Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (624)

I MUVRINI - Alma (2005)
Par MARCO STIVELL le 16 Novembre 2011          Consultée 2252 fois

Pour la première fois depuis longtemps, je vais être, ou du moins paraître un peu sévère avec mon groupe corse préféré. Il faut dire que la première fois que j'ai écouté Alma, troisième album acquis après Leia et Curagiu, la douche a été plutôt froide ! Deux trois morceaux bons, et le reste, hmmm... Encore aujourd'hui, cet album me pose problème, au niveau de certaines compositions, mais aussi de l'arrangement. Premier essai discographique publié après le remerciement (définitif ?) de presque toute l'ancienne équipe de musiciens, et notamment du super guitariste-arrangeur Jean-Bernard Rongiconi, Alma est une sorte de "carte blanche" accordée à César Anot, le bassiste. Si Jean-François Bernardini fournit comme d'habitude les compositions, César se charge ici de les arranger, et même s'il est loin d'être mauvais, on sent qu'il manque quelque chose, un gros quelque chose. Arrivent aussi des membres qui deviendront permanents dans le nouveau groupe, comme Achim Meier (Stéphane Eicher entre autres). Il y aussi la grande nouveauté, du moins ce qui nous est présenté ainsi : les choeurs zoulous. En revanche, exit les instruments traditionnels comme l'accordéon, la vielle à roue et la cornemuse, outre le groupe rock tout se fait par le biais de programmations.

Ce n'est pas un mal, quand on voit le résultat sur Umani, même si ces instruments étaient encore présents, on peut espérer d'Alma qu'il soit dans cette continuité. Eh bien non, pas vraiment. Pour commencer, Alma bien que se voulant lui aussi chaleureux et humaniste ("Si j'avais mille âmes (alma) je te les donnerais toutes, je n'en ai qu'une, prends la mille fois"), ce qui a jusque là réussi au groupe, est beaucoup moins inspiré que son, voire ses prédécesseurs. On peut craindre que parler de cette production des mouflons éclipse ce qu'il y a eu avant, et j'ai eu effectivement un peu cette impression dans les discussions de fans. Jean-François dit lui-même dans le DVD bonus de l'album grosso-modo que c'est selon lui vraiment le meilleur travail qu'ils aient accompli... Un comble ! Alma n'est pas dénué de qualités, mais il reste assez moyen et peu représentatif du talent du groupe.

Pourtant, il faut dire que cela commençait assez bien. Rien que la pochette, qui représente les lignes d'une main, est une excellente idée. Les quatre premières chansons sont vraiment enthousiasmantes et prouvent que même dans un genre de plus en plus typé variété-world, le groupe n'a rien perdu de son génie mélodique et propice à émouvoir. "Iè" offre un agréable single porteur, avec déjà les choeurs zoulous mis en exergue et une musique qui crée bonne espérance. "Omi e Donne" est encore meilleur à ce titre, avec des couplets quasi-mystiques et un refrain puissant et coloré. "Per Amore" fait presque aussi bien, toujours dans cette lignée de morceaux rythmés et chaleureux. "Turneranu Qui" est aussi très chouette, dans un registre plus "ballade". Pour cette première partie d'album assez réussie, il convient d'inclure "Alma" chanté par Alain, et qui avec un ton plus solennel vient se ranger dans les bons morceaux à ambiance, synthés en avant, qu'a réalisé le groupe.

En revanche, c'est après que ça se gâte. Contrairement à beaucoup de fans, je n'accroche que peu à "Quandu Senterà", au refrain somme toute sympathique. "Era une Volta" se présente comme une soeur jumelle, sur le même calque, mais en moins bon. "Fate" aurait pu m'émouvoir par un côté slow plaisant, mais j'ai un peu tendance à trouver que ce n'est que le "slow de plus". Votre serviteur préfère retourner à "Turneranu Qui" et bien sûr les nombreux autres des albums passés. Quant à "Vai" et "Li Dà", la première est tout simplement transparente (malgré la participation d'un vieil ami choriste, Jean-Charles Adami), et la seconde m'énerve musicalement parlant. Autant dire que dans cette deuxième partie, seule "Vole" remporte toutes les faveurs, avec côté farandole et son violon enflammé.

Et puis il y a la fin, deux chansons importantes dans l'album puisque l'une d'elle constitue la meilleure de toutes. Il s'agit bien entendu de "Chi Sarà". Si les couplets sont déjà assez émouvants, ce sont bien entendus les refrains et les passages instrumentaux à la fausse cornemuse qui font de cette chanson une vraie merveille. Enfin, "Le Temps Qu'il Fera" est une petite sucrerie acoustique qui voit pour la première fois depuis longtemps en studio (A l'Encore Rouge) les MUVRINI accompagnés de choeurs d'enfants. Mignonne et très optimiste, cette ritournelle conclue joliment l'album.

Si je suis tenté de mettre 3 à cet album, je préserve conserver un 2 moyen, pour bien signifier que Alma déçoit autant qu'il enthousiasme, certaines chansons faisant partie des moins intéressantes du groupe, et trop peu parmi les autres figurant parmi les meilleures. Passons à la suite.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


I MUVRINI
...in Core (1990)
Premier live du groupe




Peter GABRIEL
Growing Up Live (2003)
Dix ans après...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Iè
2. Omi E Donne
3. Pè Amore
4. Turneranu Qui
5. Alma
6. Quandu Senterà
7. Fate
8. Vole
9. Era Una Volta
10. Vai
11. Li Dà
12. Chì Sarà
13. Le Temps Qu'il Fera



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod