Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES/REGGAE/POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Cream, Blind Faith, Steve Gadd Band, The Yardbirds
- Style + Membre : Jj Cale & Eric Clapton, Eri Clapton And Steve Winwood

Eric CLAPTON - There's One In Every Crowd (1975)
Par MASTCARD le 17 Septembre 2012          Consultée 1440 fois

« Il y en a un dans chaque foule ». Voilà ce que CLAPTON répondait quand on lui répétait qu’il était « Dieu », ou « le meilleur guitariste du monde ». Ah ! Pourquoi tant de modestie ? Sa discrétion dans le précédent album n’a pas suffit à calmer les ardeurs d’un public qui ne voit toujours en lui qu’un guitariste d’exception. Et cela au grand désespoir d’un Eric qui voudrait être reconnu comme un auteur-compositeur accompli.

C’est peu de temps après 461 Ocean Boulevard que sort There’s One In Every Crowd (TOIEC), qui continue sur la lancée de son prédécesseur au niveau du contenu : une dizaine de titres, dont la moitié sont écrites par CLAPTON. Une évolution tout de même, l’album est moins « triste » qu’Ocean Boulevard. Il n’y plus cette ambiance lourde, ce poids de la mort présent tout le long du dernier album. Cette impression est due au fait qu’Eric fait davantage de solos ; et que quelques titres joyeux viennent égayer l’expérience qui s’annonçait pourtant pénible à la vue de cette pochette immonde (« We’ve Been Told », « Singin’ The Blues »).

Au niveau du rythme par contre, TOIEC est similaire à son prédécesseur. Certes, on n’est plus obligé de tendre l’oreille, mais on ne va pas se mettre à danser le rock pour autant. Dans la première moitié de l’album, c’est plutôt planant, grâce à un esprit reggae présent sur plusieurs morceaux et au très lent « The Sky Is Crying ». De cette première moitié il faut noter le très agréable « Swing Low, Sweet Chariot », et sa mélodie entêtante.

La deuxième moitié de l’album commence avec l’unique titre dansant de la galette : « Singin The Blues », avec un solo bien sympathique de notre ami. Puis le rythme cardiaque redescend aussi vite dès les premières notes de « Better Make It Through Today », écrite par CLAPTON himself, larmoyante au possible, avec à nouveau un solo de guitare, suivi d’un solo d’orgue. Si le jeu d’ambiance est réussie, on risque de trouver ce titre un peu mollasson.
Viens ensuite « Pretty Blue Eyes », et on entre maintenant dans la partie la plus intéressante du disque, puisqu’il s’agit d’un enchaînement de trois superbes compositions de CLAPTON*. Lui qui voulait être un auteur-compositeur reconnu, il y avait vraiment de quoi faire avec ces trois titres. Tout d’abord « Pretty Blue Eyes » qui cache derrière son couplet mignonnet un pur moment de psychédélisme. Un chant du ciel, magnifique. L’effet de surprise rend ce passage d’autant plus sympathique, mais comme vous venez de lire ce qui vous attendait, vous n’atteindrez jamais un tel point d’extase... c’est con, hein ?
« High » prend la relève et nous envahit déjà par son ambiance sereine, et sa mélodie rafraîchissante. On reste haut dans les cieux. Ce morceau a pour effet de nous évacuer de tout stress, et se termine en apothéose avec un solo des plus réussis.
L’atterrissage ne pouvait pas être plus doux et agréable. « Opposites », fort d’une mélodie touchante et d’une vraie ambiance, clôt l’album en beauté sur un crescendo pendant lequel les instruments s’embrassent avant de se taire dans un dernier souffle.

Si 461 Ocean Boulevard avait rencontré un franc succès notamment grâce à la reprise de « I Shot The Sheriff », ce n’est pas le cas de There’s One In Every Crowd qui a déçu pas mal de fans, qui ne comprenaient toujours pas cette envie de vouloir être reconnu avant tout pour des talents d’auteur-compositeur. Et pourtant cet album n’est pas à jeter, même s’il comporte de petits moments plus faibles comme « Don’t Blame Me », ou « Little Rachel », il a son lot de très bons titres. A écouter comme le reste, donc.


Note : 2,5



* : pour résumer clairement, les compositions de CLAPTON sont les pistes 4, 7, 8, 9, 10. La piste 4 (« Don’t Blame Me ») a été composée avec George Terry, le guitariste de la formation.

A lire aussi en BLUES par MASTCARD :


JJ CALE
Naturally (1972)
Du blues rocailleux, mélodieux, intemporel




The BEAUTY & THE BEAST
The Beauty And The Beast (2012)
Des classiques comme neufs


Marquez et partagez





 
   MASTCARD

 
  N/A



- Eric Clapton (chant, guitares, dobro)
- George Terry (guitares, chœurs)
- Dick Sims (orgue, piano, piano électrique)
- Carl Radle (basse, guitare)
- Jamie Oldaker (batterie, percussions)
- Yvonne Elliman (chant, chœurs)
- Marcy Levy (chœurs)


1. We've Been Told (jesus Is Coming Soon)
2. Swing Low, Sweet Chariot
3. Little Rachel
4. Don't Blame Me
5. The Sky Is Crying
6. Singin' The Blues
7. Better Make It Through Today
8. Pretty Blue Eyes
9. High
10. Opposites



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod