Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-VARIéTé CORSE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (539)

I MUVRINI - ...in Core (1990)
Par MARCO STIVELL le 29 Août 2010          Consultée 2786 fois

Après plus de dix ans d'existence, de très bons albums (notamment les derniers) et un groupe solide, un live s'imposait, on peut même dire "enfin !". Avec un bon succès mais somme toute relatif, Quorum n'ayant pas vraiment battu le record de Pè l'Amore di Tè... en termes de ventes, le groupe peut donc enfin se permettre cette petite respiration entre deux grands albums, en immortalisant leur passage à Bastia durant la tournée suivant Quorum.

On retrouve Francis REZOAGLI qui a joué sur ce même disque, ainsi que bien évidemment les habituels Jean-Bernard RONGICONI et Eric FERRARI. Côté nouveauté, Paul-Michel AMSELLEM accompagne REZOAGLI en tant que second clavier, le jazzman Daniel MILLE est présent aux multiples accordéons et, grande surprise, on rencontre le musicien le plus coté de l'ensemble en France, maître Laurent FAUCHEUX qui, après la batterie assez retenue de Jean-Claude PAOLINI sur Quorum, est venu redonner quelques coups et apporter des breaks vigoureux à la musique d'I MUVRINI qui n'en avait pas spécialement besoin, mais qui apportent tout de même un gros plus. Les autres instrumentistes ne sont pas en reste et apportent leur touche, ce qui fait qu'au final, ce ...In Core figure déjà comme un classique du genre, proposant ce qu'un concert de pop-variété corse pouvait offrir de mieux, entre beauté, force et sincérité qui viennent du coeur.

Et puis ce n'est pas tout, on peut vraiment dire que le groupe nous a gâté en matière de surprises agréables, en offrant un live bourré de matériel inédit. Un très bon point même si quelque part cela éclipse un peu les chansons de Quorum, mais ne boudons pas notre plaisir. Rien que le morceau d'ouverture "Si Natu Paisanu" est sans conteste titulaire de deux adjectifs en "mag-" : magnifique et magistral. C'est une de ces chansons où les couples piano-synthétiseur (seuls instruments à jouer) et voix de Jean-François pour les couplets-voix d'Alain pour les refrains fait son meilleur effet. Elle donne l'impression, accompagnant très bien la photo du disque, d'une ambiance feutrée dans une salle à l'acoustique idéale. Le concert se terminera de la même manière, plus mystique, sans chant cette fois, mais avec uniquement les claviers. L'introduction ("Si Natu Paisanu") comme la conclusion ("In Core") de cette prestation live feraient presque regretter l'époque où il y avait de vrais musiciens pour jouer l'entrée et la sortie des concerts, plutôt que des séquences. Presque... A part cela, parmi les autres inédits il y a "Terzettu" ainsi que "Madrigale", pour lesquels j'avoue ne pas saisir la différence avec une "Paghjella", mais qui restent de beaux chants polyphoniques a-cappella, avec la participation de Martin VADELLA qui accompagnera le groupe pendant longtemps. "Cum'Elli Sò", est une chanson au ton grave, rappelant quelque peu "U Pastore di Ghisoni" en mieux et certains moments de Quorum. C'est Alain qui l'interprète de fort belle manière, tandis que les claviers jouent des vagues saisissantes, de même pour les interventions de Jean-Bernard et de Laurent (roulements de cymbales seulement). "Preghera" ensuite, démarre avec un texte parlé de Jean-François souligné par une ligne de piano. La chanson qui suit se révèle intéressante, à la tonalité plutôt grave là encore, avec un accordéon caressant sur les refrains, l'un des points forts du morceaux. On pense à un "Senti U Niolu" en plus rythmé. La fin accordéon-guitare est courte mais sublime. "Timisoara" est plus particulière, ne ressemblant véritablement à aucune autre chanson du groupe, même de l'époque. Les sonorités de clavier sont particulières. Chanson intéressante même si un peu trop "classique" dans le ton et contenant un refrain pas franchement des plus mémorables. Ce sera tout (façon de parler) pour les inédites, globalement très convaincantes.

Et que dire du reste, sinon que c'est encore mieux globalement ? "A Cursita" commençait déjà magnifiquement bien de manière calme, mais le moment d'entrée des instruments et en particulier de la batterie est tout simplement fabuleux. "Apperlamanu" et son côté festif peuvent surprendre après le sombre "Cum'Elli Sò" mais à part les sons de cuivres peut-être légèrement surmixés, il n'y a franchement rien à redire, on laisse notre jambe battre la mesure et notre tête danser toute seule au rythme de la musique. Ces deux morceaux sont de plus ici débarrassés de la froideur du son années 80, ce qui permettra à certaines personnes de mieux les appprécier. "A Mio Lingua", le génial "A Mio Lingua" avec une intro encore plus magique que sur Quorum, arrive ensuite, sans nous laisser le temps de reprendre notre souffle. Ils ont augmenté le tempo et dans un contexte live ça passe super bien. Niveau arrangements, notamment des claviers et de l'accordéon, ils font simplistes mais ça reste très prenant. Et ce Laurent FAUCHEUX, quelle puissance ! "Senti U Niolu" est toujours très fort avec ses nappes vaporeuses et cet aspect "cri dans la nuit". Le doux pont final mené par l'accordéon rappelle les musiques d'Europe de l'Est, ou le type de musique jazz que Daniel MILLE développera d'ailleurs sur ses albums solo beaucoup plus tard. Très joli en tout cas. Dans la continuité, c'est lui-même accompagné de la guitare qui ouvre "Caffe Di U Liceu", sans doute la chanson qui colle le mieux à sa version d'origine, tout aussi bonne bien que ne faisant pas partie de mes favorites. Par contre, après, on a la superbe "Chì a Vita Face Innò", encore plus réjouissante que sur Quorum, en grande partie grâce à Laurent là encore. Et puis cette ligne d'orgue... D'autant plus que là aussi le tempo est accéléré et l'influence reggae ressort encore mieux. Un des highlights de ce live, quel dommage que cette chanson ne soit pas très connue même parmi les fans. "Mi Trema l'Esse" passerait presque pour être méconnaissable, avec cette intro inédite, cet accent sur le piano... Formidable, encore plus que sur Quorum là encore ! "Rivecu", particulièrement appréciée du public, se voit garnie d'un bandonéon. Dans le genre classique on ne fait pas mieux. De même avec "Dimmi", même si la sonorité de faux saxophone n'est pas la meilleure idée d'arrangement que le groupe ait pu avoir, mais cette version est longue et très dense. Et on enchaîne avec "More", dans une version là aussi moins froide que l'originale, plus élaborée, et au moins toute aussi convaincante. Question orchestration, on ne peut pas passer à côté de "Inseme" (avec Jean-François à la guitare rythmique), seul morceau écourté et conservé de la première période chant-guitares folk 79-81 et non l'un des moindres. Avec des synthés ça rend encore mieux, on dirait que cet instrument a été crée pour ce groupe-là décidément ! Enfin, "Amareni" en guise de troisième rappel met du baume au coeur avec son réarrangement festif, et les breaks monstrueux de Laurent FAUCHEUX. Seuls les solos de synthé là par contre n'aident pas le morceau à se hisser encore plus haut. Dommage mais pas bien grave.

Ce ...In Core, en plus d'avoir la place royale du premier live tant attendu, se révèle être un disque à part entière et des plus fameux. En ayant en tête le fait qu'ils ne disposaient alors pas de moyens énormes, on peut dire qu'ils ne pouvaient pas faire mieux. Le son est très soigné, la set-list l'est tout autant et les surprises sont multiples. Le groupe joue terriblement bien, Jean-François est très communicatif (même si ses paroles entre les chansons sont difficilement compréhensibles pour le français moyen, étant toutes en corse), le public est idéal, conquis sans être bruyant, participant bien parfois comme sur "Dimmi" et "Amareni"... Que demander de mieux ?

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


Kate BUSH
The Sensual World (1989)
Amour, love, amore, amor...




Murray HEAD
Say It Ain't So (1975)
Un chef d'oeuvre de finesse entre folk et autres


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Jean-françois Bernardini (chant, guitare acoustique)
- Alain Bernardini (chant)
- Jean-bernard Rongiconi (guitares)
- Eric Ferrari (basse)
- Laurent Faucheux (batterie)
- Francis Rezoagli (piano, synthétiseurs)
- Paul Michel Amsellem (synthétiseurs)
- Daniel Mille (accordéon, accordina, bandonéon)
- Martin Vadella, S. Grisoni, J.c. Bastian (chant)


1. Si Natu Paisanu
2. Terzettu
3. A Cursita
4. Cum'elli Sò
5. Apperlamanu
6. A Mio Lingua
7. Preghera
8. Madrigale
9. Senti U Niolu
10. Caffè Di U Liceu
11. Chì A Vita Face Innò
12. Mi Trema L'esse
13. Timisoara
14. Rivecu
15. Dimmi
16. More
17. Inseme
18. Amareni
19. In Core



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod