Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Biters, Led Zeppelin, Deep Purple, Creeds Cross
- Membre : The Dead Daisies , Whitesnake, Guns N' Roses, MotÖrhead, Gary Moore , Dio, Huey Lewis And The News , Dare
- Style + Membre : Black Star Riders
 

 Site Officiel (352)
 Site Du Groupe Actuel (587)

THIN LIZZY - Thunder And Lightning (1983)
Par MARCO STIVELL le 13 Mai 2012          Consultée 2168 fois

Pendant longtemps, j'ai eu peur de l'orage. Je repense à ces nuits, ces jours où ça tombait fort, et où j'étais carrément obligé de me cacher sous le coussin pour ne rien voir, rien entendre. J'étouffais aussi, accessoirement.

Pendant longtemps, j'ai aussi repoussé le métal, la musique. Mes amis aimaient tous ça alors que moi je n'allais pas plus loin que AC/DC (le Live at Donington précisément), et ils aimaient bien en passant se foutre de ma gueule avec mes goûts de vieux. Ah que j'ai pu détester Korn ou Limp Bizkit... Ouais, je sais que ce ne sont pas vos groupes-références mais ça faisait fureur à l'époque, ce qui n'était pas le cas de THIN LIZZY, dont l'inspiration était alors morte depuis longtemps, avant même celui que l'on appelait communément leur leader.

Tout ça pour dire que si j'avais connu un disque comme Thunder and Lightning dès ma plus tendre enfance, j'aurais à la fois pu apprécier les orages et le métal, tant ce dernier disque de THIN LIZZY déboîte sa grand-mère qui fait du pédalo sur le Yang-Tsé Kiang. Non allez, on ne va pas mentir longtemps, le disque, bien qu'évidemment celui comprenant le son le plus heavy du groupe, ne rentre pas complètement dans les clous du vrai métal de l'époque, vous savez le thrash de Metallica et affiliés. THIN LIZZY adopte une attitude tout en gardant sa propre personnalité, si c'est pas beau ça... On dit que Thunder and Lightning augurait du meilleur à venir, si le groupe avait continué dans cette voie. Sans doute. Le fait qu'il soit unique contribue également beaucoup à sa forte valeur.

L'orage gronde dès les premières secondes, on ressent d'emblée combien ce disque va être, peut-être plus que jamais, toutes guitares dehors. Effectivement c'est un gros riff qui introduit la chanson, lancée rapidement sur un train d'enfer. La prestation que livre Phil Lynott prouve combien il avait encore de la pêche. Les guitaristes sont à l'avenant (solo harmonisé, as always), notamment le petit nouveau John Sykes (autrefois chez les Tygers of Pan Tang et remplaçant de Snowy White, parti pour une carrière plus centrée sur le blues), un des principaux responsables de cette évolution sonore, qui réalise une prouesse délurée tout à fait digne de ses prédécesseurs. Quant à Darren Wharton, par son seul solo on se rendra compte à quel point il est important dans le son de cet album. Pas de doute, ce titre puissant est le signe d'une cohésion parfaite et ne laisse rien présager de la fin du groupe...

D'autres chansons sont portées par cette furieuse envie de mettre en avant le son d'époque, et remportent le pari d'être toutes aussi réussies les unes que les autres. "Cold Sweat" avec son chant railleur et sa batterie massive, "Bad Habits" et son refrain super efficace, "The Holy War" et ses voix robotiques, où le solo de Gorham est doublé au synthé, "This Is the One" et son quadruple solo... Autant de trouvailles riches en émotion, dans la pure tradition THIN LIZZY dans le fond, juste différent dans la forme.

On sent néanmoins facilement combien le tout est noir, sombre... simplement en parfait accord avec la situation dans laquelle était Phil Lynott à l'époque, brisé, perdant l'amour de sa vie, sentant aussi sa fin approcher sans doute. De ce fait, quatre chansons ressortent comme étant plus personnelles. "Something She Is Going to Hit Back" révèle son lot de riffs-coup de poing, une batterie très énergique et un nouveau solo de synthé. Plus jouissive encore, "Baby Please Don't Go" offre une superposition de choeurs superbe et des montées en puissance (le synthé !) insoupçonnées.

Pourtant, la chanson la plus évidente concernant cette trame désespérée reste sans aucun doute "The Sun Goes Down". Si Thunder and Lightning ne comporte aucune ballade, ce morceau lent transpire la tristesse de son auteur avec un riff simple de basse, des guitares clean, une ambiance de nuages noirs due aux claviers (Wharton a co-écrit la musique). Le chant, qui malgré "l'heavier sound" de l'album n'a rien perdu de son romantisme, y est aussi mélodique que superbe. Il y a des murmurs noirs sur le final, la batterie pétarade comme le tonnerre (par opposition au petit rythme joué tout le long), et Scott Gorham vient soutenir son ancien compagnon en délivrant un solo magnifique dont il a le secret, parfaitement dans le ton de la chanson. Une merveille que celle-ci. Quant à "Heart Attack", c'est, outre le point final, le morceau dont le seul titre évoque le fait que Lynott savait ce qui l'attendait, même si ce fut, au lieu d'une attaque, une pneumonie et des dysfonctionnements d'organes.

Thunder and Lightning est donc le dernier album studio. Il sera bien sûr accompagné du live Life, mais même après la mort de Lynott en 1986, THIN LIZZY ne sera plus qu'une expérience live. Ici, nous avons plus que l'ultime oeuvre originale, encore un chef-d'oeuvre qui ne se dément pas.

A lire aussi en HARD ROCK par MARCO STIVELL :


THIN LIZZY
Live And Dangerous (1978)
Le plus grand live de tous les temps




THIN LIZZY
Bad Reputation (1977)
Jouissif, once more


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Lynott (chant, basse)
- John Sykes (guitares, choeurs)
- Scott Gorham (guitares, choeurs)
- Brian Downey (batterie, percussions)
- Darren Wharton (claviers, choeurs)


1. Thunder And Lightning
2. This Is The One
3. The Sun Goes Down
4. The Holy War
5. Cold Sweat
6. Someday She Is Going To Hit Back
7. Baby Please Don't Go
8. Bad Habits
9. Heart Attack



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod