de Man, l'Irlande, ainsi que plus récemment la Galice et les Asturies, d'autres régions des continents occidentaux se réclament d'une âme celtique, mais peu d'artistes arrivent à se forger une réputation à échelle mondiale. L'artiste sans doute le plus reconnu est une femme, Loreena McKENNITT, d'origine irlandaise mais vivant... au Canada. Beaucoup de natifs de l'île verte se sont comme on le sait exportés vers l'Amérique, pensant y trouver de meilleures conditions de vie.

Loreena la fée rousse a, selon ses propres dires, commencé à s'intéresser à la musique celtique aux alentours de 1978. La légende raconte que c'est l'album Renaissance de la Harpe Celtique d'Alan Stivell (eh oui !) qui lui a donné l'envie de se mettre à ce fabuleux instrument... Toujours est-il qu'en 1985, soit plusieurs années plus tard, et après avoir acquis de plus grandes connaissances dans le domaine celtique suite à des voyages réguliers en Angleterre et Irlande, elle publie ce premier album entièrement consacré à cette grande musique, enregistré dans une grange transformée en studio, en pleine campagne. Elle raconte d'ailleurs son plaisir à avoir travaillé dans cet endroit, le contact avec la nature...

Elemental est l'exemple même du titre bien choisi pour qualifier une oeuvre "retour aux sources", car l'album est consacré à la musique irlandaise. Le programme se veut alléchant, avec quelques grands classiques déjà popularisés (ou plutôt repopularisés) par d'autres groupes, comme "Carrickfergus" ou "She Moved Through the Fair". Tous sont des morceaux traditionnels, chantés ou pas, à l'exception de "Lullaby" qui est une composition de Loreena sur un texte de William Blake. A l'origine écrit pour une représentation théâtrale d'une oeuvre de ce même auteur, ce morceau, malgré un air très joli qui n'est pas sans rappeler le "Spered Hollvedel" de... Alan Stivell, présente la seule idée réellement contestable de l'album, celle de la récitation de ce texte de Blake par un homme sur bruits d'orage, et de manière parfois scandée. L'intérêt artistique y est car cela fait malgré tout son effet, mais ce qui gêne c'est le rapport au reste de ce disque paisible, pas des plus réussis.

Pour le reste, Elemental est tout à fait représentatif du potentiel de la jeune chanteuse, tant sur le plan adaptation que sur le plan interprète et instrumentiste. Toutefois, ses choix ne sont pas toujours des plus faciles à accepter. Au niveau du chant par exemple, il n'y a rien à redire, la voix de (mezzo ?) soprano de Loreena est fabuleuse, créant une fusion de celtique et de lyrique (celrique ? lytique ? moi je dis les deux sont bons !). En revanche pourquoi donc ne chante t-elle pas plus sur "Carrighfergus" ? La voix de Cedric Smith est agréable, mais bon... Mystère. On remarquera que tout comme Douglas Campbell sur "Lullaby", il roule les "r". Et côté arrangements, là aussi le problème est infime, ça ne tient pas à grand-chose, mais ça concerne aussi l'absence sous une certaine forme. Pour "Carrighfergus", c'est la voix de Loreena, même si on ne peut pas parler d'absence totale. Pour "She Moved Through the Fair", ce sont les instruments. La belle voix de la chanteuse sur cette sublime chanson n'est accompagnée que de chants d'oiseaux, d'un petit son percussif lointain faisant penser à une cloche, et d'une note au synthétiseur. Tout cela est reposant, mais forcément ça déroute quand on est habitué à des versions instrumentées de très grande qualité comme celle de, allez je vous le donne en mille... Alan Stivell (!!!), qui reste ma préférée.

A part cela, il sera peu sage de chercher à trouver d'autres points négatifs à ce Elemental. L'orchestration est certes minime, gérée surtout par la chanteuse, mais ça fonctionne du tonnerre (non non, pas celui de "Lullaby"). "Kellswater" et "Blacksmith", tout deux splendides, nous offrent un peu d'accordéon joyeux par-dessus les notes de harpe, mais ce sont surtout les "The Lark in the Clear Air" - ah ce violoncelle -, le magnifique "Stolen Child" et "Come By the Hills" (sur lequel Loreena s'accompagne même à la guitare acoustique !) qui brillent par leurs arrangements de harpe couplée avec les nappes et effets de synthétiseur, très efficaces. Tout ce que votre serviteur aime. La production est légèrement froide, ce qui n'étonne guère au vu de l'année de publication de ce disque, mais ça reste dû - et non pas à cause de - notamment aux sons de synthé. Cela suffit à créer une ambiance particulière, un peu à l'instar de la pochette, comme cherchant à destiner cet album pour les longues journées ou soirées d'hiver...

C'est comme cela qu'il convient de voir Elemental (et au moins les deux disques qui suivront), en plus d'un excellent premier album. Quelque part, le peu d'intervenants autres que Loreena n'aide qu'à faire ressortir plus facilement le talent de cette dernière, ce qu'il sera là par contre difficile de contester. Elemental est aussi l'un des rares disques purement celtiques de Loreena, placés en début de carrière. A découvrir au moins pour cela...

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


Cécile CORBEL
Songbook Vol. 2 (2008)
Pirates, chevaliers et demoiselles. Rêve et amour




MYRDHIN
De La Source à L'océan (2015)
La harpe et le fleuve


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Loreena Mckennitt (chant, harpe celtique, synthétiseur, accordéon, gu)
- Cedric Smith (guitare, chant)
- Pat Mullin (violoncelle)
- George Greer (basse acoustique)
- Douglas Campbell (récitation)


1. Blacksmith
2. She Moved Through The Fair
3. Stolen Child
4. The Lark In The Clear Air
5. Carrighfergus
6. Kellswater
7. Banks Of Claudy
8. Come By The Hills
9. Lullaby



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod