Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Caravan, King Crimson

CAMEL - Never Let Go (1993)
Par MARCO STIVELL le 22 Mai 2012          Consultée 1638 fois

20 ans ça se fête ! Si vous ne savez pas de quoi je parle, retournez-vous un peu et regardez quelques temps en arrière. Oui, en 1992, CAMEL réalise sa tournée anniversaire, 20 ans donc. Alors on aurait pu espérer une réunion surprise du line-up originel... Peter Bardens... Andy Ward... Doug Ferguson... Ah non pardon, ce pauvre Doug combien êtes-vous à le regretter vraiment ? Non, rien de cela. Le CAMEL qui tourne pour Dust and Dreams est un tout nouveau quartet, avec juste Andy Latimer qui de toute évidence assurera la permanence jusqu'au bout. Mais ils fêtent bien les 20 ans, tout en prenant soin de recentrer sur leur actualité, ce qui nous donne un concert susceptible d'émouvoir les vieux fans comme ceux qui ont décidé de suivre malgré les différentes évolutions du groupe.

Ce double live mise sur deux temps forts, assez distincts. Le premier set est exclusivement consacré aux anciens albums du groupe, celui-ci ayant conservé en moyenne un à deux morceaux extraits de chacun, et pas les moindres. Seule exception notable, Stationary Traveller n'est pas du tout mentionné, sans doute à cause du fait qu'il ait été presque entièrement joué lors de la tournée précédente et enregistré ainsi... Mais voilà, nous avons tous les autres, avec pour rappels sur le deuxième CD, "Sasquatch" et, obligatoirement, "Lady Fantasy". En dehors de cela, le deuxième CD est principalement réservé à l'intégralité de Dust and Dreams. Pouvait-on rêver meilleur programme ?

Never Let Go a donc été enregistré le 5 septembre 1992 à Enschede, aux Pays-Bas. Le fidèle Colin Bass est présent, ainsi que Paul Burgess, le batteur de la dernière mouture de l'ancien groupe. Curieusement, il n'y aura pas Ton Scherpenzeel à ce moment-là, c'est Mickey Simmonds qui sera le principal faire-valoir de cette évolution de la musique que l'on surnomme le "CAMEL orchestral". Le bougre s'est fait connaître auprès de plein d'artistes (dont notamment Fish, l'ex-chanteur de Marillion), et figurez-vous qu'en plus d'être virtuose, il peut jouer avec ses pieds ! Ce que Latimer ne manque point de mentionner quand il parle de la crainte qu'il avait à propos du fait de ramener les arrangements colossaux de Dust and Dreams à un petit groupe de quatre musiciens pour la tournée. Fait non négligeable, Colin Bass et lui participent aussi à la forte teneur en claviers et autres effets. De quoi s'attendre, même sur scène, à de la vraie Grande Musique !

Ah, la première partie... "Never Let Go" ouvre le bal d'abord en acoustique avec Andy seul à la 12 cordes, puis les musiciens arrivent et le groupe fait chauffer les instruments pour de bon. "Earthrise" commence lui aussi tout en douceur, mais l'accalmie est de courte durée, ça on le connait bien. Après un "Rhayader" mettant à nouveau en valeur la flûte, "Rhayader Goes to Town" voit sa première partie curieusement ralentie, ce qui n'amoindrit guère son impact. "Spirit of the Water" conserve toute son ambiance aérienne et feutrée. "Unevensong" et surtout "Echoes" sont explosifs, gardent le meilleur de cette période que j'apprécie moins que le reste. "Ice" prend le temps d'installer tout son lyrisme, celui-ci étant bien sûr dévolu à Latimer, mais aussi Simmonds qui le soutient. Enfin, "City Life" et "Drafted", superbement chantés par Colin, font encore ressortir la beauté et la simplicité de ce chef-d'oeuvre trop sous-estimé qu'est Nude. Simmonds s'en sort très bien aux divers solos, même quand il imite un saxophone.

Quant à Dust and Dreams, on dit souvent que la version présentée ici est la meilleure. Il est vrai qu'elle a au moins l'avantage de sonner plus "vraie", moins froide, ainsi débarassée de sa production nostalgique des eigthies. Le groupe a tenté d'imiter au mieux les instruments acoustiques avec les claviers, ce qui ne change presque rien en particulier concernant le hautbois ou l'harmonica. Latimer trimballe avec lui son piano Yamaha CP-70 et chante magnifiquement ses parties soft ("Go West", le début de "End of the Line"). Ensuite, si l'on peut constater qu'une ou deux parties ("Dusted Out") n'ont pas la puissance de leurs originales, notre coeur frémit un peu plus d'émotion aussi bien pour les moments doux ("Whispers", "Dust Bowl") que pour les plus rock, sachant que le groupe a tenu pour cette oeuvre à lui donner une vraie fin de concert, donc la conclusion sonne ainsi. Il a aussi amélioré certains moments en changeant parfois l'instrumentation (flûte au tout début, un peu plus de hautbois que d'harmonica). Et le point bien sûr important, avec trois joueurs de claviers, les ambiances sont magnifiquement restituées, pari tenu !

Pour les rappels, "Sasquatch" amène un peu de fraîcheur, bien que l'on puisse regretter pour le coup l'absence d'une vraie 12 cordes, et "Lady Fantasy" est étiré sur un quart d'heure histoire de bien faire prolonger le plaisir, pour le final évidemment. Le public reconnaissant applaudit très chaleureusement. Il va sans dire que même à l'aube d'une nouvelle époque, cette rétrospective est indispensable à tout amoureux de rock progressif mélodique qui se respecte.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


CURVED AIR
Phantasmagoria (1972)
Eclatement des parties, synthèse entre fou et beau




GENESIS
Selling England By The Pound (1973)
Un classique du rock progressif

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Andy Latimer (guitares, chant, flûtes, claviers)
- Colin Bass (basse, chant, pédalier basse, claviers)
- Mickey Simmonds (claviers)
- Paul Burgess (batterie, percussions)


- disc 1
1. Never Let Go
2. Earthrise
3. Rhayader
4. Rhayader Goes To Town
5. Spirit Of The Water
6. Unevensong
7. Echoes
8. Ice
9. City Life
10. Drafted

- disc 2
1. Dust Bowl
2. Go West
3. Dusted Out
4. Mother Road
5. Needles
6. Rose Of Sharon
7. Milk'n'honey
8. End Of The Line
9. Storm Clouds
10. Cotton Camp
11. Broken Banks
12. Sheet Rain
13. Whispers
14. Little Rivers And Little Rose
15. Hopeless Anger
16. Whispers In The Rain
17. Sasquatch
18. Lady Fantasy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod