Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Blackmore's Night
- Membre : Pretty Things/yardbird Blues Band
 

 Site Officiel (466)

RENAISSANCE - Renaissance (1970)
Par MARCO STIVELL le 4 Février 2011          Consultée 2200 fois

RENAISSANCE est un groupe fondé à la toute fin des années 60 par deux ex-membres des légendaires Yardbirds : le guitariste-chanteur Keith Relf et le batteur Jim McCarty. Ils allient leurs talents d'instrumentistes avec John Hawken et Louis Cennamo, ainsi que la voix de Jane, soeur de Keith. Le groupe s'est déjà fait un nom sur scène depuis 1969, et participera à divers festivals, en même temps que de réaliser l'enregistrement de son premier album, produit par Paul Samwell-Smith, lui aussi ex-Yardbirds. Voilà, c'est à peu près toute la gamme d'informations dont on dispose sur les débuts du groupe.

RENAISSANCE s'inscrit dans la lignée de ces formations plus ou moins obscures (là ce serait plutôt moins) de la scène rock progressive qui mélangent ce dernier style avec du folk et de la musique savante (on emploiera ce terme plutôt que "classique"). De cette dernière, on retrouve les influences baroques à travers notamment l'emploi du piano et du clavecin, mais pas seulement. Ces deux instruments, joués avec beaucoup de dextérité par John Hawken, s'aventurent à loisir sur des modes mélodiques mineurs (cette phrase s'adresse avant tout aux musiciens), voire "orientalisants" (c'est déjà un peu plus clair ?), notamment sur "Innocence" et "Kings and Queens". On sent à travers cette musique que les membres du groupe se font plaisir et même improvisent sans que le résultat soit trop exigeant pour l'auditeur, voire indigeste. Seule petite exception, "Bullet" avec ses six minutes (sur onze minutes vingt) de propos complètement épars, qui n'est pas sans rappeler celui du "Moonchild" de King Crimson paru sur le disque que l'on sait à peine quelques mois avant celui de RENAISSANCE.

Un groupe qui porte décidément bien son nom, à l'écoute de l'intro de "Wanderer" et de sa partie de clavecin, cela devrait sauter aux yeux. Mais ce n'est pas tout encore une fois. J'ai parlé de mélange avec du rock progressif, ce genre totalement novateur et miraculeux à l'époque, selon le public à qui vous en parlez. C'est ce qui permet à la musique du groupe de s'enraciner dans cette ère dorée, par le biais de compositions savantes, fortes en rebondissements, mais toujours mélodiques. RENAISSANCE serait donc à ranger plutôt du côté de Genesis que de Van Der Graaf Generator, eux aussi des petits nouveaux à l'époque. Des exemples comme "King and Queens" et la première partie de "Bullet" en sont clairement représentatifs. La guitare s'efface au profit de la rythmique, et notamment de la basse, très présente au même titre que les claviers. Cette guitare, essentiellement acoustique, quand ce n'est pas une électrique en son clair, vient renforcer le côté folk de la musique de RENAISSANCE. En tête de ligne, les superbes "Island" et "Wanderer". On remarquera que, alors que des vocaux masculins dominent sur le restant du disque, ces deux titres sont les seuls chantés en lead par Jane Relf, au timbre angélique. Même si l'orchestration est toujours rock dans ces moments-là, on retrouve une ambiance folk apaisante, par le biais de ces suites d'accords simples, majeurs et "suspendus"... Peut-être qu'il aurait été bon de développer un peu plus ce versant bucolique et pastoral de la musique, mais ne cherchons pas la petite bête, et puis nous n'en sommes qu'au premier album.

Ce disque éponyme, sans être particulièrement recommandable, offre de belles petites surprises. C'est le premier, et comme bien souvent avec les aînés, il n'est pas dénué d'imperfections, qui n'enlèvent cependant rien à son charme. Le charme du premier... Avec une pochette qui nous convie à sortir de l'enfer des villes pour se diriger vers d'autres horizons, un autre temps aussi... A noter que la réédition CD de 1995 contient le single "The Sea" / "Island" paru à l'époque. Bien entendu, "Island" est en version éditée et "The Sea" est un très beau titre dans la lignée de l'autre.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


The ENID
Six Pieces (1980)
Un vrai groupe qui n'en sera plus un




Steven WILSON
Grace For Drowning (2011)
Entre ombre et lumière


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Keith Relf (chant, guitares, harmonica)
- Jim Mccarty (batterie, percussions, chant)
- John Hawken (piano, clavecin)
- Louis Cennamo (basse)
- Jane Relf (chant, percussions)


1. Kings And Queens
2. Innocence
3. Island
4. Wanderer
5. Bullet
6. The Sea (bonus)
7. Island (bonus, Version Single)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod